Toutes les publications (209)

  • Dans une interview parue aujourd’hui, mercredi 28 janvier 2015, dans le journal Le Monde, Anne Hidalgo, maire de Paris, affirme être « déterminée à agir vite » pour mettre en place son plan « antipollution ». Ainsi, elle annonce que les cars et poids-lourds roulant au diesel seront interdits dès le 1er juillet 2015 et que « cette interdiction s’appliquera à tous les véhicules polluants, diesel comme essence, […] le 1er juillet 2016 ». L’association « 40 millions d’automobilistes » s’inquiète de cette annonce, qui signifie l’interdiction pure et simple de tous les véhicules motorisés dans la capitale, à l’exception des véhicules électriques et hybrides.

    Anne Hidalgo justifie sa volonté d’éradiquer le diesel de Paris par la nocivité des particules fines, « dangereuses pour la santé », qui sont émises par les véhicules à motorisation diesel. Or, s’il est vrai que les anciens véhicules diesel rejetaient de grandes quantités de polluants, « 40 millions d’automobilistes » rappelle que les dernières générations de véhicules répondant aux normes EURO 5 et 6 (voitures individuelles neuves mises en circulation depuis 2009) sont beaucoup plus sobres, en cela qu’elles réduisent considérablement les émissions maximales autorisées de toutes sortes de polluants, autant pour les motorisations diesel qu’essence.

    De plus, relativement à la problématique des particules très fines, ces normes tiennent compte désormais, non plus seulement de la quantité, mais aussi de la masse des particules, pour contraindre les fabricants à améliorer les technologies antipollution. Les nouveaux filtres à particules permettent ainsi de capturer jusqu’à 99% des émissions de particules. Au Japon – où la motorisation diesel était interdite depuis les années 1970 – l’État propose même aujourd’hui des subventions pour l’acquisition de ces véhicules clean diesel.

    Il est donc parfaitement injustifié et inutile en termes d’amélioration de la qualité de l’air de chercher à supprimer ces nouveaux véhicules de la circulation. Le problème de la pollution repose essentiellement sur les vieux véhicules non-équipés de filtre à particules, qu’il est possible de rendre plus vertueux en favorisant le recours au rétrofit (c’est-à-dire l’ajout de dispositifs de dépollution en complément des équipements d’origine) pour les véhicules non-équipés de filtre à particules. Certes, cela représente un coût pour l’automobiliste – il faut compter 400 à 500 € pour cette intervention – mais cela permettrait de mettre un terme à la problématique et au débat sur les anciens véhicules. Pour aider les ménages à financer l’opération, « 40 millions d’automobilistes » demande la création d’un crédit d’impôts, comme il en existe déjà en Allemagne.

    Pour autant, à l’instar de la maire de Paris, « 40 millions d’automobilistes » estime qu’il est nécessaire d’accélérer le renouvellement du parc automobile, pour faire disparaître plus rapidement ces anciens véhicules. Mais l’association considère que la seule incitation à l’achat d’un « véhicule électrique ou rechargeable » ne constitue en aucun cas une solution satisfaisante : le véhicule électrique, tel qu’il est conçu aujourd’hui, correspond à un usage très particulier, qui ne répond pas aux besoins de mobilité de la plupart des automobilistes. C’est pourquoi l’association souhaite la mise en place d’une aide de l’État pour tout achat d’un véhicule neuf ou d’occasion de génération plus récente (donc moins polluant), en remplacement d’un vieux véhicule.

    Rappelons enfin que tout véhicule a un impact sur l’environnement. Et s’il est vrai qu’une voiture électrique n’émet pas de pollution à l’usage, elle pollue avant et après : lors de sa conception, parce qu’elle fait appel à l’énergie nucléaire (qui n’est pas une énergie propre) et lors de sa destruction, qui impose le stockage de déchets radioactifs tels l’uranium et le lithium contenus dans les batteries. Contrairement à ce que souhaiterait donc nous faire croire Anne Hidalgo, la voiture électrique n’est pas la solution pour résoudre les problèmes de pollution qui – au passage – ne s’arrêtent pas aux portes de Paris…

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • À l’issue des négociations relatives à l’évolution du prix des péages pour 2015 entre les sociétés concessionnaires d’autoroutes et le Gouvernement, Matignon vient d’annoncer, aujourd’hui mardi 27 janvier 2015, un gel des tarifs pour l’année 2015.
     
    En lieu et place de l’augmentation mécanique habituelle des tarifs chaque 1er février (une hausse moyenne de 0,57% était annoncée le 27 novembre 2014), les automobilistes français bénéficieront donc d’un gel des prix des péages pour l’année 2015.
     
    L’association « 40 millions d’automobilistes » considère cette décision comme une première victoire dans ce dossier, car il faut tout de même rappeler que c’est initialement une baisse des tarifs qui avait été envisagée par Ségolène ROYAL, ministre de l’Ecologie et des Transports et Emmanuel MACRON, ministre de l’Economie.
     
    C’est d’ailleurs dans ce but que l’association avait lancé en novembre dernier la pétition « STOP aux péages trop chers » sur le site Internet www.stopauxpeagestropchers.com , qui a recueilli à ce jour plus de 140 000 signatures.
     
    Parallèlement, l’association avait demandé à tous les élus parlementaires, présidents de partis et de groupes politiques de s’engager en faveur ou contre une baisse du prix des péages. La liste des 44 personnalités politiques ainsi engagées aux côtés de « 40 millions d’automobilistes » est disponible à ce lien : http://bit.ly/1D1LUzS

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Aujourd’hui, mardi 27 janvier 2015, le Comité des usagers de la route se réunit pour connaître l’augmentation ou la baisse des prix des péages. En attendant l’annonce, l’association « 40 millions d’automobilistes » publie la liste des élus qui se sont prononcés en faveur d’une réduction des prix des péages suite à un appel lancé par notre association à tous les parlementaires et présidents de partis politiques.

    >>> Pour consulter la liste, cliquez ici<<<

    Les élus qui veulent une baisse des prix des péages

    Dans un premier courrier envoyé aux parlementaires et aux présidents de partis politiques, « 40 millions d’automobilistes » demandait de se prononcer pour ou contre une baisse des tarifs autoroutiers. L’association recevait alors de nombreuses réponses venant de tous horizons politiques « 40 millions d’automobilistes » a ensuite relancé, à la mi-janvier, les élus qui n’avaient pas répondu. Aujourd’hui, 43 parlementaires, et 1 seul président de parti politique ont répondu positivement à l’appel lancé par l’association en faveur d’une baisse des coûts des péages.

    Si des réponses nous sont parvenues de tout bord politique confondu, le seul président de parti politique signataire est Nicolas Dupont-Aignan, député et président du parti Debout la France.

    >>> Pour consulter la liste, cliquez ici<<<

    La renationalisation ? De la poudre aux yeux !

    Nous avons été frappés de voir que la plupart des parlementaires ont botté en touche, refusant de se prononcer. En fin d’année 2014, 150 parlementaires avaient demandé, dans un courrier au Premier ministre, la renationalisation des autoroutes. L’un des cosignataires, Jean Glavany, député des Hautes-Pyrénées, a indiqué dans une interview le 12 décembre dernier sur Sud radio que « l'intérêt général n'était pas de baisser les prix des autoroutes ».

    Sur les 150 parlementaires qui demandent la nationalisation des autoroutes, aucun n’a répondu à notre demande. Leur silence en dit long ! Nous rendons public ce matin le courrier signé par les 44 élus engagés en faveur de la baisse du prix des péages. »

    Une pétition recueillant plus de 140 000 signatures

    Alors que le Gouvernement s’engageait fermement en faveur d’une baisse des tarifs des péages en fin d’année 2014, une hausse des tarifs des péages devrait être entérinée aujourd’hui, « 40 millions d’automobilistes » appelle que sa pétition en ligne www.stopauxpeagestropchers.com a enregistré à ce jour plus de 140 000 signatures.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Alors que 2014 s'est clôturé sur un bilan de sécurité routière négatif affichant une légère reprise à la hausse des accidents après 12 années de baisses consécutives, l'association « 40 millions d'automobilistes » tenait à décrypter ce résultat.

    Il n'existe pas de « bonne » année de sécurité routière

    En préambule et pour lever toute ambiguïté, nous devons préciser qu'il est très difficile de parler de « bonne » année de sécurité routière tant que nous dénombrerons des décès sur les routes. Cependant, force est de constater que le bilan 2014, souvent présenté ces derniers jours comme « noir », doit être relativisé. 2014 est en effet la deuxième meilleure (ou moins mauvaise) année de sécurité routière depuis la création des statistiques. En aucun cas, l'année 2014 ne vient rompre la courbe de baisse des accidents amorcée en 1972. Le bilan 2014 aura juste le tort de s'inscrire suite à un bilan 2013 marquant une chute brutale de l'accidentalité. Rappelons tout de même qu'avec un premier bilan évalué par l'association de 3389 tués sur les routes, 2014 affiche 256 victimes de moins qu'en 2012 et 870 de moins qu'en 2011.

    Des disparités régionales avérées et un bilan en trompe l'œil

    Si la hausse de la mortalité sera vraisemblablement inférieure à 4% (3,7 % selon nos estimations) à l'échelle du territoire national, notons tout de même que cette hausse n'est pas équilibrée. Ainsi, la Bretagne voit par exemple sa mortalité routière augmenter de 14%, l'Alsace de plus de 41%. A elles seules, ces deux régions portent près de 40% du poids de l'augmentation de la mortalité routière nationale. Dans ce contexte, impossible de mettre en avant l'argument d'un changement de comportement des automobilistes français face à un relâchement de la répression, d'autant que l'Alsace, comme la Bretagne s'est dotée de radars mobiles de dernière génération cachés dans les plaques d'immatriculations des véhicules banalisés des forces de l'ordre.

    Rappelons aussi pour lever toute ambigüité que la période de désactivation des radars bretons suite aux actes de vandalisme n'avait eu aucun effet négatif en termes de mortalité sur les routes. Au contraire, durant les mois de désactivation, les accidents mortels ont été à la baisse.

    Si cette hausse montre des disparités régionales, elle montre aussi d'énormes disparités entre les usagers. Ainsi, si les automobilistes semblent être épargnés par la hausse du nombre d'accidents mortels, il convient de noter que les usagers vulnérables (piétons, cyclistes, 2 roues) sont les catégories les plus touchées par la hausse.

    L'effet de la répression focalisée sur la « vitesse » touche à sa fin

    Alors que d'autres pays présentant de bien meilleurs résultats que la France en termes de sécurité routière font progressivement marche arrière sur l'augmentation du nombre de radars (comme le Royaume-Uni qui a désactivé près de 60% des radars sur son territoire), la France ne pourra pas désigner en cause de la légère reprise des accidents mortels l'arrêt du développement des radars. Au contraire, la France n'a cessé en 2014 de faire progresser son parc « radars » (fixes et mobiles). Un radar ne mesure qu'un seul paramètre de sécurité routière : la vitesse à un instant T, occultant de fait tous les comportements dangereux qui n'apparaissent pas au radar (franchissement de ligne continue, distances de sécurité...)

    Des mesures à prendre

    S'il est capital d'entendre que ce n'est pas la mesure politique à elle seule qui agit sur la courbe des accidents, il est néanmoins nécessaire de reconnaitre les lacunes de notre pays qui n'apparait pas dans le haut du classement de la sécurité routière à l'échelle européenne.

    • Entretenir les routes : chaque année, les dépenses de l’État pour l'entretien de nos routes diminuent comme une peau de chagrin. Pourtant il s'agit d'un des trois paramètres capitaux pour assurer la sécurité des usagers (un véhicule en bon état conduit par un usager raisonnable sur une route entretenue). De même les investissements routiers français pâtissent aujourd'hui d'un lobby environnementaliste qui considère que tout investissement routier est un mauvais signal pour la préservation de la « planète ». Rappelons que la sécurité routière nécessite surtout des investissements pour préserver la vie des usagers de la route.
    • Lutter contre les drogues au volant : « 40 millions d'automobilistes » rappelle que de plus en plus d'accidents mortels sont marqués par la présence de stupéfiants lors des analyses sanguines des tués. Nous devons comprendre que sans mesure forte, les stupéfiants au volant deviendront le fléau de la sécurité routière du 21ème siècle.
    • L'alcoolémie : alors que l'Angleterre a réussi le pari de minimiser la mortalité due à l'alcoolémie au volant (7 à 10 % des accidents mortels) tout comme l'Allemagne (20%), la France ne parvient toujours pas à suivre l'exemple de ses voisins européens. En cause notamment, le manque de contrôles alcoolémie comparativement à l'abus de ceux sur la vitesse des véhicules (la France est le seul pays européen à appliquer un retrait de point pour les petits excès de vitesse de moins de 10 km/h)
    • L'usage du téléphone tenu en main : même si certains pays comme la Suède continuent à tolérer l'usage du téléphone tenu en main, plus aucun usager de la route ne conteste la dangerosité de son utilisation lorsqu'il est manipulé. Aussi, « 40 millions d'automobilistes » appelle à une grande campagne de communication sur l'intérêt des systèmes embarqués au sein du véhicule qui permettent de sécuriser au maximum son utilisation.

    Bien d'autres pistes encore sont évidemment proposées par l'association « 40 millions d'automobilistes ». En octobre 2013, l'association remettait aux parlementaires ainsi qu'au Ministre de l'Intérieur les idées des automobilistes français pour une amélioration de la sécurité routière dans un livret « Raconte-moi la route de tes vacances, les idées des français pour sauver des vies ».

    Une note positive

    S'il est incontestable que l'année 2014 présente un bilan de reprise des accidents dans sa globalité, l'association « 40 millions d'automobilistes » souligne que décembre 2014 aura été le meilleur mois de décembre de sécurité routière depuis la création des statistiques, prouvant ainsi qu'il n'y a pas eu de changement de comportement des automobilistes.

    Cette donnée atteste aussi que la baisse des prix des carburants n'a pas d'effets négatifs de sécurité routière comme certains voudraient bien le laisser supposer.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Nous vous en avions parlé en ce début de semaine : le périphérique à 70 km/h vient de fêter sa première année. L'heure était donc naturellement au bilan pour la Mairie de Paris, mais également pour " 40 millions d'automobilistes ", qui avait pointé du doigt les "petits" mensonges par omission de la Mairie.

    Dans un même temps, Christophe Nadjovski évoquait l'idée tout à fait personnelle de réduire, une nouvelle fois, la limite de vitesse sur le périphérique à 50 km/h la nuit. Suite à la communication offensive de " 40 millions d'automobilistes ", Anne Hidalgo a tranché : il n'y aura pas de réduction de la vitesse à 50 km/h sur le périphérique. Selon des propos rapportés par Le Monde, Mathias Vicherat, directeur de cabinet d'Anne Hidalgo, aurait indiqué qu' "Il n’est pas du tout question de prendre une telle mesure ", puis ajouté « M. Najdovski est en dehors des clous ».

    Espérons que cette décision forte de la maire de Paris sera le point de départ d'une meilleure communication entre la ville et les automobilistes.

    Lire la suite...
  • Mise à jour du 20/01/15 :

    Alors que 59% des Parisiens se disaient défavorables à la mesure (selon un sondage réalisé par le Journal du Dimanche début janvier 2014), la mairie de Paris justifiait sa décision en expliquant que l’abaissement de 10 km/h de la vitesse maximale autorisée sur le périphérique permettrait à la fois une réduction des nuisances sonores, une diminution de la pollution et une baisse de l’accidentalité. Mais il semble aujourd’hui que, malgré l’enthousiasme et l’autosatisfaction émanant de leur communiqué de presse, le bilan réel de cette première année s’avère en réalité bien plus mitigé.

    Hier, la mairie de Paris tirait un premier bilan de la grande mesure qui devait améliorer la vie des Franciliens. Après un an de mise en oeuvre, Christophe Nadjovski, adjoint EELV chargé des transports, prétendait que la réduction de la vitesse maximale autorisée avait permis de diminuer fortement l’accidentalité sur le périphérique et d’établir le nombre d’accidents à « son plus bas niveau depuis 10 ans ». Ainsi, le JDD titrait « Périphérique à 70
    km/h : 115 accidents évités en 2014 ».

    Or, on se rend compte aujourd’hui que la mairie de Paris s’est rendue coupable de mensonge par omission, car si le nombre d’accidents matériels et corporels légers a effectivement diminué de 15,5% par rapport à 2013, le nombre d’accidents mortels a en revanche fait un bond de 75% ! En 2014, 7 personnes ont été tuées dans un accident de la route sur le périphérique parisien, contre « seulement » 4 en 2013, et encore moins les années
    précédentes.

    Contrairement à ce que veulent donc nous faire croire les pouvoirs publics et alors que l’élu chargé des transports envisage maintenant de réduire la vitesse à 50 km/h sur le Boulevard, la mairie de Paris vient simplement de prouver qu’un abaissement de la vitesse n’apporte pas automatiquement une baisse de la mortalité routière. Ajouté à cela le fait que le volume des nuisances sonores émises par la circulation sur le périphérique n’a diminué
    que de 1,2 dBA la nuit et 0,5 dBA le jour (soit une évolution imperceptible pour l’oreille humaine selon les spécialistes ORL) et que les ingénieurs de l’organisme de contrôle de la qualité de l’air Airparif’ ne s’attendent qu’à « un impact limité [de la réduction de 10 km/h de la vitesse] à quelques pour cent sur le dioxyde d'azote et les particules », on se demande ce qui justifie l’engouement des élus parisiens

    Publication du 19/01/15 :

    Le Journal du dimanche publiait hier, dimanche 18 janvier 2015, un article sur le périphérique parisien où, depuis un an, la limitation de vitesse est passée de 80 à 70 km/h. Selon le JDD, la mairie de Paris ainsi que la Préfecture de police dressent un bilan positif. « 40 millions d’automobilistes » décrypte les arguments.

    Premièrement, d’après le JDD, les Parisiens bénéficieraient d’une diminution du bruit de 1,2 décibel la nuit et de 0,5 le jour. Or, Il faut savoir que diminuer le volume des nuisances sonores de 1 dB est imperceptible pour l’oreille humaine.

    D’autre part, selon la mairie de Paris, la baisse de la limitation de vitesse sur le périphérique aurait permis de réduire les bouchons (« l’effet accordéon »). Or, les Franciliens qui empruntent régulièrement le périphérique estiment au contraire que le temps passé dans les embouteillages a plutôt augmenté depuis un an.

    Dans cet article, on nous explique également que le nombre de décès sur le périphérique parisien a diminué grâce à une réduction de la vitesse. Or, paradoxalement, la vitesse moyenne sur le périphérique a augmenté, de même que le nombre d’usagers flashés (qui a été multiplié par 3,5 !) .Cela signifie que les automobilistes ont roulé plus vite que la limite autorisée, mais qu’ils ont eu aussi moins d’accident. Il n’existe donc aucune corrélation entre réduction de la vitesse et réduction de l’accidentalité routière.

    La ville de Paris a également réduit, dans bon nombre de quartiers, la vitesse maximale autorisée, passant ainsi de 50 à 30 km/h. Malheureusement, le nombre d’accidents de la route a augmenté. Donc faut-il réduire le périphérique parisien à 50 km/h, comme l’évoque aujourd’hui Christophe Nadjovski, adjoint à la mairie de Paris ?

    Lire la suite...
  • La municipalité de Paris vient de prendre la décision d’augmenter de manière inconsidérée ses tarifs de stationnement : il est maintenant effectif de rendre le stationnement payant jusqu’à 20h au lieu de 19h précédemment. La ville vient aussi de mettre fin à la gratuité partielle du stationnement le samedi et au mois d’août. Les tarifs sont fixés à 4€ l’heure contre 3,60€ dans le centre de la capitale, et à 2,40€ contre 1,60€ dans les autres quartiers de Paris.

    De plus, les résidents vont désormais payer leur carte de stationnement annuelle 45€ pour un an et 90€ pour trois ans, alors que cette carte était gratuite jusqu’à maintenant. Les résidents voient aussi leur tarif de stationnement augmenter : 1,50€ de l’heure (contre 0,60€ auparavant) et 9€ la semaine (contre 3,25€ précédemment).

    La mairie de Paris a besoin de trouver de nouveaux financements pour boucler son budget 2015. Anne Hidalgo, maire de Paris, trouve tout naturel de s’en prendre à l’automobiliste qui serait la source de tous les maux parisiens mais aussi sans l’avouer : une source financière sous couvert d’écologie.

    Pour "40 millions d’automobilistes", il ne s’agit pas de défendre le "tout automobile" mais de faire en sorte que l’on puisse organiser une complémentarité intelligente entre les transports en commun et l’automobile.

    Hélas l'on en prend pas le chemin puisque l’on fait tout le contraire.

    En effet si l’on veut que l’automobiliste qui arrive aux portes de Paris prenne les transports en commun il doit trouver à se garer facilement et a un cout modéré. On a supprimé 30% des places de parking à Paris en 10 ans. Résultat, il y a en permanence 20% des automobilistes qui cherchent une place pour se garer. Pendant ce temps ils polluent, il y a moins de voitures à Paris, mais toujours plus de bouchons.

    Cette politique de vouloir décourager l’automobiliste de rouler dans Paris sans lui offrir de véritable alternative ne fonctionne pas.

    Autre incohérence : en ce moment, du fait de pics de pollution, la Mairie de Paris rend le stationnement gratuit, mais pour les résidents… Alors que les Francilliens eux vont payer (et cher). Si ils trouvent une place pour stationner, auront-ils envie d’abandonner leur voiture pour le transport en commun ? Mais le Francilien est-il le souci de la mairie de Paris

    Difficile de se garer a Paris, cher de se garer a Paris et de ce fait si vous devez vous arrêter, gare à la fourrière dont les tarifs de garde ont augmenté de 300% !

    Sans parler du projet stupide de Mme Hidalgo de vouloir interdire le diesel dans la capitale alors qu'il est maintenant propre depuis la norme Euro 6 !

    Incohérence ? Ou alors cohérence pour trouver toujours tant et plus de ressources au nom d’une certaine écologie autophobe ?

    Car finalement on voit bien qu’il  n’y a aucune amélioration possible sans un plan d’ensemble qui organise la complémentarité entre automobile et transports en commun, amélioration des infrastructures pour fluidifier le trafic et renouvellement du parc automobile pour éliminer les véhicules les plus polluants. Ceux-ci sont la propriété de gens modestes et il serait cruel de les empêcher de rouler. Il faut, là aussi, avant d’interdire, trouver des solutions.

    Incohérence de cette politique car nous n’osons pas imaginer que cette incohérence soit en fait un plan d’ensemble cohérent de traque pour produire de la taxe. Se déplacer est un enjeux économique important et ce n’est pas avec de telles mesures que l’on relancera l’économie.

    Il serait bon aussi de rappeler à Mme Hidalgo que 40 millions d’automobilistes, ce sont aussi 40 millions d’électeurs !

    Par Daniel Quéro, président de " 40 millions d'automobilistes. Publié sur planet.fr

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Selon un article paru dans le Journal du Dimanche le 28 décembre 2014, le Gouvernement et les sociétés concessionnaires d’autoroutes songeraient à mettre en place une « tarification écologique » des péages d’ici 2016. Seuls les véhicules dits « propres » bénéficieraient ainsi d’une baisse des tarifs.

    Le principe serait de créer une différenciation des tarifs des péages en fonction du degré de pollution émise par les véhicules empruntant le réseau autoroutier. Ainsi, les véhicules à motorisation électrique ou hybride ainsi que ceux servant au covoiturage se verraient gratifier d’un tarif moins élevé au péage, tandis que les propriétaires de véhicules considérés comme polluants continueraient à payer le prix fort pour circuler sur les autoroutes.

    Pour l’association « 40 millions d’automobilistes », ce projet de tarification écologique est tout simplement inacceptable : « Ségolène Royal avait promis une baisse du prix des péages pour tous les usagers. Finalement, on risque de se retrouver avec une réduction des tarifs qui ne concernerait potentiellement que 3 à 4 % des automobilistes » dénonce Pierre Chasseray, délégué général de l’association.

    Cette différenciation tarifaire permettrait en outre aux sociétés d’autoroutes de poursuivre la hausse des tarifs des péages qu’elles pratiquent chaque année, en la faisant peser essentiellement sur les véhicules les plus émetteurs. « Une fois de plus, on va pénaliser les automobilistes les plus modestes, ceux qui n’ont pas les moyens de s’équiper d’un véhicule neuf » s’inquiète Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes ».

    « Les automobilistes ne veulent pas d’une mesure qui ne bénéficierait qu’à une élite ; ils souhaitent qu’elle profite à l’intérêt général, pour la sécurité et le pouvoir d’achat de tous les Français. C’est pourquoi nous demandons une baisse généralisée des tarifs des péages » conclut Daniel Quéro.

    >>> Avec " 40 millions d'automobilistes " exigez la baisse des tarifs autoroutiers en signant notre pétition : http://stopauxpeagestropchers.com <<<

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • >>> Pour consulter le livret, cliquez ici <<<

    96 % des automobilistes ignorent que l’amortisseur est un élément de sécurité. L’association « 40 millions d’automobilistes » publie en ce lundi 15 décembre 2014 un fascicule, L’amortisseur : un organe essentiel de sécurité, un guide pratique pour mieux comprendre l’utilité de l’amortisseur, indispensable pour notre sécurité au volant. L’association, d’intérêt général, remplit son rôle en informant les automobilistes sur la sécurité routière.

    L’objectif de ce livret


    Dans un livret de 16 pages, « 40 millions d’automobilistes » informe et conseille les usagers de la route sur le rôle, le fonctionnement et l’entretien des amortisseurs. De plus, l’association explique les risques engendrés en cas d’amortisseurs usés. A la fin du document, les lecteurs pourront tester leurs connaissances en 10 questions. Le livret L’amortisseur : un organe essentiel de sécurité sera consultable dans les Automobiles Club partenaires de
    l’association, membres de l’UNAC. « 40 millions d’automobilistes » enverra gratuitement un exemplaire du livret à toute personne qui en fera la demande. Il est consultable également sur le site Internet de l’association www.40millionsdautomobilistes.com.


    Le rôle de l’amortisseur


    Sur un véhicule, l’amortisseur est à la fois un élément de :

    • Confort : l’amortisseur absorbe les chocs dus aux déformations de la chaussée et préserve ainsi le confort du conducteur et de ses passagers.
    • Sécurité : il permet de maintenir les roues de la voiture en contact avec le sol et donc de favoriser la sécurité des usagers, en particulier en cas de virage brutal ou de freinage d’urgence.
    • Longévité : l’amortisseur participe à préserver le bon état et l’efficacité des autres éléments du système de suspension et de liaison au sol, favorisant l’adhérence de la voiture à la route.

    La dégradation des amortisseurs provoque une diminution des performances de freinage, qui se traduit par un allongement des distances de freinage en ligne droite de 5 à 10 % (jusqu’à 2,5 mètres à 50 km/h, soit la largeur d’un passage pour piétons). Pour illustrer ce problème, la collective des amortisseurs vient de sortir une vidéo très impactant sur ce sujet (pour consulter la vidéo, suivez ce lien).


    Les conseils de « 40 millions d’automobilistes »


    Nous rappelons que les amortisseurs doivent être contrôlés tous les 20 000 km. Selon le type de conduite et l’environnement, l’usure des amortisseurs sera plus ou moins importante pour un même véhicule. Tout d’abord, il s’agit d’éviter autant que possible de rouler sur les éléments qui occasionnent une perturbation brutale de la conduite (déformations de la chaussée telles que les « nids de poule », franchissement de trottoirs….) et d’aborder lentement les ralentisseurs et dos d’âne.


    Une seconde règle, également valable pour préserver les pneus et économiser le carburant, est la conduite souple. Freinez en douceur, abordez les virages sans trop de vivacité de façon à solliciter le moins possible vos amortisseurs.

    « Les amortisseurs restent sensibles à l’usure mécanique. C’est pourquoi il est important de procéder à un entretien régulier et d’être attentif aux signes pouvant trahir une dégradation de l’état des amortisseurs » indique Daniel Quéro, président de l’association.

    >>> Pour consulter le livret, cliquez ici <<<

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Radars, et c'est pas fini !

    Depuis ce matin, vendredi 12 décembre 2014, la Sécurité routière expérimente de nouveaux radars : double face et double cabine. Le radar double face flashe les véhicules par l’avant et par l’arrière. Le radar double cabine (composé de deux appareils distants d’une dizaine de mètres) flashe un même véhicule simultanément, par l’avant et par l’arrière. Pour l’association " 40 million d’automobilistes ", installer de nouveaux radars ne servirait qu’à renflouer une fois de plus les caisses de l’État.

    Selon le communiqué de la Sécurité routière, cette expérimentation se déroule sur 4 sites dans le Rhône, pour une période de 3 mois renouvelables si nécessaire. Pendant cette période test, les radars flasheront, mais les usagers ne devraient pas recevoir d’amende.

    Il faut savoir que 38 % des flashs des radars n’aboutissent pas, par manque de lisibilité de la plaque d’immatriculation. Par ailleurs, les recettes prévisionnelles des infractions routières sont en baisse par rapport aux années précédentes. On peut donc supposer que cette mesure est prise pour améliorer le nombre de flashs exploitables et diminuer les contestations qui permettent de ne pas perdre de points, dans la mesure où l’on ne reconnait pas le conducteur lorsque le véhicule est flashé par l’arrière. Cette mesure permettrait d’améliorer la rentabilité du système.

    « 40 millions d’automobilistes » s’oppose à cette expérimentation qui s’en prend encore une fois au porte-monnaie des automobilistes plutôt qu’à leur sécurité. Pour Daniel Quéro, président de " 40 millions d’automobilistes " il faut davantage de présence des Forces de l’Ordre sur la route pour déceler les comportements dangereux ce qu’une machine ne pourra jamais faire. »

    L’association rappelle également que, dans le Projet annuel de Performance annexé au Projet de Loi de Finance pour l’année 2015, il est mentionné que les radars devraient rapporter 783,1 millions d’euros à l’État. Si la Sécurité routière voulait réellement réduire le nombre de décès sur les routes, elle se pencherait davantage sur les premières causes de mortalité, qui sont l’alcoolémie et la somnolence au volant.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Selon le quotidien Le Parisien / Aujourd’hui en France publié ce vendredi 5 décembre 2014, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, annoncerait en janvier 2015 des mesures de sécurité routière dont l’expérimentation d’une baisse des limitations de vitesse passant de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire.


    Le 16 juin dernier, lors de la séance plénière du Conseil National de la Sécurité Routière à laquelle a siégé M.Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes », le ministre de l’Intérieur se voulait rassurant et rejetait toute idée d'abaissement généralisé des limitations de vitesse. Il déclarait ensuite, en marge de cette réunion à Pierre Chasseray, délégué général de l’association, qu’il n’y aurait pas de baisse des limitations de vitesse car cette mesure n’est pas acceptée par l’opinion publique.

    www.nonalabaissedesimitationsdevitesse.com


    Si d'un point de vue économique, les économistes semblent être vent debout contre cette mesure à l'instarde Rémy Prud’homme ou encore Jean Poulit qui affirment qu'un abaissement de la limitation de vitesse sur les axes secondaires représenterait une perte de plusieurs milliards d’euros par an, l'intérêt en termes de sécurité routière n'est quant à lui pas avéré.

    L’Angleterre est un pays de référence en matière de sécurité routière au niveau européen. Pourtant, la vitesse des axes secondaires y est limitée à 97 km/h (60 miles/h) avec des résultats bien meilleurs qu’en France. En Allemagne, même constat ! La vitesse y est pourtant limitée à 100 km/h sur les axes secondaires et les résultats sont inexorablement plus flatteurs que dans l’hexagone. Dans l’écrasante majorité des pays européens, la vitesse
    de 90 km/h semble uniformisée.

    Dans un film réalisé par l'association « 40 millions d'automobilistes » en mai dernier (« L'Angleterre, la fin de la guerre contre les automobilistes » diffusé et visible sur Dailymotion et présenté à l'Assemblée nationale lors d'une conférence de presse aux côtés du Député-Maire de Villiers sur Marne, Jacques Alain Bénisti), les acteurs de la sécurité routière britannique apparaissent pour le moins interrogatifs sur la volonté d'abaissement des limitations
    de vitesse en France.

    Quant au Danemark, il est en train d'expérimenter depuis 2 ans avec réussite la hausse des limitations (le Danemark augmente sa limitation de vitesse sur le réseau secondaire de 80 à 90 km/h).

    « Le ministre nous a promis des mesures intelligentes. Généraliser la baisse des limitations de vitesse serait une erreur fondamentale. Nous préférons nous en tenir au propos du ministre. Nous ne voulons pas croire en cette mesure qui serait contre-productive car rejetée par l'opinion publique» déclare Pierre Chasseray, délégué général.

    Depuis juillet 2013, lors de la première prise de position de l’ancien ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, « 40 millions d’automobilistes » se bat contre une baisse généralisée des limitations de vitesse passant de 90 à 80 km/h. En octobre de la même année, l’association avait lancé un appel à tous les usagers de la route à venir signer la pétition pour dire « Non à la baisse des limitations de vitesse » sur le site Internet www.nonalabaissedeslimitationsdevitesse.com. « La position de « 40 millions d’automobilistes » est très claire, nous sommes opposés à une baisse généralisée de la limitation de vitesse sur le réseau secondaire ! » conclut Daniel Quéro, président de l’association.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Nous vous en parlions déjà en juillet dernier : la mairie de Paris prévoyait de doubler ses tarifs de stationnement, tout d'abord par une augmentation d'au moins 50 % le prix du stationnement horaire de rue, mais aussi en doublant le montant des PV de stationnement.

    Nous en savons aujourd'hui un peu plus sur les projets de la mairie de Paris pour rendre le quotidien des automobilistes de plus en plus compliqué. En effet, selon l’Agence France Presse, la mairie pense à refondre la grille de tarification des places de stationnement payantes sur voirie dès le 1er janvier 2015.

    Dans ce projet, il est prévu de rendre le stationnement payant jusqu’à 20h au lieu de 19h actuellement. La ville veut aussi mettre fin à la gratuité partielle du stationnement le samedi et au mois d’août. Les tarifs pourraient être fixés à 4 €  l’heure contre 3,60 € dans le centre de la capitale, et à 2,60 € contre 1,60 € dans les autres quartiers de Paris.

    De plus, les résidents pourraient désormais payer leur carte de stationnement annuelle 45 € pour un an et 90 € pour trois ans, alors que cette carte est gratuite actuellement. Les résidents verraient aussi leur tarif de stationnement augmenter : 1,50 € de l’heure (contre 0,60 € actuellement) et 9 € la semaine (contre 3,25 € aujourd’hui).

    La municipalité prendra sa décision lors du prochain conseil municipal, qui aura lieu à la mi-décembre. Pour Christophe Najdovski, adjoint à la mairie de Paris, « le but est de désencombrer l’espace public ».

    Mais pour l’association « 40 millions d’automobilistes », augmenter les prix du stationnement n’arrangera pas le problème du stationnement dans Paris. La mairie a besoin de trouver de nouveaux financements pour boucler son budget 2015 : pour l'association, il s’agit ni plus ni moins de taxer une fois de plus les automobilistes, qui ont déjà du mal à se garer dans la capitale.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Mise à jour (06/01/15) : le projet Sam2night a remporté le concours.

    Ils ont besoin de vos votes ! Vous aussi, aidez Amaury, Théo, Jonathan et Ophélie à sensibiliser les jeunes à la nécessité de choisir un " Sam " pour leurs sorties !

    Sensibilisés par les drames sur les routes dus à l’alcool, ces 4 étudiants ont imaginé un site internet, Sam2night, dont le but est d’organiser du covoiturage de retour de soirée avec un conducteur, désigné ou volontaire, qui ne boit pas.

    Vous souhaitez participer à ce projet de sécurité routière innovant ? Alors votez pour Sam2night en cliquant ici ! Vous pouvez voter tous les jours jusqu'au 26 novembre 2014.

    Lire la suite...
  • Ce mardi 18 novembre 2014, l’ONISR (Observatoire national interministériel pour la Sécurité Routière) publie un bilan de l’accidentalité routière pour octobre 2014 qui fait état d’une hausse de 13% du nombre de tués sur les routes par rapport au mois d’octobre 2013.

    Cette hausse regrettable s’explique en partie par les excellentes conditions climatiques dont ont bénéficié les usagers de la route le mois dernier, les incitant à multiplier leurs déplacements motorisés, mais également à pied et à vélo, provoquant ainsi une augmentation des accidents dont ont été victimes les usagers vulnérables.

    Tandis que les lobbies autophobes voient en cette hausse un moyen pour mieux faire passer la baisse des limitations de vitesse, " 40 millions d'automobilistes " est, encore une fois, la seule association à prendre position et à relativiser face à cette annonce.

    S’il ne s’agit en aucun cas de minimiser cette hausse des chiffres derrière lesquels se cache à chaque fois un drame humain, il convient cependant de rappeler qu’une hausse mensuelle n’est pas significative (la France est d’ailleurs le seul pays au monde à publier des statistiques mois après mois) et qu’il est plus pertinent d’analyser des tendances de fond s’étalant sur plusieurs années. On remarque à ce sujet que cette hausse exceptionnelle s’inscrit dans un contexte de baisse régulière qui dure depuis 12 ans.

    La baisse de la mortalité routière est donc en partie mécanique, mais pour Pierre Chasseray, délégué général de l’association « 40 millions d’automobilistes », « s’il est une mesure à prendre pour favoriser la réduction des accidents mortels, c’est d’amplifier la lutte contre l’alcool au volant, qui demeure la première cause de mortalité. À ce sujet, on attend toujours l’application de la loi qui prévoit la mise en place de l’EAD (Ethylotest antidémarrage) pour les délinquants à l’alcool au volant ».

    Une des nouvelles problématiques émergentes en termes de risque routier est la consommation de produits stupéfiants, détectés dans pas moins de 20% des accidents mortels. « L’annonce par le ministre de l’Intérieur de l’arrivée des double tests salivaires en expérimentation dans une dizaine de départements devrait permettre de faire évoluer les pratiques et de lutter concrètement contre les comportements dangereux sur la route » conclut Daniel Quéro, président de l’association.

    Lire la suite...
  • Ce matin, l'AFA (Association française de l'Assurance) présentait la première application mobile d'e-constat totalement gratuite, afin de faciliter la rédaction et l'envoi des constats amiables après un accident.

    À partir d'un smartphone ou d'une tablette connectée, l'automobiliste impliqué dans un accident à un seul véhicule ou deux véhicules immatriculés et assurés en France pourra, à partir du 1er décembre 2014, remplir son constat via son outil numérique connecté.

    Si le constat papier qui fête ses 50 ans cette année n'est évidemment pas supprimé, l'e-constat rempli via un smartphone ou une tablette facilitera les démarches des automobilistes en permettant d'envoyer immédiatement le constat à son assureur. Une confirmation SMS et mail est aussitôt reçue par l'automobiliste après l'envoi du e-constat.

    Avec 5 millions de constats papiers remplis chaque année en France, la dématérialisation permettra aussi, outre la rapidité, une légère économie pour l'automobiliste, qui n'aura plus aucun frais d'envoi de ses documents, mais surtout une réelle économie de temps dans les procédures.

    Géolocalisation des accidents, possibilité de joindre des photos au document, le constat automobile devient avec l'e-constat beaucoup plus précis et moins sujet à litiges avec son assurance. Pour Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes », « C'est une bonne nouvelle que les assurances s'adaptent aux besoins des automobilistes et ce, sans surcoût pour l'automobiliste. »

    Présent ce matin lors de la conférence de presse de l'AFA, Pierre Chasseray, délégué général de l’association, appelle les automobilistes à télécharger cette application en ajoutant que les utilisateurs de caméras d'enregistrement embarquées pourront renforcer leur déclaration par l'envoi de la séquence vidéo par email auprès de leur assureur. « Tous les outils numériques visant à aider un automobiliste et à le protéger en cas de litige est une avancée à saluer » conclut-il.

    Lire la suite...
  • Crédits photo : ANTS

    Selon Le Figaro, le ministère de l’Intérieur aurait décidé de ne plus équiper les nouveaux permis de conduire d'une puce électronique. La raison ? Ce dispositif serait trop onéreux.

    Un dispositif entraînant des coûts trop importants

    La puce électronique, mise en place sur les nouveaux permis depuis septembre 2013, serait donc abandonnée dès janvier 2015. Rappelons qu'elle avait été instaurée pour des raisons de sécurité : la puce électronique avait pour rôle d'affiner les informations disponibles sur le permis et ainsi de vérifier son authenticité. " En ces périodes de contraintes budgétaires très fortes, il est impératif de se concentrer sur les priorités les plus urgentes ", a indiqué le porte-parole de Beauvau, interrogé par Le Figaro.

    Les autres caractéristiques du nouveau permis ne changeront pas

    Si la puce électronique s'apprête à disparaître du nouveau permis de conduire, les autres caractéristiques vont être conservées, comme son format " carte de crédit " plastifié, qui a pour but de réduire les tentatives de fraudes.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Le 28 août dernier, le délégué interministériel à la Sécurité routière Jean-Robert LOPEZ annonçait l’expérimentation de nouveaux tests de dépistage salivaire pour renforcer la lutte contre la conduite sous l’influence de stupéfiants. La Sécurité routière a aujourd'hui précisé les dix départements qui expérimenteront ces nouveaux tests pendant six mois à partir du 1er décembre 2014.

    Dix départements ont été retenus pour expérimenter ce deuxième test salivaire :

    • Alpes Maritimes (06)
    • Dordogne (24)
    • Gironde (33)
    • Ille-et-Vilaine (35)
    • Loire-Atlantique (44)
    • Moselle (57)
    • Nord (59)
    • Haute-Savoie (74)
    • Yvelines (78)
    • Paris (75)

    Nous rappelons que l'expérimentation de ce test vise à remplacer l'actuel prélèvement sanguin par un second prélèvement salivaire de contrôle, afin de faciliter le travail de prévention de la police et de la gendarmerie, puis de leur permettre de pratiquer davantage de dépistages.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Mardi 14 octobre 2014, le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France révélait une étude de la société d’info-trafic américaine INRIX menée en collaboration avec l’institut de recherche CEBR selon laquelle les embouteillages auraient coûté près de 17 milliards d’euros à l’économie française en 2013.


    Ce coût déjà démesuré pour les automobilistes français devrait atteindre 22 milliards d’euros dans les 15 prochaines années, dans la mesure où le parc automobile va continuer de croître (de 30,8 millions de véhicules aujourd’hui à environ 35 millions en 2030) et le trafic de s’intensifier (+14% attendus d’ici à 2030).


    À ce sujet, l’association « 40 millions d’automobilistes » rappelle que, paradoxalement, les budgets alloués à l’entretien et à la création d’infrastructures routières sont en chute libre depuis de nombreuses années. Le besoin en infrastructures de qualité et en quantité suffisante ne cesse de croître. Des solutions existent pour fluidifier la circulation sur les grands axes : on aurait besoin de davantage de voies de contournements des agglomérations, de rocades urbaines… Pourtant, chaque année, ce sont 25% du budget dédié à la route qui sont supprimés.


    Si rien n’est fait pour renverser la tendance, non seulement l’économie française continuera à pâtir de ce manque de mobilité, mais ce sont aussi 60 000 personnes qui perdront leur emploi, alors qu’il y a une véritable attente des usagers.

    Lire la suite...
  • Ce matin en direct sur RTL, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal annonçait son intention d’entamer des discussions avec les sociétés d’autoroute pour les « mettre […] devant leurs responsabilités », relativement aux tarifs pratiqués aux péages, trop élevés de 20% selon un rapport de la Cour des Comptes.

    La ministre de l’Écologie s’est donc dite favorable à une baisse de 10% du prix du droit de péages, qui pourrait se traduire par la gratuité des autoroutes le week-end. Les 10% restants pourraient prendre la forme de nouveaux investissements pour renforcer les infrastructures autoroutières et les services aux usagers.

    Pour " 40 millions d'automobilistes ", c’est un signe positif qu’envoie la ministre aux automobilistes : cela fait 40 ans que nous attendons d’entendre de telles paroles de la bouche d’un ministre et l'association espère vivement que ces négociations aboutiront. Il faut maintenant passer des mots aux actes !

    Rappelons que l’autoroute est le réseau routier le plus sécuritaire. Pourtant, les tarifs exorbitants pratiqués par les concessionnaires dissuadent les automobilistes de l’emprunter. La baisse des prix redonnera les faveurs des usagers à ce réseau et favorisera la sécurité de tous.

    Lire la suite...
  • Dans le cadre de son premier baromètre de l'expertise automobile, " 40 millions d'automobilistes " révèle aujourd'hui le palmarès des véhicules les plus vandalisés, les plus volés, ainsi que le classement des départements où les véhicules sont les plus sinistrés. Pour l'association, L’objectif de ce baromètre est double : il s’agit à la fois d'informer les automobilistes, mais aussi de les renseigner sur les démarches à suivre en cas de vol de véhicule et les conseiller pour que cela ne leur arrive pas.

    Pour consulter notre baromètre et découvrir les classements dans leur intégralité, cliquez ici.

    Palmarès des 10 voitures les plus vandalisées

    1. BMW X5
    2. Mini
    3. Mercedes Classe M
    4. Citroën DS3
    5. BMW Série 1
    6. Nissan Juke
    7. Audi A5/S5
    8. Audi A3
    9. Nissan Qashqai
    10. Volkswagen

    Dans ce classement des 10 véhicules les plus vandalisées, une seule voiture sur 10 est de marque française et les autres sont de marques étrangères. Le constat est sans appel ! 1 seul véhicule du top 10 est français. Les automobilistes qui possèdent une voiture de marque française auront plus de chance d’être épargnés par le vandalisme !

    Palmarès des 10 voitures les plus volées

    1. Smart Fortwo II
    2. Renault Clio
    3. Citroën Xsara
    4. Citroën DS3
    5. BMW X5
    6. Renault Twingo
    7. Citroën DS4
    8. Renault Clio 3
    9. Peugeot Partner
    10. Volksagen Tiguan

    Palmarès des 10 départements où les voitures sont les plus sinistrés

    1. Rhône
    2. Yvelines
    3. Nord
    4. Bouches du Rhône
    5. Gironde
    6. Seine Saint Denis
    7. Haute Garonne
    8. Essonne
    9. Seine et Marne
    10. Hauts de Seine

    Pour consulter notre baromètre et découvrir les classements dans leur intégralité, cliquez ici.

    Lire la suite...
RSS
M'envoyer un mail lorsqu'il y a de nouveaux éléments –

Activité

Ce jeudi 18 juillet se tient la première édition de la Journée nationale du Partage de la route, initiée par « 40 millions d’automobilistes », Mon Vélo est une Vie et la Fédération française des Motards en Colère.

À cette occasion, les trois associ…
"Bonjour Flash McQueen,
Je plussoie votre réponse.
C'est bien pour conter le laxisme que vous évoquez que les sanctions seront endurcies, ceci, dès l'an prochain !
Déjà les radars tourelles et les caméras vidéos devraient faire réfléchir...
C'est su…"
"C'est en parti vrai ,le problème est qu'il faudrait un gendarme derrière chaque conducteur .Quand ils voient ces infractions ils sanctionnent malheureusement pas assez souvent ."
"Pour que ça rapporte il faudrait que ce soit sanctionné. Le stationnement gênant n'est jamais sanctionné (il ne faut pas froisser les électeurs), le non respect des passages piétons n'est pas sanctionné non plus malgré le durcissement des règles l'a…"
"Si ce ne serait pas si excessif, tout le monde s'en ficherait, quand on touche au portefeuille, on réagit en conséquence.
Les amende rapporte gros à l'État sans quoi, un nouveau impôt serait inventé, autrement dit ; les amendes sont un impôt indirec…"
"Que l'ont sanctionne cette infraction je suis pour, mais la elle est clairement exessive, une fois de plus l'état s'attaque a ce qui va rapporter le plus."
"+1
Idem pour l'autoradio /recherche de station"
"Pourtant à l'inverse de ça, nous sommes autorisés à toucher l'écran tactile de notre voiture qui est comme un smartphone (surtout avec le miror-link !!)"
"Je suis totalement d'accord, malgré que cela paraisse sévère.
Des systèmes mains libres existent. Un appel téléphonique est-il vraiment si urgent ? ( a 99% non) en général cela peut attendre quelques minutes. Sans réponse l'interlocuteur laissera…"
"'' s’il y en avait pas temps qui font n’Importe quoi au volant et qui ont des accidents, on ne nous emm...derait pas avec la vitesse et toute autre formes de sanctions. .''

Bien sûr que non, ça rapporte trop d'argent..."
"100 pour 100 d’accord, s’il y en avait pas temps qui font n’Importe quoi au volant et qui ont des accidents, on ne nous emm...derait pas avec la vitesse et toute autre formes de sanctions. Si les conducteurs font baisser les accidents ils arrêteront…"
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON