autoroutes (8)

  • Aujourd’hui s’est tenue une des réunions du Comité des usagers de la route, lors de laquelle ont été officiellement présentées les propositions tarifaires des sociétés concessionnaires d’autoroutes pour l’année 2018. Et, sans surprise, comme chaque année, ces propositions font état de hausses du prix des péages autoroutiers.

    Lassée de l’inertie de cette organisation, l’association "40 millions d’automobilistes", membre du Comité depuis sa création, a sommé son Président, François Bordry, d’agir concrètement en faveur des automobilistes.

    Pierre Chasseray, délégué général de l’association "40 millions d’automobilistes" et membre à ce titre du Comité des usagers, a rappelé les enjeux de l’accessibilité de ce réseau : "Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, fait partie des membres invités de cette commission, mais je m’aperçois surtout qu’il brille par son absence, alors qu’il s’agit d’un dossier éminemment important de sécurité routière. Pourquoi ? [...] J’ai peur que l’on crée une autoroute à deux vitesses : il y aura d’un côté ceux qui peuvent la payer et qui circuleront en sécurité, et de l’autre ceux qui ne le peuvent pas, et qui emprunteront le réseau secondaire, infiniment plus accidentogène."

    Des remarques qui, bien que traduisant les inquiétudes justifiées des usagers en termes d’accès à la mobilité, de sécurité des déplacements et de pouvoir d’achat, n’ont pas tiré les membres du Comité de leur léthargie habituelle, ce qui a poussé l’association à établir cette demande officielle directement à François Bordry : "On ne peut pas rester à se réunir de temps à autres et se regarder dans le blanc des yeux [...] Tous, autour de cette table, nous perdons notre temps. Si cette organisation veut prétendre avoir une quelconque utilité, elle doit s’exprimer ; par le vote d’abord, puis en adressant un courrier de recommandations à la Ministre [Élisabeth Borne, secrétaire d’État chargée des Transports]. Faute de quoi, on peut tout aussi bien dissoudre le Comité des usagers dès aujourd’hui, car il n’a aucune crédibilité" a enjoint Pierre Chasseray.

    Malgré cette intervention, les membres du Comité des usagers n’ont pas souhaité formuler de recommandations visant à orienter la décision de la Ministre des Transports quant à la validation ou non des demandes de hausses des tarifs autoroutiers.

    Ci-dessous le propositions de hausses des tarifs formulées par les sociétés concessionnaires pour 2018 :

    Sociétés concessionnaires historiques Taux Classe 1
    APRR 2%
    AREA 2,04%
    ASF 1,34%
    COFIROUTE- INTERURBAIN 1,34%
    ESCOTA 1,34%
    SANEF 1,39%
    SAPN 1,39%
    ATMB- Autoroute 1,03%
    SFTRF- Autoroute 1,03%
    Sociétés concessionnaires récentes Taux Classe 1
    ADELAC- A41 2,9%
    ALBEA- A150 3%
    ALICORNE- A88 1,5%
    A'LIENOR- A65 3,5%
    ALIS- A28 3,5%
    APRR- TML 1,7%
    ARCOUR- A19 3 à 4%
    ASF- Tunnel du Puymorens NC
    ATLANDES- A63 2,8%
    CCIH- Normandie NC
    CCIH- Tancarville NC
    CEVM été 3%
    CEVM hors été 3,8%
    COFIROUTE- DUPLEX A86 3,23%

    L’association "40 millions d’automobilistes" adressera donc seule une lettre à Élisabeth Borne pour lui demander de revoir à la baisse les augmentations proposées par les sociétés concessionnaires d’autoroutes, dans l’intérêt des usagers.

    Lire la suite...
  • Il y a tout juste 10 ans, les autoroutes étaient totalement privatisées : 10 ans que les usagers connaissent des hausses de tarifs de péages supérieures à l'inflation. En novembre 2014, "40 millions d'automobilistes" engageait un véritable bras de fer contre les sociétés privées pour empêcher une nouvelle hausse des tarifs en 2015. Grâce à la mobilisation des usagers aux côtés de l'association, un gel historique des tarifs était annoncé trois mois plus tard.

    Mais les prix pratiqués sont encore bien trop élevés et dissuadent aujourd'hui un grand nombre d'usagers (en particulier les jeunes automobilistes et les ménages modestes) d'emprunter le réseau autoroutier pour leurs déplacements. Pourtant, l'autoroute est de loin le réseau routier le plus sûr...

    À l'occasion des 10 ans de la privatisation totale des autoroutes, "40 millions d'automobilistes" vous explique en quelques points pourquoi la baisse du prix des péages est nécessaire.

    Une privatisation au détriment de la sécurité

    • Les tarifs exorbitants pratiqués par les sociétés dissuadent un grand nombre d’usagers d’emprunter le réseau autoroutier pour leurs déplacements. Pourtant, l’autoroute est de loin le réseau routier le plus sûr : le risque d’y être victime d’un accident mortel est 5,25 fois moins important que sur une route départementale et 6,6 fois moins que sur une nationale.

    Une privatisation au détriment des Français

    • Alors que le Gouvernement comptait sur l’intervention des concessionnaires pour favoriser la reprise de l’emploi, la généralisation de l’automatisation des péages et la réduction des personnels chargés de l’entretien du réseau ont conduit au contraire à la suppression de milliers d’emplois. En 7 ans, les sociétés privées ont réduit leurs effectifs de 18%.
    • Depuis la privatisation, la progression des tarifs des péages est systématiquement supérieure à l’inflation : ces augmentations servent à compenser le ralentissement de la fréquentation des réseaux autoroutiers. Ainsi, en 10 ans, le prix du kilomètre parcouru sur autoroute a augmenté en moyenne de 16,4 %, soit deux fois plus vite que l’inflation.

    Une privatisation au détriment de l'État

    • Les autoroutes ont été cédées par l’État aux sociétés privées pour un montant de 14,8 milliards d’euros. Mais aujourd’hui, la Cour des Comptes estime à près de 24 milliards d’euros la valeur des concessions pour une durée de 30 ans, soit un manque à gagner de près de 10 milliards d’euros pour l’État lors de la cession.
    • En privatisant les autoroutes, l’État a renoncé aux bénéfices générés par les droits de péages. Or, les sociétés privées ont reversé environ 15 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires depuis la privatisation et on estime de 34 à 39 milliards d’euros le montant total des dividendes qui devraient être amassés par les entreprises sur la durée de la concession.


    Consultez notre étude complète : Petite histoire des autoroutes : comprendre pourquoi la baisse des tarifs autoroutiers est nécessaire.

    Lire la suite...
  • (Image de l'article du magazine Auto Journal du 1er août 1974)

    Le 29 avril prochain, dès 7h30, une voie réservée aux bus et aux taxis sera mise en service sur l’autoroute A1 dans le sens Roissy Paris. Pour la ville de Paris, qui avait annoncé cette mesure le 27 février dernier, cela permettrait de « fluidifier la circulation ». L’association « 40 millions d’automobilistes » annonce d’ores et déjà que cette mesure ne permettra en aucun cas de fluidifier le trafic aux heures de pointe.

    En quoi consiste la mesure ?

    Sur une distance de 5 km, les automobilistes ne pourront plus emprunter la voie de gauche de l’A1 par l’A86 au niveau du Stade de France (Seine-Saint-Denis), durant les heures de pointe entre 6h30 et 10h le matin, hors week-ends, jours fériés et vacances scolaires. Cette voie sera exclusivement réservée aux bus et taxis. Dans les mois à venir, les véhicules de covoiturage pourront également l’utiliser.

    Les politiques ne devraient-ils pas apprendre de leurs erreurs ?

    Une voie réservée aux bus et aux taxis, cela n'est pas nouveau ! En effet, la mesure a déjà été expérimentée à deux reprises par le passé :

    • Une première fois au printemps de l’année 1974 : les dirigeants de l’époque avaient décidé de mettre en place, sur le même tronçon d’autoroute, une voie réservée aux taxis et aux bus. Mais à peine quelques mois après sa mise en application, cette voie était réouverte à la circulation de tous les usagers de la route (voir ci-dessus l’article du magazine Auto Journal du 1er août 1974), preuve de l’échec de l’expérimentation.
    • En 2009, l’expérience fut renouvelée. L’aménagement de la voie avait permis aux taxis de gagner quelques minutes sur leur trajet, mais cela s’était traduit par d’énormes embouteillages pour les automobilistes.

    Vous l'aurez donc compris, les automobilistes vont encore subir une mesure déjà testée dans les années antérieures et qui ne fonctionne absolument pas. La ville de Paris n'en est pas à son premier essai avec cette fameuse voie réservée. Pourtant, après deux échecs cuisants, elle persiste et s'apprête à reproduire la même erreur. Jamais deux sans trois ?..

    Une mesure coûteuse pour un résultat négatif

    Pour mettre en place cette mesure qui densifiera les bouchons, l’État a tout de même investi 8 millions d’euros, pour financer la signalisation dynamique (panneaux de signalisation lumineux informant les usagers des autorisations d’accès aux voies de circulation), mais aussi les portiques et systèmes de vidéo-surveillance qui seront utilisés pour verbaliser les contrevenants, qui encourront une amende de 4ème classe (135 €).

    Quel est l’intérêt pour l’État de s’entêter dans une mesure qui n’a jamais fonctionné depuis 40 ans, si ce n’est de jeter par les fenêtres l’argent des contribuables ?

    À voir aussi sur le sujet : 8 millions d'euros pour engorger le trafic

    Lire la suite...
  • Cela faisait des années que " 40 millions d'automobilistes " demandait le gel des tarifs de péages. Mais en novembre 2014, l'association décidait d'aller plus loin, en demandant la baisse des tarifs autoroutiers. Manuel Valls, Premier ministre, vient de confirmer qu’il n’y aurait pas d’augmentation des tarifs de péages pour l’année 2015.

    L’association « 40 millions d’automobilistes » considère cette décision comme une seconde victoire dans ce dossier. Il faut tout de même rappeler que le 27 janvier dernier, le Gouvernement annonçait une première fois un gel des tarifs autoroutiers. Mais à l’origine c’est une baisse des tarifs qui avait été envisagée, en novembre 2014, par Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie et des Transports et Emmanuel Macron, ministre de l’Economie.

    Afin que la hausse interminable des prix des péages cesse enfin,  l’association avait lancé en novembre dernier la pétition « STOP aux péages trop chers » sur le site Internet www.stopauxpeagestropchers.com, qui a recueilli à ce jour plus de 150 000 signatures. Parallèlement, l’association avait demandé à tous les élus parlementaires, présidents de partis et de groupes politiques de s’engager en faveur ou contre une baisse du prix des péages. La liste des 44 personnalités politiques ainsi engagées aux côtés de « 40 millions d’automobilistes » avait été publiée le 27 janvier dernier.

    Lire la suite...
  • À l’issue des négociations relatives à l’évolution du prix des péages pour 2015 entre les sociétés concessionnaires d’autoroutes et le Gouvernement, Matignon vient d’annoncer, aujourd’hui mardi 27 janvier 2015, un gel des tarifs pour l’année 2015.
     
    En lieu et place de l’augmentation mécanique habituelle des tarifs chaque 1er février (une hausse moyenne de 0,57% était annoncée le 27 novembre 2014), les automobilistes français bénéficieront donc d’un gel des prix des péages pour l’année 2015.
     
    L’association « 40 millions d’automobilistes » considère cette décision comme une première victoire dans ce dossier, car il faut tout de même rappeler que c’est initialement une baisse des tarifs qui avait été envisagée par Ségolène ROYAL, ministre de l’Ecologie et des Transports et Emmanuel MACRON, ministre de l’Economie.
     
    C’est d’ailleurs dans ce but que l’association avait lancé en novembre dernier la pétition « STOP aux péages trop chers » sur le site Internet www.stopauxpeagestropchers.com , qui a recueilli à ce jour plus de 140 000 signatures.
     
    Parallèlement, l’association avait demandé à tous les élus parlementaires, présidents de partis et de groupes politiques de s’engager en faveur ou contre une baisse du prix des péages. La liste des 44 personnalités politiques ainsi engagées aux côtés de « 40 millions d’automobilistes » est disponible à ce lien : http://bit.ly/1D1LUzS

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Aujourd’hui, mardi 27 janvier 2015, le Comité des usagers de la route se réunit pour connaître l’augmentation ou la baisse des prix des péages. En attendant l’annonce, l’association « 40 millions d’automobilistes » publie la liste des élus qui se sont prononcés en faveur d’une réduction des prix des péages suite à un appel lancé par notre association à tous les parlementaires et présidents de partis politiques.

    >>> Pour consulter la liste, cliquez ici<<<

    Les élus qui veulent une baisse des prix des péages

    Dans un premier courrier envoyé aux parlementaires et aux présidents de partis politiques, « 40 millions d’automobilistes » demandait de se prononcer pour ou contre une baisse des tarifs autoroutiers. L’association recevait alors de nombreuses réponses venant de tous horizons politiques « 40 millions d’automobilistes » a ensuite relancé, à la mi-janvier, les élus qui n’avaient pas répondu. Aujourd’hui, 43 parlementaires, et 1 seul président de parti politique ont répondu positivement à l’appel lancé par l’association en faveur d’une baisse des coûts des péages.

    Si des réponses nous sont parvenues de tout bord politique confondu, le seul président de parti politique signataire est Nicolas Dupont-Aignan, député et président du parti Debout la France.

    >>> Pour consulter la liste, cliquez ici<<<

    La renationalisation ? De la poudre aux yeux !

    Nous avons été frappés de voir que la plupart des parlementaires ont botté en touche, refusant de se prononcer. En fin d’année 2014, 150 parlementaires avaient demandé, dans un courrier au Premier ministre, la renationalisation des autoroutes. L’un des cosignataires, Jean Glavany, député des Hautes-Pyrénées, a indiqué dans une interview le 12 décembre dernier sur Sud radio que « l'intérêt général n'était pas de baisser les prix des autoroutes ».

    Sur les 150 parlementaires qui demandent la nationalisation des autoroutes, aucun n’a répondu à notre demande. Leur silence en dit long ! Nous rendons public ce matin le courrier signé par les 44 élus engagés en faveur de la baisse du prix des péages. »

    Une pétition recueillant plus de 140 000 signatures

    Alors que le Gouvernement s’engageait fermement en faveur d’une baisse des tarifs des péages en fin d’année 2014, une hausse des tarifs des péages devrait être entérinée aujourd’hui, « 40 millions d’automobilistes » appelle que sa pétition en ligne www.stopauxpeagestropchers.com a enregistré à ce jour plus de 140 000 signatures.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Selon un article paru dans le Journal du Dimanche le 28 décembre 2014, le Gouvernement et les sociétés concessionnaires d’autoroutes songeraient à mettre en place une « tarification écologique » des péages d’ici 2016. Seuls les véhicules dits « propres » bénéficieraient ainsi d’une baisse des tarifs.

    Le principe serait de créer une différenciation des tarifs des péages en fonction du degré de pollution émise par les véhicules empruntant le réseau autoroutier. Ainsi, les véhicules à motorisation électrique ou hybride ainsi que ceux servant au covoiturage se verraient gratifier d’un tarif moins élevé au péage, tandis que les propriétaires de véhicules considérés comme polluants continueraient à payer le prix fort pour circuler sur les autoroutes.

    Pour l’association « 40 millions d’automobilistes », ce projet de tarification écologique est tout simplement inacceptable : « Ségolène Royal avait promis une baisse du prix des péages pour tous les usagers. Finalement, on risque de se retrouver avec une réduction des tarifs qui ne concernerait potentiellement que 3 à 4 % des automobilistes » dénonce Pierre Chasseray, délégué général de l’association.

    Cette différenciation tarifaire permettrait en outre aux sociétés d’autoroutes de poursuivre la hausse des tarifs des péages qu’elles pratiquent chaque année, en la faisant peser essentiellement sur les véhicules les plus émetteurs. « Une fois de plus, on va pénaliser les automobilistes les plus modestes, ceux qui n’ont pas les moyens de s’équiper d’un véhicule neuf » s’inquiète Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes ».

    « Les automobilistes ne veulent pas d’une mesure qui ne bénéficierait qu’à une élite ; ils souhaitent qu’elle profite à l’intérêt général, pour la sécurité et le pouvoir d’achat de tous les Français. C’est pourquoi nous demandons une baisse généralisée des tarifs des péages » conclut Daniel Quéro.

    >>> Avec " 40 millions d'automobilistes " exigez la baisse des tarifs autoroutiers en signant notre pétition : http://stopauxpeagestropchers.com <<<

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Ce matin en direct sur RTL, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal annonçait son intention d’entamer des discussions avec les sociétés d’autoroute pour les « mettre […] devant leurs responsabilités », relativement aux tarifs pratiqués aux péages, trop élevés de 20% selon un rapport de la Cour des Comptes.

    La ministre de l’Écologie s’est donc dite favorable à une baisse de 10% du prix du droit de péages, qui pourrait se traduire par la gratuité des autoroutes le week-end. Les 10% restants pourraient prendre la forme de nouveaux investissements pour renforcer les infrastructures autoroutières et les services aux usagers.

    Pour " 40 millions d'automobilistes ", c’est un signe positif qu’envoie la ministre aux automobilistes : cela fait 40 ans que nous attendons d’entendre de telles paroles de la bouche d’un ministre et l'association espère vivement que ces négociations aboutiront. Il faut maintenant passer des mots aux actes !

    Rappelons que l’autoroute est le réseau routier le plus sécuritaire. Pourtant, les tarifs exorbitants pratiqués par les concessionnaires dissuadent les automobilistes de l’emprunter. La baisse des prix redonnera les faveurs des usagers à ce réseau et favorisera la sécurité de tous.

    Lire la suite...

Activité

TopEssay Services est désormais membre de Fil-conducteurs
Ce jeudi 18 juillet se tient la première édition de la Journée nationale du Partage de la route, initiée par « 40 millions d’automobilistes », Mon Vélo est une Vie et la Fédération française des Motards en Colère.

À cette occasion, les trois associ…
"Bonjour Flash McQueen,
Je plussoie votre réponse.
C'est bien pour conter le laxisme que vous évoquez que les sanctions seront endurcies, ceci, dès l'an prochain !
Déjà les radars tourelles et les caméras vidéos devraient faire réfléchir...
C'est su…"
"C'est en parti vrai ,le problème est qu'il faudrait un gendarme derrière chaque conducteur .Quand ils voient ces infractions ils sanctionnent malheureusement pas assez souvent ."
"Pour que ça rapporte il faudrait que ce soit sanctionné. Le stationnement gênant n'est jamais sanctionné (il ne faut pas froisser les électeurs), le non respect des passages piétons n'est pas sanctionné non plus malgré le durcissement des règles l'a…"
"Si ce ne serait pas si excessif, tout le monde s'en ficherait, quand on touche au portefeuille, on réagit en conséquence.
Les amende rapporte gros à l'État sans quoi, un nouveau impôt serait inventé, autrement dit ; les amendes sont un impôt indirec…"
"Que l'ont sanctionne cette infraction je suis pour, mais la elle est clairement exessive, une fois de plus l'état s'attaque a ce qui va rapporter le plus."
"+1
Idem pour l'autoradio /recherche de station"
"Pourtant à l'inverse de ça, nous sommes autorisés à toucher l'écran tactile de notre voiture qui est comme un smartphone (surtout avec le miror-link !!)"
"Je suis totalement d'accord, malgré que cela paraisse sévère.
Des systèmes mains libres existent. Un appel téléphonique est-il vraiment si urgent ? ( a 99% non) en général cela peut attendre quelques minutes. Sans réponse l'interlocuteur laissera…"
"'' s’il y en avait pas temps qui font n’Importe quoi au volant et qui ont des accidents, on ne nous emm...derait pas avec la vitesse et toute autre formes de sanctions. .''

Bien sûr que non, ça rapporte trop d'argent..."
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON