Articles

répression (17)

De très nombreux députés (majoritairement du groupe LREM) souhaitent réintégrer au projet de Loi d’Orientation des Mobilités (dite LOM) l'amendement qui vise à interdire "le signalement des contrôles routiers par les services électroniques d’aide à la conduite ou à la navigation" à la demande des autorités judiciaires, pour les opérations destinées à dépister la conduite sous l’influence de l’alcool ou de produits stupéfiants, ainsi que pour vérifier que les conducteurs ou passagers des véhicules ne font l’objet de recherches pour des actes de terrorisme, des crimes ou délits.

Un amendement pour piéger les automobilistes

La Sécurité routière, sous couvert d’améliorer l’efficacité des contrôles routiers, cherche en réalité à piéger les automobilistes et à rendre les contrôles plus rentables financièrement. L’association "40 millions d'automobilistes" dénonce la malhonnêteté des pouvoirs publics à l’origine de cet amendement et appelle les Sénateurs à le rejeter lorsque le texte leur sera soumis.

Il est prouvé que de très nombreux automobilistes utilisent les outils d’aide à la conduite communicants, non pas pour s’affranchir des contrôles routiers, mais parce qu’ils constituent un moyen efficace pour respecter la réglementation, à l’heure où les variations de limitations de vitesse sont de plus en plus nombreuses sur le réseau secondaire.

Lire la suite...

Vous est-il déjà arrivé de régler votre régulateur de vitesse 5 km/h au-dessus la vitesse autorisée en pensant que vous ne pourrez pas être flashé ? Si oui, cet article va vous intéresser ! Car contrairement à ce que l'on pourrait croire, un automobiliste peut tout à fait être verbalisé pour avoir dépassé la limite de vitesse d'1 km/h, même en appliquant la marge d'erreur ! " 40 millions d'automobilistes " vous explique comment cela est possible.

Marges d'erreur, le fonctionnement :

Les marges d’erreur admises sur les contrôles de vitesse ont été fixées par l’arrêté du 7 janvier 1991 relatif à la construction, au contrôle et aux modalités techniques d’utilisation des cinémomètres de contrôle routier. Elles s'appliquent de la manière suivante :

  • Pour les radars fixes : -5 km/h de marge jusqu’à 100 km/h, puis -5 % au-delà de 100 km/h
  • Pour les radars mobiles : -10 km/h jusqu’à 100 km/h, puis -10 % au-delà de 100 km/h


" On ne peut pas être verbalisé pour un dépassement d'1 km/h seulement " : FAUX !

Ces marges d'erreur laissent penser à beaucoup d'automobilistes qu'ils peuvent circuler 5 km/h au-dessus de la vitesse maximale autorisée sans se faire flasher. C'est faux : il est tout à fait possible de se faire verbaliser pour avoir roulé 1 km/h au-dessus la vitesse maximale !

En effet, les marges d'erreur ont pour but de réduire la vitesse mesurée par le radar dans le cas où il aurait tendance à surévaluer la vitesse réelle à laquelle circulent les automobilistes.

Vous l'aurez compris, les radars, bien qu'ils soient vérifiés tous les ans (sauf le premier contrôle qui a lieu au bout de 2 ans), peuvent donc mesurer une vitesse supérieure à ce qu'elle est réellement. Et si cette surévaluation est élevée, même en retirant la marge d'erreur, l'automobiliste pourra être verbalisé.

Par exemple, un automobiliste se fait flasher pour avoir roulé à 51 km/h au lieu de 50. Dans le cas où le radar serait mal réglé et aurait surévalué sa vitesse de 5 km/h (et donc mesuré 56 km/h), en retirant la marge d'erreur, la vitesse retenue reste 51 km/h. Il sera donc verbalisé.

Petits dépassements de vitesse : la chasse à l'automobiliste lambda

Ne vous y trompez pas ! La marge d'erreur n'est pas une marge de tolérance, comme on peut l'entendre souvent.

Rappelons que la première cause de mortalité sur nos routes reste l'alcool. Pourtant, c'est contre la vitesse que s'acharnent aujourd'hui les Pouvoirs publics : baisse des limitations de vitesse, multiplications des radars en tous genres… En sanctionnant les automobilistes pour de petits dépassements de vitesse, ce n'est plus une chasse aux chauffards que mène le Gouvernement, mais bien une chasse à l'automobiliste lambda. Et pour cause, ces petits dépassements représentent 90 % des infractions constatées pour excès de vitesse.

C'est pour cela qu'en 2013, "40 millions d'automobilistes" obtenait une proposition de loi (n°798) à l'Assemblée nationale, afin que les dépassements de vitesse inférieurs à 10km/h hors agglomération ne soient plus sujets au retrait de points. En janvier 2016, alors que l'État déclarait vouloir en finir avec l'image des "radars tirelires", "40 millions d'automobilistes" était à l'initiative d'une proposition de loi déposée au Sénat visant cette fois à faire supprimer l'amende pour les petits dépassements de vitesse.

Lire la suite...

Outre le véritable pactole généré par le produit des amendes qui émanent des contraventions, une des problématiques régulièrement soulevée par les automobilistes face à l'intensification de la répression routière est le stress que celle-ci provoque aux usagers lorsqu'ils sont derrière leur volant. Mais alors, qu'est-ce que le stress routier ? Par quoi est-il provoqué ? Quelles en sont les conséquences et comment le combattre ? Avec l'expertise de Marc Bailet, Docteur en psychologie du conducteur, "40 millions d'automobilistes" répond à ces interrogations.

À la demande de nombreux usagers de la route, "40 millions d’automobilistes" lançait, en mars 2016, un sondage auprès des automobilistes sur le thème du stress engendré par la répression routière. Sur une période d'un mois, 45207 personnes ont répondu au sondage*.

Les causes du stress routier

En tout premier lieu, "40 millions d'automobilistes" a cherché à connaître les causes de ce stress routier. La première crainte des automobilistes est celle d'être flashé (64%), suivi de la conduite des autres usagers (50%), puis les embouteillages (29%). Plus de 36% des personnes interrogées admettent être tout le temps stressées à l'idée d'être verbalisées avant de prendre le volant, et plus de 44% le sont parfois. En revanche, seulement 14% des automobilistes craignent les contrôles par les Forces de l'ordre ; il est donc important de souligner le fait que les automobilistes ne sont pas contre tous les contrôles mais semblent surtout rejeter les contrôles automatisés, réputés pour être des outils de répression aveugle, contrairement aux Forces de l'ordre qui peuvent discerner les véritables comportements dangereux.

Le stress routier est donc bien majoritairement engendré par l'intensification de la répression routière, et plus particulièrement par l'ensemble du système de contrôle-sanction automatisé. Plus d'un tiers des automobilistes interrogés admettent ainsi avoir déjà modifié leur trajet afin d'éviter les contrôles radars...

Les conséquences

Près de 4 automobilistes sur 5 estiment que le stress engendré par la répression routière peut conduire à davantage d'accidents sur les routes. Et pour cause : près de 92% des personnes interrogées admettent regarder leur compteur kilométrique plus que la route (48% tout le temps et 44% parfois). Pourtant, la problématique du stress engendré par la répression routière semble être complètement ignorée par les instances de sécurité routière.

Analyse du stress routier par Jean-Marc Bailet, Docteur en psychologie du conducteur**

  • Le stress routier, c'est quoi ?

On conduit avec son cerveau, ses yeux, et son cœur ! Le conducteur stresse lorsque son cœur s’emballe (il ne bat plus à son rythme originel) du fait de fortes émotions (positives et négatives) provenant de la cogitation mentale (idées, infos reçus par GSM) ou du comportement des autres usagers.

Parfois, le niveau du rythme cardiaque (stress) est tellement élevé qu’il brouille le cerveau : le conducteur n’a plus accès à son référentiel sécurité routière et il prend alors des décisions erronées ou inadaptées... Il fait n’importe quoi et cela peut conduire à l’accident !

  • Analyse du sondage

Bien que les femmes soient sous-représentées (seulement 13 %), ce sondage est conforté par un nombre important d’automobilistes qui se prononcent (45200 personnes). La moitié de la population (46%) est âgée de plus de 60 ans. Nous sommes donc en présence de conducteurs généralement raisonnables et responsables (l'âge de sagesse au volant est 42 ans).

Ce sondage montre principalement que les flashs des radars et la conduite des autres déclenchent du stress à un niveau plutôt supérieur à la moyenne (7-8 sur l’échelle en 10 points). Il est heureux de constater que les conducteurs écoutent leur corps et reconnaissent les manifestations du stress (nervosité 57% et agressivité 31%).

Il est maintenant incontestable que le stress routier peut conduire à l’accident, à tout le moins, il désoriente, déstabilise, et parfois conduit à la folie sur la route.

  • Conseils pour gérer le stress routier

L’éducation au stress routier commence à s’imposer comme une arme anti-accident et de bien-être au volant. En France, les 4500 radars peuvent nous surprendre en infraction de 13 manières différentes (fixes, mobiles, chantiers, feux, etc.). Les radars sont traumatisants : on pense s’être fait piéger, avec des questionnements récurrents comme "Quelle vitesse ?", "Combien de points ?", "Combien ça va me coûter ?", "Mon patron, mon boulot ?"...

Pour gagner en gestion du stress routier, je préconise :

  1. De pratiquer la respiration abdominale ou ventrale (gonfler avec de l’air frais, par le nez, le ventre comme un ballon, et chasser d’un seul coup tout l’air chaud des poumons par la bouche).
  2. D'actionner le limiteur de vitesse.
  3. De s’autoformer en gestion du stress par une connaissance des 18 situations stressantes, et pratiquer quelques exercices de détente et de relaxation parmi les 25 proposés**.


Des exercices pour combattre le stress routier

  • Dans les bouchons
  1. Pratiquer la respiration abdominale.
  2. Évacuer les tensions par les mains en malaxant alternativement une balle en mousse main droite, puis main gauche.
  3. Effectuer des rotations douces et lentes du coup comme pour dire OUI et NON.
  • Face à un contrôle de police
  1. Je souris à la découverte du contrôle.
  2. J’adopte une attitude neutre.
  3. Je commence la respiration abdominale.
  4. Je ne fixe pas le policier-contrôleur mais j’effectue un balayage panoramique du poste de contrôle.
  5. Je me préserve en effectuant un signe-signal d’auto-contrôle (j’appuie de plus en plus fort mon pied gauche sur le plancher du véhicule... et je relâche d’un seul coup la pression).



* Retrouvez l'intégralité des résultats du sondage Le stress engendré par la répression routière
** Également auteur de Zen au volant : guide du mieux conduire, édition L.Hamattan

Crédits photo : tostphoto sur fotolia.com

Lire la suite...

Le magazine Auto Plus dévoilait la semaine dernière la mise en place d’un nouveau "radar" sanctionnant le non-respect de l’arrêt au stop à Yerres, dans l’Essonne. Composé d’une caméra et d’un système de lecture des plaques d’immatriculation, ce dispositif relève plus de la vidéosurveillance que du "radar" à proprement parler, puisque le procès-verbal d’infraction n’est pas généré automatiquement, mais après visionnage des images par un officier de police. L’association "40 millions d’automobilistes" dénonce un nouvel appareillage répressif, qui vient ajouter un stress supplémentaire à l’automobiliste sur une règle du Code de la route largement soumise à interprétation.

La "radarothérapie" à la Française

Radar fixe, radar mobile, radar de feu, radar chantier, radar tronçon, radar passage à niveau, radar double-sens, radar embarqué… Et maintenant, radar de stop. Le Gouvernement rivalise d’ingéniosité pour sanctionner l’automobiliste et combler le déficit de l’État. Certes, pour bien s’entendre sur la route et assurer la sécurité des usagers, il faut des règles, prescrites par le Code de la route. Et sans moyen permettant de faire appliquer ces règles, peu de chance qu’elles soient respectées.


Mais la France est devenue le catalogue mondial des dispositifs de répression. Cette accumulation ne provoque que le rejet des règles par les usagers, qui ne comprennent pas et n’admettent pas que l’on s’acharne à épier et sanctionner le moindre de leur geste, même s’il n’est pas véritablement dangereux : 1 ou 2 kilomètres/heure au-dessus de la limitation de vitesse ou, dans ce cas précis, un arrêt insuffisamment marqué à un stop. De plus, quel est l’intérêt de flasher un contrevenant sans l’arrêter ? Cela ne l’empêchera pas de poursuivre sa route en continuant à enfreindre les règles et sans réaliser qu’il met en danger la vie d’autrui. Il serait plus opportun de faire de la prévention. Le système a déjà flashé plus de 500 automobilistes dès le premier jour ! À quoi cela rime ?

Une règle largement soumise à interprétation

Tout dépend en réalité de la situation et de l’interprétation que l’on fait de cet article de loi, qui impose à "tout conducteur [de] marquer un temps d'arrêt à la limite de la chaussée abordée" et de "céder le passage aux véhicules circulant sur (…) les autres routes et ne s'y engager qu'après s'être assuré qu'il peut le faire sans danger".


Et c’est là que le bât blesse : si l’on ne peut s’opposer à la verbalisation d’un usager qui traverse le carrefour sans même ralentir, il est moins acceptable de sanctionner un automobiliste qui aurait "coulé" le stop après s’être assuré qu’il n’y a pas d’autre usager à proximité. Les chiffres justifient une vigilance accrue du respect des règles de priorité aux intersections (plus de 16% des accidents mortels sont dus à un refus de priorité), mais il faut que les forces de l’ordre agissent en tenant compte de la situation et des risques réels, non en prônant une application aveugle de la loi.


Le non-respect de l’arrêt au stop est sanctionné d’une amende forfaitaire de 135€ et d’un retrait de 4 points sur le permis de conduire. Pour dénoncer toutes les dérives de cette armada, à l’origine anti-chauffards, mais qui sanctionne aujourd’hui majoritairement les simples chauffeurs, "40 millions d’automobilistes" a mis en place une pétition en ligne sur le site www.legrandraslebol.com, que tous les usagers sont invités à signer.

Crédits photo : Unclesam sur fotolia.com

Lire la suite...

Stop aux radars tirelires !

Pour commencer l'année avec une mesure forte en faveur des automobilistes,  " 40 millions d'automobilistes " est à l'initiative d'une proposition de loi visant à faire supprimer l'amende pour les petits excès de vitesse, soutenue et déposée au Sénat par Alain Fouché, sénateur de la Vienne. Ce nouveau texte de loi tend à introduire davantage d’équité dans la répression des excès de vitesse inférieurs ou égaux à 10 km/h en supprimant l’amende encourue par les contrevenants. " 40 millions d’automobilistes " remercie le Sénateur pour son engagement dans la protection des automobilistes.

L'association espère vivement que cette impulsion sera suivie par une majorité d’élus parlementaires et appellent les automobilistes à soutenir le projet en signant la pétition en ligne sur http://petitions.40ma.org/radar-pv/.


Le constat

Depuis la mise en place du permis à points en France en 1992, les excès de vitesse sont sévèrement sanctionnés à la fois par un retrait de point(s) et une amende pécuniaire, croissants en fonction de la gravité de l’infraction. Chaque année, ce sont près de 800 millions d’euros qui entrent dans les caisses de l’État grâce à la répression des excès de vitesse. Or, 90% de ces infractions sont en fait constitués par des excès de vitesse inférieurs à 20 km/h, c’est-à-dire – dans la majorité des cas – des excès de vitesse involontaires. Cette répression à outrance n’a fait que provoquer le rejet du système tout entier par les Français, qui parlent désormais de " pompes à fric " ou de " tirelires " pour désigner les radars. "


La solution

Pour réhabiliter l’image des radars et réconcilier les Français avec la politique de sécurité routière, il est donc urgent de modifier le système : " Puisque le Gouvernement prétend que la verbalisation et la sanction des excès de vitesse sont nécessaires, non pas pour permettre à l’État de récupérer de l’argent, mais pour améliorer la sécurité des usagers de la route, nous proposons que, pour les petits excès de vitesse, les contrevenants n’aient plus à payer d’amende ", explique le Sénateur Alain Fouché.


Pour " 40 millions d'automobilistes ", le radar est devenu le symbole de la taxe. Demandez à un automobiliste s’il considère que le radar favorise la sécurité routière ; il vous répondra qu’il ne sert que la rentabilité routière. Pourtant, il a effectivement permis de réduire considérablement le nombre des grands excès de vitesse, véritablement dangereux. Il est donc impératif maintenant pour le Gouvernement de démontrer que la multiplication des radars est bien une question de sécurité et non d’argent facile pour rembourser la dette de l’État. Quelle meilleure preuve alors que de supprimer l’amende pour les petits excès de vitesse ?


De nombreux pays européens, tels l’Angleterre, l’Allemagne ou l’Espagne, ne sanctionnent pas les petits excès de vitesse et enregistrent de meilleurs résultats en termes d’accidentalité routière que la France.

Pour consulter le texte de la proposition de loi, suivez le lien :
http://petitions.40ma.org/radar-pv/ppl.pdf

Une proposition largement plébiscitée

Selon un sondage de l’institut d’enquêtes et d’études d’opinion IFOP pour Radio Alouette, première radio du Grand Ouest, 71% des Français sont favorables à la suppression de l’amende pour les excès de vitesse inférieurs à 10 km/h. Ce sondage a été effectué auprès de 996 personnes de 18 ans et plus, représentatives de la population française.

Comment soutenir le projet ?

" 40 millions d’automobilistes " et le sénateur Alain Fouché appellent tous les automobilistes favorables à ce projet à signer la pétition en ligne sur la page http://petitions.40ma.org/radar-pv/.

Lire la suite...

Ce titre peut paraître bien intriguant dans un contexte où la baisse des limitations de vitesse est présentée comme LA solution ultime pour faire baisser l'accidentalité sur nos routes : 110 km/h sur l'autoroute, 90 km/h sur les autoroutes urbaines, 80 km/h sur le réseau secondaire, 50 km/h sur le périphérique parisien ou encore généralisation des zones 30 en ville… Pourtant, le lien entre baisse de la limitation de vitesse et baisse de l'accidentalité n'a jamais formellement été prouvé. Pendant que la France persiste dans ce modèle de sécurité routière dépassé, certains pays ont au contraire fait le choix d'augmenter la vitesse maximale autorisée pour faire diminuer le nombre d'accidents sur les routes.

L'expérience danoise : de 80 à 90 km/h

Le Danemark a bien compris que la vitesse n’est pas le seul facteur d’accidentalité : la Direction danoise de la Route a pensé que bien des vies pouvaient être sauvées en augmentant raisonnablement certaines limitations de vitesse. Le Danemark ne s’est donc pas contenté de considérer cette idée : il l’a mise en pratique.

La Direction danoise de la Route a mené une étude sur des portions de routes bidirectionnelles où la vitesse était auparavant limitée à 80 km/h et sur lesquelles nous serions le plus susceptibles d’être victimes d’un accident mortel. Pour l’expérimentation, la vitesse a été portée à 90 km/h et les premiers résultats ne se sont pas fait attendre.

Les automobilistes qui roulaient auparavant en-dessous des 80 km/h prescrits ont augmenté leur vitesse de circulation jusqu’à la nouvelle limitation établie, tandis que les 15 % d’automobilistes qui conduisaient le plus vite (à ou au-delà de 80 km/h) étaient moins tentés de dépasser la limitation de vitesse à 90 km/h et ont même réduit leur vitesse moyenne d’1 km/h, allant à l’encontre de l’idée reçue qui prétend qu’une limitation de vitesse plus élevée incite automatiquement les automobilistes à rouler comme des fous. Alors que les vitesses moyennes sont restées sensiblement les mêmes qu’avant l’expérimentation, les flux de circulation relevés sur les portions de routes concernées par l’étude sont désormais plus fluides et plus homogènes.

Le nombre de collisions sur ces portions de routes a diminué depuis la mise en place de l’expérimentation en 2011. " Lorsqu’il y a d’importants différentiels de vitesse entre les véhicules, la tentation est grande pour de nombreux automobilistes de doubler " commente Rene Julh Hollen, le porte-parole de la Direction danoise de la Route. " Donc, plus nous serons en mesure de rendre les vitesses homogènes sur les routes bidirectionnelles, plus ces routes deviendront sûres ". Même la police danoise qui voyait cette expérimentation du mauvais œil a fini par changer d'avis !

L'expérience danoise démontre que sur certaines portions de routes, il est plus cohérent de laisser le trafic progresser à un rythme naturel plutôt que de chercher à le restreindre. En supprimant le sentiment de frustration de l’expérience de conduite des automobilistes, on peut les amener à conduire de manière plus raisonnable. Cela se traduit par moins de manœuvres de dépassement, dans la mesure où, généralement, le flux du trafic est légèrement plus rapide et surtout plus régulier, et où la tentation pour certains automobilistes de doubler le véhicule les précédant est par conséquent moins grande.


La Suisse : 60 km/h en agglomération

En Suisse, la commune de Crassier a tenu à augmenter la vitesse maximale autorisée sur la route de Genève. En effet, sur cette portion rectiligne en campagne, un certain nombre d'automobilistes ne pensait plus circuler en agglomération et dépassait donc la limitation de vitesse en toute bonne foi, d'autant plus qu'aucun panneau de limitation de vitesse ne venait rappeler qu'ils circulaient encore dans une zone limitée à 50 km/h. Une véritable aubaine pour les radars situés le long de la portion !

Pour autant, les autorités communales ne se sont pas contentées des résultats d'accidentalité sur cet axe. Ainsi, elles ont obtenu une dérogation pour faire passer la limitation de vitesse sur la route de Genève à 60 km/h au lieu de 50 km/h, considérant qu' "un 60 km/h respecté est beaucoup plus sûr qu'un 50 km/h qu'on ne voit pas ou dont on se moque ".

Les mois à venir nous diront si l'augmentation des limitations de vitesse portera ses fruits, comme l'espèrent les autorités locales.


L'Angleterre : 97 km/h sur le réseau secondaire

Souvenez-vous : il y a quelques mois, il était question de généraliser la baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire. Les partisans de la mesure prétendaient que cela permettrait de sauver 400 vies par an, selon un modèle mathématique dépassé datant de 1982 et établi en Suède.

Mais l'exemple de l'Angleterre suffit à remettre en cause cette croyance selon laquelle limitation de vitesse et accidentalité seraient liés. L'équipe de " 40 millions d'automobilistes " s'était rendue sur place pour étudier le modèle anglais et avait produit le film La fin de la guerre contre les automobilistes, diffusé à l'Assemblée nationale. En Angleterre, les Rural Roads - l'équivalent de notre réseau secondaire en France - sont limitées à 60 mhp, soit 97 km/h (7 km/h de plus qu'en France !). Pourtant, les résultats obtenus en matière de sécurité routière y sont bien meilleurs que chez nous, puisque l'Angleterre déplore 2 fois moins d'accidents mortels qu'en France.

Au cours de notre tournage, nous avons pu constater qu'il n'existait aucun débat pour abaisser cette limitation outre-Manche. Mieux encore, aucun des intervenants n'a paru comprendre le projet français d'abaissement des limitations de vitesse et tous sont apparus surpris, d'autant que la réglementation française permet déjà un abaissement ponctuel sur certaines portions de route.

L'Angleterre applique quant à elle un principe diamétralement opposé au modèle de Nilsson que les lobbies anti-vitesse nous rabâchent sans arrêt : le " 85ème centième ". En d'autres termes, il s'agit d'adapter la règlementation en fonction du comportement de 85 % des automobilistes, jugés raisonnables. C'est pourquoi l'Angleterre songe même à augmenter sa limitation de vitesse sur autoroute. En effet, les vitesses moyennes relevées sur autoroute y sont plus élevées que la limitation, d'où la nécessité d'ouvrir le débat.

D'autre part, l'enquête conduite par " 40 millions d'automobilistes " a décrypté un modèle anglais basé sur la tolérance des petits excès de vitesse et la nécessité d'un consensus entre l'État et les automobilistes.

En conclusion

Suite à la réunion du CISR le vendredi 2 octobre 2015, de nouvelles mesures de répression ont été annoncées par Manuel Valls. Si celui-ci n'a pas remis sur le tapis la généralisation du 80 km/h sur le réseau secondaire (actuellement en expérimentation), les lobbies anti-voitures continuent leur lutte acharnée pour faire passer la mesure. " 40 millions d'automobilistes " n'a pas tardé à réagir aux annonces du Premier ministre : le jour-même, l'association a lancé l'opération " Le grand ras-le-bol " (www.legrandraslebol.com), dans le but de stopper la dérive punitive du Gouvernement. Un autocollant à apposer sur le véhicule a également été créé pour l'opération. Pour le commander, rendez-vous sur http://40ma.clicboutic.com/fr/48-autocollant-trop-de-mesures-tue-la-voiture.html .

Crédits photo : fotonen sur fotolia.com

Lire la suite...

Aujourd’hui, vendredi 02 octobre 2015, s’est réuni le Comité interministériel de Sécurité routière (CISR). Lors de la conférence de presse qui clôturait cette réunion, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé la mise en œuvre prochaine de 22 nouvelles mesures de « sécurité routière », à la tête desquelles le déploiement de 500 nouveaux radars. « 40 millions d’automobilistes » dénonce une focalisation aberrante sur la vitesse comme unique cause d’accidentalité et un arsenal répressif démesuré qui provoque la colère des usagers de la route. Pour contrer cette politique punitive, l’association lance le mouvement « Le Grand Ras-le-bol » sur le site internet www.legrandraslebol.com.


Sur les 22 nouvelles mesures qui seront mises en œuvre pour lutter contre l’insécurité routière, seules 3 concernent la conduite sous l’influence de l’alcool ou de stupéfiants, alors que ces facteurs représentent respectivement 28% et 24% des accidents mortels de la route, tandis que la plupart annonce l’augmentation du parc de radars automatiques et un renforcement significatif de l’axe répressif.


Pour « 40 millions d’automobilistes », trop, c’est trop : sur le panel des mesures présentées aujourd’hui, deux ou trois sont intéressantes, telles l’éthylotest anti-démarrage, le casque obligatoire pour les enfants à vélo... Mais pour le reste, mieux aurait valu s’abstenir. Implanter 500 radars supplémentaires alors que les chiffres de l’accidentalité du mois de septembre 2015 s’annoncent en nette progression, c’est de la provocation. Cela ne fera qu’attiser la colère des automobilistes, qui n’adhèrent plus à la politique menée par le Gouvernement.


Le Premier ministre semble en effet s’entêter à ne pas tenir compte de l’opinion publique et à ne prôner que la sanction de la vitesse comme seule réponse à l’accidentalité routière. Manuel Valls n’a pas compris qu’il faut faire de la sécurité routière avec les usagers, et non contre eux. Il ne sera satisfait que lorsque tous les automobilistes auront perdu leur permis de conduire ! Il est temps que les automobilistes fassent entendre leur voix. C’est le but du mouvement que nous lançons aujourd’hui : " Le Grand Ras-le-bol ". Trop de mesures tue la voiture, nous ne pouvons plus accepter cette dérive punitive.


L’association « 40 millions d’automobilistes » appelle donc tous les usagers de la route à signer la pétition en ligne sur le site internet www.legrandraslebol.com pour exprimer leur rejet de la répression routière à outrance et à afficher l’autocollant « Trop de mesures tue la voiture », symbole de ralliement des automobilistes raisonnables et responsables.

Lire la suite...

Radars double-sens : c'est coup double !

Hier lundi 14 septembre, 111 nouveaux radars double-sens ont été mis en service aux quatre coins de la France. Le système est redoutable : pour un investissement modéré et alors que le gouvernement s'était engagé à ne pas ajouter de radars supplémentaires sur les routes de France, des radars déjà existants ont été équipés d'une seconde caméra, leur donnant ainsi la capacité de flasher dans les 2 sens de circulation ! C’est coup double ! Et ce sont les automobilistes qui vont en faire les frais...

Plus de répression... Mais une hausse de la mortalité qui se confirme.

Les accidents dus à la vitesse en France représentent 1/4 des accidents : quelle vertu auront ces nouveaux radars sur les 3/4 restants ? Quelle vertu ce nouveau dispositif aura-t-il sur la première cause de mortalité routière, l'alcool ?

Malgré la mise en place récente de 19 des 26 mesures de sécurité routière de Bernard Cazeneuve ainsi que l’intensification de la répression sur la vitesse, la mois d'août a été marqué par une nouvelle hausse de la mortalité routière : + 9,5% par rapport à août 2014. Cependant, si l'on note une hausse du nombre de morts sur les routes, le nombre d'accidents a diminué.

La répression a-t-elle atteint ses limites ? Le gouvernement ne devrait-il pas mettre l'accent sur la prévention, ou s'attaquer sérieusement à la première cause de mortalité routière ?

Pas de tolérance sur les radars, seulement une marge technique

L'association " 40 millions d'automobilistes " regrette le manque de souplesse et de tolérance dans le calcul du dépassement de vitesse. En France, il existe une marge d’erreur technique qui correspond à 5% de la limitation de vitesse. Il n’y a donc pas de tolérance sur les radars. En Angleterre, là où les radars sont acceptés, il y a une marge de tolérance de 10% à 15% de la limitation de vitesse, c’est-à-dire deux à trois fois la marge qu’il y a en France ! Résultat des courses : on n’a pas flashé 80 % des automobilistes en Angleterre, mais seulement ceux qui ont franchement dépassé la limite.

Quand on sait que 95,6% des excès de vitesse constatés en France le sont pour de petits excès de vitesse, il devient absolument nécessaire de distinguer l’excès de vitesse volontaire et involontaire. Celui qui a réellement un comportement dangereux, de celui qui fait le petit kilomètre de trop et qui sera injustement sanctionné.

Si les radars en France avaient une marge de tolérance supplémentaire, à l'image de l'Angleterre, les Français les accepteraient mieux. On n'en serait pas là à se demander si les radars sont mis en place pour l'argent, ou pour la Sécurité routière...

Lire la suite...

Dimanche 2 août, la ministre de l'Écologie et des Transports Ségolène Royal s'est dite favorable à l'idée d'abaisser la vitesse à 90 km/h sur les autoroutes qui traversent les villes pour lutter contre la pollution. Une nouvelle restriction à l'encontre des automobilistes risque donc de s'ajouter à la longue liste déjà existante.

La planète a le dos large...

Tout commence le 17 juillet 2015, quand Nicolas Daragon, le maire de Valence dans la Drôme, adresse une lettre au ministère de l'Écologie afin de réclamer l'abaissement à 90 km/h de la limitation de vitesse sur l'autoroute urbaine traversant sa commune, au lieu de la limitation à 110 km/h actuellement en vigueur. Raison évoquée ? Protéger la santé de la population vivant à proximité de l'autoroute contre la pollution de l'air et les nuisances sonores.

Ségolène Royal a répondu favorablement à la requête hier, dimanche 2 août 2015. Mais la ministre ne se contente pas de donner son accord seulement pour la ville de Valence. En effet, elle précise que de manière générale, abaisser les limitations de vitesse sur les autoroutes urbaines lui paraît être une mesure de bon sens. Par conséquent, si d'autres villes venaient à exprimer une demande similaire, un avis favorable serait également prononcé. La décision sera toutefois prise en conseil interministériel.

Ainsi, 12 autres villes sont concernées par l'abaissement de la limitation de vitesse de leur autoroute urbaine : Angers, Cagnes-sur-Mer, Lyon, Mantes-la-Ville, Montreuil-sous-Bois, Nemours, Reims, Saint-Laurent -du-Var, Strasbourg, Toulon, Tours et Villejuif.

Pour justifier la demande d'abaissement de la limitation de vitesse sur les autoroutes traversant les villes, l'argument écologique a donc été brandi. S'il est évident que l'amélioration de la qualité de l'air passe par un effort collectif, il faut en revanche rappeler que, contrairement aux contre-vérités assénées haut et fort par les partisans du langage de la peur d'un air devenu irrespirable (83 % des habitants d'Île-de-France sont encore convaincus que la qualité de l'air se dégrade), la qualité de l'air ne cesse de s'améliorer d'années en années. L'association AirParif précise par ailleurs que la situation s'est " nettement améliorée en 10 ans ".

Tous les jours, une nouvelle restriction

C'est donc une nouvelle mesure à l'encontre des automobilistes qui vient s'ajouter à une liste déjà bien fournie des restrictions en tous genres. Il ne se passe plus une seule journée sans qu'une nouvelle mesure contraignante soit évoquée, venant accroître tous les jours un peu plus le ras-le-bol des usagers de la route.

L'association " 40 millions d'automobilistes " fait remarquer que, sur autoroute, les fluctuations des limitations de vitesse sont déjà incessantes et cela insupporte les automobilistes. Qu'en sera-t-il quand, d'un seul coup, la limitation passera de 110 à 90 km/h, ou même de 130 à 90 km/h ? Une conduite apaisée et le respect de l'environnement passent, au contraire, par le biais d'une conduite souple, avec une vitesse constante, sans freinages intempestifs et accélérations brutales.

Vous avez dit sécurité routière ?

S'il y a bien une crainte qui a d'ores et déjà été exprimée, c'est celle de la présence des radars. Bien que rien ne soit encore établi sur ce point, la mise en place de nouveaux radars peut être à craindre. Rappelons que, lorsque la mairie de Paris a annoncé la baisse de la limitation de vitesse à 70 km/h sur le périphérique parisien, 6 nouveaux radars avaient alors fait leur apparition, multipliant par 2 le nombre de flashs. De même, ils deviendra alors de plus en plus compliqué, même pour l'automobiliste le plus averti, de respecter scrupuleusement toutes les variations des limitations de vitesse.

De plus, si l’argument écologique est vraiment la préoccupation majeure, comment accepter d'être flashé pour des raisons qui ne relèvent pas de la sécurité routière ?

Xavier Bertrand a quant à lui vivement réagi à la proposition d'abaissement de la vitesse pour les autoroutes urbaines. Pour l'ancien ministre du travail, le but poursuivi est clair : " C'est tout simplement pour faire des PV ", a-t-il dénoncé ce lundi 3 août sur iTélé. Selon lui, la question de l'écologie n'est " qu'un prétexte ".

Retrouvez nos articles sur le même thème :

Lire la suite...

Hier, mardi 23 juin 2015, la Sécurité routière annonçait augmenter d’ici fin 2015 son parc de radars mobiles embarqués avec 61 nouveaux véhicules Dacia Sandero.


Un dispositif mis en place sur un réseau marqué par les changements incessants de limitations de vitesse


Principalement destiné au réseau secondaire soumis à de très fréquentes variations de limitations de vitesse oscillant le plus souvent entre 90 et 70 km/h, ce système de radar embarqué mis en service depuis plus d’un an permet aux Forces de l’Ordre de flasher le véhicule par l’avant et dans les deux sens de circulation.

L’association " 40 millions d'automobilistes " ne voit pas la vertu de prévention en ce dispositif, pourtant celle-ci est nécessaire pour faire changer les comportements. En effet, un conducteur verbalisé pendant ses vacances ne le saura pas, ne se fera pas arrêter et retrouvera seulement un PV en rentrant chez lui trois semaines après.

Si ces nouveaux dispositifs étaient utilisés comme une arme anti-chauffards, tout le monde serait d'accord. Mais utilisé dans des zones piégeuses, cela devient une arme anti-chauffeurs : c'est inacceptable. Certes, c’est sur le réseau secondaire que nous constatons le plus d’accidents. Mais quelles en sont les causes ? Les investissements dans les infrastructures de sécurité se réduisent comme peau de chagrin. Un accident sur trois implique l’alcoolémie. Et pourtant, les pouvoirs publics restent campés sur l’unique répression de la vitesse, quitte à en oublier toutes les autres véritables causes d’accidents.

Une intensification de la répression


L’automatisation et la banalisation de la sanction à l’excès perd toute vertu pédagogique. Il faut arrêter de sanctionner par la robotisation et regarder les comportements des automobilistes sur les routes. Nous devons impérativement trouver un équilibre entre une politique de répression acceptable et la politique actuelle du " tout répressif " pour permettre l’alchimie entre discours de sécurité et confiance envers les automobilistes.

Lire la suite...

Radars, et c'est pas fini !

Depuis ce matin, vendredi 12 décembre 2014, la Sécurité routière expérimente de nouveaux radars : double face et double cabine. Le radar double face flashe les véhicules par l’avant et par l’arrière. Le radar double cabine (composé de deux appareils distants d’une dizaine de mètres) flashe un même véhicule simultanément, par l’avant et par l’arrière. Pour l’association " 40 million d’automobilistes ", installer de nouveaux radars ne servirait qu’à renflouer une fois de plus les caisses de l’État.

Selon le communiqué de la Sécurité routière, cette expérimentation se déroule sur 4 sites dans le Rhône, pour une période de 3 mois renouvelables si nécessaire. Pendant cette période test, les radars flasheront, mais les usagers ne devraient pas recevoir d’amende.

Il faut savoir que 38 % des flashs des radars n’aboutissent pas, par manque de lisibilité de la plaque d’immatriculation. Par ailleurs, les recettes prévisionnelles des infractions routières sont en baisse par rapport aux années précédentes. On peut donc supposer que cette mesure est prise pour améliorer le nombre de flashs exploitables et diminuer les contestations qui permettent de ne pas perdre de points, dans la mesure où l’on ne reconnait pas le conducteur lorsque le véhicule est flashé par l’arrière. Cette mesure permettrait d’améliorer la rentabilité du système.

« 40 millions d’automobilistes » s’oppose à cette expérimentation qui s’en prend encore une fois au porte-monnaie des automobilistes plutôt qu’à leur sécurité. Pour Daniel Quéro, président de " 40 millions d’automobilistes " il faut davantage de présence des Forces de l’Ordre sur la route pour déceler les comportements dangereux ce qu’une machine ne pourra jamais faire. »

L’association rappelle également que, dans le Projet annuel de Performance annexé au Projet de Loi de Finance pour l’année 2015, il est mentionné que les radars devraient rapporter 783,1 millions d’euros à l’État. Si la Sécurité routière voulait réellement réduire le nombre de décès sur les routes, elle se pencherait davantage sur les premières causes de mortalité, qui sont l’alcoolémie et la somnolence au volant.

Publications sur le même thème :

Lire la suite...

Alors que les radars poussent comme des champignons et que les contrôles de vitesse ne cessent de se multiplier, " 40 millions d'automobilistes " démêle pour vous le vrai du faux et vous informe sur vos droits.

Un excès de vitesse peut-il être relevé sans appareil de mesure ?

VRAI : il s’agit d’une infraction appelée " conduite d’un véhicule à une vitesse excessive eu égard aux circonstances ". Par exemple, votre vitesse n’est pas adaptée aux conditions météorologiques ou à la configuration des lieux (ex : virage, descente  rapide, section de route étroite). Cette infraction est réprimée par l’amende prévue pour les contraventions de 4ème classe, à savoir 90 euros (amende minorée) et 135 euros (amende forfaitaire). Elle n’entraîne pas de perte de points sur le permis de conduire.

La constatation d’un excès de vitesse au moyen d’un radar installé dans une propriété privée est valable.

VRAI : Un radar peut être placé dans une propriété privée et les opérations de contrôle de vitesse qui en découlent sont parfaitement valables. La Cour de Cassation dans un arrêt du 3 janvier 2012 a considéré qu’aucun texte n’exige que les agents de police et leurs matériels soient nécessairement positionnés sur le domaine public et a ainsi validé un contrôle de vitesse réalisé à partir d’un lieu privé. La même Cour a confirmé sa jurisprudence dans un arrêt récent du 12 juin 2013.

Si je ne suis pas au volant au moment de l’infraction, je suis obligé de dénoncer le véritable conducteur.

FAUX : le propriétaire qui reçoit un avis de contravention pour excès de vitesse constaté par un radar automatique n’a pas l’obligation de dénoncer le véritable auteur de l’infraction. Il n’y a aucune disposition légale imposant la délation en matière contraventionnelle. Il peut toutefois contester le PV et rapporter la preuve formelle  au tribunal qu’il ne pouvait pas être au volant au moment de l’infraction ce qui lui permettra d’échapper à sa responsabilité pénale et pécuniaire.

Puis-je encore contester un PV d’excès de vitesse si j’ai signé et reconnu les faits ?

VRAI : la reconnaissance des faits par l’automobiliste lors de l’interpellation ne le prive pas de toute contestation. Il sera toujours possible de plaider devant le juge une nullité du PV ou une relaxe en expliquant avoir reconnu et signé le PV par exemple sous la pression des agents de police .

Deux véhicules apparaissent sur le cliché pris par le radar, le relevé de la vitesse n’est pas valable.

VRAI : Afin que le relevé de la vitesse soit conforme, un seul et unique véhicule doit apparaître sur le cliché pris par le radar automatique. En présence de deux véhicules, il est impossible de savoir lequel des deux étaient en infraction. De ce fait, le fichier est inexploitable.

J'ai été flashé en excès de vitesse en Espagne. Vais-je recevoir un PV en France ?

VRAI : Depuis l’entrée en vigueur de la loi du 16 juillet 2013 qui a transposé une directive européenne du 25 octobre 2011, le conducteur d’un véhicule immatriculé en France qui sera flashé pour excès de vitesse par un radar espagnol pourra recevoir un PV à son domicile en France. L’auteur de l’infraction ne perdra toutefois pas de points sur son permis de conduire.

Article écrit par Maître Ingrid Attal, avocat spécialiste en droit routier et présidente de la Commission juridique de " 40 millions d'automobilistes "

Publications sur le même thème :

Lire la suite...

Internet est une formidable source d'information, mais peut aussi se révéler être un outil puissant de propagation des rumeurs les plus folles. Et les automobilistes n'échappent pas à la règle ! Ne vous faites plus avoir ! " 40 millions d'automobilistes " revient sur les rumeurs du web (autrement appelés hoax) et démêle pour vous le vrai du faux.

Les permis obtenus avant 1992 ne peuvent pas faire l'objet de retrait de points

Depuis 2009, un message - circulant encore une fois par mail - affirme que les automobilistes qui auraient obtenu leur permis de conduire avant la mise en place du permis à points en 1992 seraient à l'abri des retraits de points, sous prétexte que la loi relative au retrait de points n'est pas rétroactive. L'hoax argue donc, qu'à ce titre, toute personne ayant eu son permis avant 1992 peut contester le retrait de points. Bien évidemment, c'est faux. La mise en application de cette loi concerne tous les permis, même les plus anciens.


Échapper au retrait de points en payant 1€ de plus

Nous ne pouvons pas dater exactement l'ancienneté de cet hoax qui serait né au Canada, mais certaines traces de celui-ci que nous avons pu identifier remontent à 2007. La rumeur indique que l'on pourrait tout simplement échapper au retrait de points en réglant une somme légèrement supérieure à l'amende. En refusant d'encaisser le remboursement du trop perçu, l'automobiliste bloquerait alors la procédure et empêcherait le retrait de points. Encore une fois, cette " astuce " est complètement fausse. Le paiement d'une infraction, quel que soit son montant, entraîne inévitablement le retrait de points.


La hausse du barème des contraventions

Cela va faire 5 ans que, tous les ans, une nouvelle vague de mails annonce la nouvelle tarification des retraits de points ainsi que du montant des contraventions. Cette rumeur, à de nombreuses reprises démentie, continue à piéger les internautes.


Les radars font la fortune du frère du ministre

Il s'agit sans doute de l'hoax le plus vieux de cet article. Apparu en 2005, ce message annonce que France 2 aurait fait un reportage sur un radar qui aurait été mis hors service pour facture impayée. Le journaliste aurait alors ajouté, mine de rien, que la société qui gère ce radar n'aurait pas payé sa facture d'électricité. Le message continuait alors sur l'indignation de son auteur, selon lequel l'argent des radars ferait la fortune de poches privées, qui ne seraient autres que celles du frère de Gilles de Robien, alors ministre des Transports ! Bien entendu tout ceci n'est que pure invention. Ce reportage de France 2 n'existe pas, et le frère du ministre ne s'en met pas plein les poches avec les radars qui sont, bien évidemment, gérés par l'État.

Les radars cachés dans des endroits insolites

C'est la dernière tendance sur le web : imaginer des radars cachés dans des endroits insolites, afin de toujours mieux piéger les automobilistes : coffre de toit, glissière de sécurité, panneaux publicitaires... Et, dernièrement, plus farfelu encore, dans une vache décorative au bord de la route ! Si certains existent, ils ne sont pas arrivés dans l'hexagone. Si de tels dispositifs étaient effectivement en place en France, cela ne serait plus un secret ! En revanche, d'autres sont tout simplement le fruit de montages photo.

Pourquoi ça marche ?

Dans un contexte où l'automobiliste est devenu la cible de nombreuses mesures répressives, les créateurs d'hoax profitent du ras-le-bol général pour attiser d'autant plus le sentiment de rejet des gouvernements en place. Vous l'aurez compris : ces hoax sont malveillants et ont très souvent une forte connotation politique. Ce même contexte de répression amène également l'internaute à penser que de telles mesures sont tout à fait possibles et s'inscrivent dans une logique globale de répression. Il en est de même pour les hoax qui annoncent avoir trouvé LA solution pour échapper aux retraits de points et aux amendes : ils apparaissent comme une solution " miracle " à laquelle tout le monde a envie de croire.

Le canular est souvent relayé dans votre boîte mail par un ami : vous y accordez alors plus de confiance que si vous en aviez simplement entendu parler.

Pour finir, il est souvent difficile pour l'internaute de faire le tri entre les différentes informations disponibles sur la toile. De plus, les hoax circulent malheureusement bien plus vite que leurs démentis.


Comment démasquer un hoax ?

Un hoax, par définition, a pour but d'avoir l'air le plus réel et crédible possible. Il peut donc être difficile à repérer, mais certains signes ne trompent pas. Tout d'abord, les pires rumeurs du web sont majoritairement transmises par courriel pour arriver directement dans votre boîte mail. Il peut s'agir d'un message d'un ami qui l'a lui-même reçu d'un ami, ou d'une source inconnue.

Faites une recherche simple sur Google en copiant/collant les 2 premières phrases de la supposée rumeur, et analysez les premiers résultats : si votre hoax n'apparaît que sur des forums, blogs, réseaux sociaux, mais aucunement sur des sites d'information fiables, vous pouvez être sûr qu'il s'agit d'un canular. Attention : certains créateurs de rumeurs ont bien compris que le célèbre moteur de recherche ne jouait pas en leur faveur… Pour contrer cela, de plus en plus tentent de crédibiliser leurs hoax en indiquant qu'il s'agit d'un "dossier jusqu'alors tenu secret", d'un "texte passé inaperçu", "caché par le gouvernement et tu par les média".

Souvent, à la fin du message, on va vous inviter à envoyer, à votre tour, le mail à tous vos contacts.

Gardez en tête que les média ne sont pas là pour " cacher des dossiers ", mais bien pour les révéler ! Si une supposée rumeur n'est pas relayée par les média, vous pouvez partir du principe que c'est une intox. Si vous ne leur faites pas confiance, on vous convaincra difficilement que ces rumeurs sont en fait des hoax. Mais on vous aura prévenu !

Le simple fondement d'un canular peut vous mettre la puce à l'oreille. Souvenez-vous de l'adage "Plus le mensonge est gros, mieux il passe".

 

Retrouvez les parties 2 et 3 de l'article :

Ces canulars qui perdurent sur le web - Partie 2

Ces canulars qui perdurent sur le web - Partie 3

Lire la suite...

La mortalité routière n'a jamais été aussi basse pour un mois d'août - 299 tués - depuis la création des statistiques en 1948. Devant ce chiffre historique, Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, soutient qu'il n'y a pas de corrélation entre la mise en place de mesures répressives et la mortalité routière.

Les statistiques sont formelles... Jamais un été ne s’est avéré aussi peu meurtrier sur les routes depuis 1948 et la création des indicateurs de sécurité routière. Avec une chute de près de 10 % du nombre de décès par rapport à l'été 2013, ces chiffres viennent enterrer les prédictions de ceux qui s'alarmaient déjà des cinq mois de hausse consécutifs entre février et juin 2014.

Il y a deux mois encore, les adeptes de la répression à tout prix étaient en ébullition! Il fallait au plus vite abaisser les limitations de vitesses. Il fallait de nouveaux radars... Profitant de quelques chiffres en légère hausse, nos "champions" des prédictions alarmistes profitaient d'un remaniement ministériel pour mettre sous pression les pneumatiques d'un nouveau ministre de l'Intérieur faisant le choix d'un moment de silence et de recul avant de s'exprimer sur les tendances de la mortalité routière.

Alors que notre association persévérait dans un argumentaire rassurant de baisse mécanique du nombre d'accidents en agitant des rubans blancs en signe d'apaisement, nos opposants, militants de la suspension de permis pour tous, brandissaient des drapeaux noirs, à coups de chiffres et de courbes dévastatrices pour 40 millions d'automobilistes déjà excédés par un régime de la surrépresion.

Et puis il y a eu le 16 juin 2014. Lors du Conseil national de Sécurité routière, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, annonçait contre toute attente qu'il abandonnait l'idée d'une baisse généralisée des limitations de vitesse, refusant alors de céder au chantage de la boule de cristal prédisant un été meurtrier.

Dans ce contexte, l'annonce quelques jours plus tard de la hausse de la mortalité routière en juin aurait pu sonner le glas pour des milliers de panneaux de limitation de vitesse à "90" tant le terrain médiatique était occupé par les quelques partisans du "tout répression". Leur ode à la punition collective était alors reprise en écho par le monde médiatique telle une vérité universelle. Mais leur stratégie de la peur resta vaine. Le ministre de l'Intérieur ne varia pas le cap,  paraissant préférer l'analyse pragmatique d'une tendance pourtant sans faille : la courbe des accidents n'a jamais cessé de s'améliorer depuis... 1972!!!

Merci, monsieur le Ministre !

A présent, nous sommes en septembre 2014 et nous savons que jamais un été n'a dénombré si peu d'accidents, si peu de décès, si peu de blessés. Comment ne pas s'en réjouir ? Comment ne pas remercier Bernard Cazeneuve de la confiance accordée aux automobilistes ? Comment ne pas le remercier d'avoir choisi de ne pas céder à la pression d'un monde moderne toujours en quête de mesures politiques hâtives pour répondre à un fait conjoncturel ? Où sont passées les sybilles et autres diseuses de mauvaise aventure qui pariaient sur l'inexorable augmentation des accidents ? Leur "excès de vitesse" à vouloir réagir trop vite est sans appel. Comment pourront-ils à nouveau défendre que seule la répression toujours accrue explique la réduction du nombre d'accidents ?

Les voitures évoluent. Toujours plus sûres! Le parc automobile se renouvelle et la sécurité de tous en même temps... La route évolue et les innovations dans la qualité des revêtements de voirie permettent assurément une amélioration constante de la sécurité routière. Encore faut-il que collectivités locales, conseils généraux, régionaux et État mesurent l'importance de l'entretien de notre réseau routier et de la nécessité d'investissement dans des dispositifs de sécurité essentiels à la conduite (marquages au sol, glissières de sécurité). Mais bien évidemment, les mentalités évoluent et les comportements routiers aussi. Bien évidemment, il restera toujours une minorité d'"irréductibles gaulois" convaincus d'être immortels... Et bien entendu, les forces de l'ordre ont un rôle essentiel à jouer. Mais ce n'est pas parce qu'il existe 1% de chauffards que nous devons prendre en otage tous les automobilistes raisonnables et responsables dont notre association souhaite au quotidien se faire l'écho.

Nous sommes aujourd'hui, plus que jamais, 40 millions d'automobilistes militants d'une meilleure sécurité de nos routes, partisans de pistes nouvelles pour sauver des vies, refusant l'infantilisation des automobilistes à la faveur d'une meilleure formation plus moderne.

On ne fait pas de la sécurité contre les automobilistes, on la fait AVEC eux. L'été 2014 prouve qu'il n'existe pas de corrélation entre la mise en place de mesures répressives et la baisse de l'accidentalité routière.

Tribune de Pierre Chasseray publiée par Le Cercle Les Echos

Publications sur le même thème :

Lire la suite...

Ce jeudi 11 septembre, la Sécurité routière publiait les chiffres de l'accidentalité routière pour le mois d'août 2014. Le bilan indique qu'il s'agit du plus faible nombre de morts sur les routes jamais enregistrés.

Pour " 40 millions d'automobilistes ", cette baisse était prévisible. La baisse de la mortalité routière des mois de juillet et août 2014 par rapport aux mois de juillet et août 2013 s’explique par une baisse mécanique de l’accidentalité.

De plus, l'association note que depuis que le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’il n’y aurait pas de baisse généralisée de baisse des limitations de vitesse de 90 à 80 km/h, on s’aperçoit d’une diminution de la mortalité sur les routes, ce qui prouve qu’il n’existe aucune corrélation entre la prise de décision politique ou la mise en place de nouvelle mesure répressive à l’encontre des automobilistes et la baisse de l’accidentalité routière.

" 40 millions d'automobilistes " réagit dans les média via AFP :

Publications sur le même thème :

Lire la suite...

Ce matin, à l'Assemblée nationale, l'association « 40 millions d'automobilistes » dévoilait son film documentaire de 52 minutes intitulé La fin de la guerre contre les automobilistes accompagné d'un livre de 60 pages reprenant les entretiens menés avec les principaux acteurs de la sécurité routière britannique.

Tourné en Angleterre en janvier dernier, ce reportage décrypte un autre modèle de sécurité routière, basé sur l'acceptation des mesures par les automobilistes. Depuis 2010 et l'arrivée de David Cameron à la tête du Gouvernement anglais, une nouvelle ligne politique nommée « la fin de la guerre contre les automobilistes » est appliquée et non sans succès, puisque le Royaume-Uni poursuit inlassablement sa réduction du nombre d'accidents (deux fois moins qu'en France).

POUR VISIONNER LE FILM " LA FIN DE LA GUERRE CONTRE LES AUTOMOBILISTES ", CLIQUEZ ICI.

Les radars

À la base de ce changement, une ville : Swindon, 180 000 habitants. Nous sommes en 2009 lorsque le précédent maire annonce la suppression des sept radars de la commune. Si la décision de suppression des radars (liée à des raisons économiques : entretien des radars à la charge des collectivités) semblait politiquement risquée, cinq ans après, le bilan est sans appel : chaque année, le nombre d'accidents de la route diminue, preuve irréfutable de la baisse mécanique de l'accidentalité.

Depuis, l'exemple de Swindon inspire. Et c'est le Somerset, puis le Northamptonshire et l'Oxfordshire qui désactivent un grand nombre de radars, si bien que l'on estime aujourd'hui que près de 55% des radars du territoire britannique ont été désactivés.

Amy Aeron-Thomas de l'association d'aide aux victimes de la route Road Peace nous confirmera que « dans certaines régions, seul un radar sur dix est actif ».

La tolérance

Autre point de divergence entre système anglais et français : la marge de tolérance des radars. Si la France base son système sur l'intolérance envers les petits excès de vitesses jugés accidentogènes avec une marge technique de 5% sur les radars fixes, l'Angleterre choisit d'appliquer une tolérance de 10% + 3km/h. Pour Mark Egan du Comité des transports au Parlement britannique (House of Commons) : « une répression qui se concentrerait sur les petits excès de vitesse générerait trop de controverse. Si vous augmentez la marge de tolérance, vous ciblerez davantage ceux qui pourfendent les règles bien au-delà des limites ».

De plus, cette politique basée sur l’acceptabilité du système tient compte de l’équilibre nécessaire entre le coût de maintenance du dispositif et ce que rapportent les contraventions émises par les radars. De cette façon, l’Angleterre se prémunit contre l’assimilation des radars à des pièges servant à rapporter de l’argent à l’Etat. Ainsi, alors que le système de contrôle-sanction est particulièrement controversé en France, notamment parce qu’il a généré près de  800 millions d’euros en 2013, parmi lesquels seuls 115 millions ont servi à l’entretien du dispositif (selon le Projet de loi de finances pour 2014), l’Angleterre parvient à un équilibre économique, avec 150 millions d’euros générés chaque année pour des coûts d’entretien annuels équivalents.

La confiance

Si, en France, notre modèle de sécurité routière reste inexorablement ancré sur une formule mathématique dite « de Nilsson », selon laquelle une baisse de 1km/h de vitesse serait synonyme de 4% de baisse des accidents, l'Angleterre applique quant à elle un principe diamétralement opposé : le « 85ème centième ». En d'autres termes, il s'agit d'adapter la règlementation en fonction du comportement de 85 % des automobilistes, jugés raisonnables. C'est pourquoi l'Angleterre songe à augmenter sa limitation de vitesse sur autoroute. En effet, selon Mark Egan du Comité des transports au Parlement britannique : « les vitesses moyennes relevées sur autoroute sont plus élevées que la limitation », d'où la nécessité d'ouvrir le débat.

Là où l'Angleterre adapte la règle au comportement des usagers sur un principe de confiance envers les automobilistes, la France fait le choix d’enfermer les comportements dans des règlementations toujours plus strictes dont le symbole est sans doute le projet d'abaissement des limitations de vitesse.

 Les limitations de vitesse

Autre point de comparaison entre la France et nos voisins britanniques : la limitation de vitesse sur nos réseaux secondaires. En Angleterre, la limitation y est fixée à 97km/h, soit 7 km/h de plus qu'en France, avec un bilan pourtant plus flatteur en termes d'accidents. Au cours de notre  tournage, nous avons pu constater qu'il n'existait aucun débat pour abaisser cette limitation outre-Manche. Mieux encore, aucun des intervenants n'a paru comprendre le projet français d'abaissement des limitations de vitesse et tous sont apparus surpris, d'autant que la réglementation française permet déjà un abaissement ponctuel sur certaines portions de route.

Le débat est clos

Après avoir augmenté sa limitation de vitesse sur autoroute il y a 10 ans, le Danemark expérimente depuis deux ans l'AUGMENTATION de sa limitation de vitesse sur le réseau secondaire, qui a été portée de 80 à 90 km/h. Les résultats ne se sont pas fait attendre. Julh Hollen de la Vejdirektoratet (Direction danoise de la route) constate beaucoup moins d'accidents. DansleCopenhagen Post, il déclarait « c'est comme si nous avions trouvé la vitesse la mieux adaptée à ces portions de route. Cela nous a permis de réduire les écarts de vitesse entre les véhicules et donc de diminuer le nombre de personnes qui procèdent à des manœuvres de dépassement potentiellement dangereuses ».

Quant à Erik Mather de la Police de la route danoise, il ajoutait « la police était vraiment peu partisane de cette idée au départ, mais nous avons complètement changé d'opinion au regard de l'expérimentation menée depuis deux ans ».

POUR VISIONNER LE FILM " LA FIN DE LA GUERRE CONTRE LES AUTOMOBILISTES ", CLIQUEZ ICI.

Publications sur le même thème :

Lire la suite...

Selon le site du Telegraph, Bruxelles serait en train de travailler sur un plan jusqu'alors "secret" pour aider les forces de l'ordre.

Le but de ce plan ? Équiper toutes les voitures vendues sur le territoire européen d'un puce qui permettrait à la police d'éviter les poursuites dangereuses. Depuis un poste de contrôle, les forces de l'ordre pourraient ainsi ralentir les véhicules à distance jusqu'à leur immobilisation.

Le projet aurait été lancé il y a deux mois, dans le cadre du programme "Enlets", après que les experts scientifiques des polices européennes, dont la France, aient donné leur accord pour développer cette technologie.

Le député britannique David Davis s'interroge déjà sur l'aspect juridique du dispositif : quelle serait la responsabilité de l'État dans le cas où celui-ci serait à l'origine d'un accident grave ?

Il faut savoir que ce système existe déjà sur certains modèles de voiture haut de gamme, pour permettre à leur propriétaire d'arrêter leur véhicule à distance en cas de vol.

" 40 millions d'automobilistes " s'insurge contre ce dispositif : " Mais jusqu'où on va aller ? À quel moment on va s'arrêter ? Il ne se passe plus une journée sans qu'il y ait une mesure répressive à l'égard des automobilistes. Stop : il faut s'arrêter, ce système de puce électronique à l'intérieur du véhicule ne tient pas la route ! " (Pierre Chasseray, le 06/02/2014 sur Europe 1).

Lire la suite...

Activité

Claude MEISSEL replied to Claude MEISSEL's discussion Équipement Automobile
"Tout est dit. Merci !"
hier
Claude MEISSEL replied to Claude MEISSEL's discussion Équipement Automobile
"Malin toi. Mais non, je ne dépasse jamais par la droite, sauf si le mec devant à mis son cligno à gauche et s'est déporté pour tourner... à gauche ! (on sait jamais avec les dyslexiques... :-)"
hier
Denis de Seine & Oise replied to Matthieu BOURNONVILLE's discussion La folie des SUV
"Bonjour aussi,

bien sûr que les SUV, véhicules plus hauts à tendance tout terrain, deviennent obligatoires, depuis que notre ex beau réseau routier national se transforme en pistes africaines, il faut bien y passer pour pouvoir rouler un peu.

C'es…"
Mardi
Denis de Seine & Oise commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Alerte rouge sur la qualité du réseau routier français !
"Tout le budget est parti dans les ralentisseurs et les nouveaux panneaux 80, les nids de poule ont de beaux jours devant-eux.
Tout le bitume est parti dans les bosses artificielles, les gendarmes couchés, à tel point qu'il y a pénurie tous les ans: …"
Mardi
Nedellec Gilbert commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Alerte rouge sur la qualité du réseau routier français !
"Ouais dans 2 ans c'est à  50 kmh maxi et non 80 qu'il faudra  rouler sous peine de casser la machina"
Lundi
40 millions d'automobilistes posted a blog post
Il n’aura fallu que quelques années pour que la France sombre dans le classement international de l’entretien des routes. Longtemps 1ère de ce classement, la France glisse aujourd’hui selon le WEF à la 18ème place. Pire encore, il s’agit d’une chute…
Lundi
yannick Martel replied to 40 millions d'automobilistes's discussion Allocution du Président de la République : des réponses pour les automobilistes ?
"raclee??pas si sur si il y a de la triche dans l'air pour garder le pouvoir la nous serons en dictature c'est deja ce qui se prepare avec les municipales j'aimerais me tromper mais......"
12 oct.
40 millions d'automobilistes posted a blog post
Alors que les objectifs attendus en matière de sécurité sont loin d'être atteints par la mesure d'abaissement de la limitation de vitesse de 90 à 80km/h sur le réseau secondaire, l'association "40 millions d'automobilistes" lance un appel au Préside…
11 oct.
Victor (St MÔ) commented on 40 millions d'automobilistes's blog post À chaque semaine sa nouvelle taxe auto
"Nos incapables politiques dans toute leur splendeur"
10 oct.
Zagrodnicki commented on 40 millions d'automobilistes's blog post À chaque semaine sa nouvelle taxe auto
"Poid avec ou sans passagés. Sérieusement,ils veulent vraiment une révolution. Ils vont ensuite s'en prendre aux voitures d'occasion. En France seules les zoé seront autorisées. Et nos constructeurs, ont les entends pas, pendant ce temp .
La France,…"
9 oct.
40 millions d'automobilistes posted a blog post
[Mise à jour du 10 octobre 2019]
L’amendement qui visait à instaurer une nouvelle taxe basée sur le poids du véhicule et que l’association "40 millions d’automobilistes" dénonçait fermement a été rejeté lors de la commission des finances de l’Assemb…
9 oct.
VASYS commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Lutte contre la conduite sans assurance : concrétisation d'une proposition de "40 millions d'automobilistes"
"Enfin une bonne mesure,j'ai étais victime d'un grave accident avec un conducteur non assuré.. Quelle galére pour me faire indemnisé de mes frais médicaux !!!"
8 oct.
Claude Benigni replied to Elis's discussion vive la voiture en bleu !!....
"bjr

j ai eu un peu ce même problème il y a de ça près de 50 ans au Maroc entre Casablanca et Meknès je suis avec ma 4 L je me fais arrêter par ce que j allais trop vite l agent qui m arrête me dit vous étiez a plus de100 je lui non tout auplus a…"
8 oct.
Claude Benigni commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Lutte contre la conduite sans assurance : concrétisation d'une proposition de "40 millions d'automobilistes"
"bjr
 
il y a un fond prevu pour cet effet aprovisionné par les assurances je ne me rappelle pas son vrai nom
 "
6 oct.
Nedellec Gilbert commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Lutte contre la conduite sans assurance : concrétisation d'une proposition de "40 millions d'automobilistes"
"Et après  , s'il n'est pas assuré  que va-t-il  arriver ??
J'ai bien peur que rien ne se passe"
5 oct.
Claude Benigni commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Lutte contre la conduite sans assurance : concrétisation d'une proposition de "40 millions d'automobilistes"
"bjr
j etais perçuadé que se système etait en nvigeur de puis plusieurs années un ami a eu les deux portières et le montant de caisse  d enfonce sur un parking de super marché ce sont d autres clients qui on arrêté le fuillard  en poussant une chaine…"
4 oct.
Plus...