embouteillages (10)

  • [MàJ du 19 septembre 2017]

    Nouveau record du plus grand nombre de kilomètres de bouchons en Île-de-France : à 9h00 ce matin, on dénombrait en effet 546 km d’embouteillages dans la région parisienne. L’association "40 millions d’automobilistes" dénonce la politique d’immobilité menée par Anne Hidalgo depuis le début de son mandat, qui provoque ces conditions de circulation désastreuses et génère toujours plus de pollution, et poursuit son appel à la mobilisation avec "Dis-le à Anne".

    [Article du 11 septembre 2017]

    Aujourd’hui, lundi 11 septembre 2017, l’association "40 millions d’automobilistes" lance la première manifestation téléphonique,"Dis-le à Anne", pour protester contre les multiples mesures prises à l’encontre des automobilistes par la maire de Paris, Anne Hidalgo. L’association appelle tous les usagers à raconter directement au cabinet de la Maire les nuisances qu’ils subissent au quotidien en raison de sa politique de mobilité. Pour ce faire, un seul numéro : le 01 42 76 48 11*.

    Fermeture des voies sur berge à la circulation automobile, bannissement des vieilles voitures de la capitale, suppression des places de stationnement et autres restrictions de circulation… La vie des automobilistes Parisiens et Franciliens est devenue un calvaire, car loin d’améliorer la mobilité des usagers, ces mesures prises en cascade par Anne Hidalgo depuis le début de son mandat n’ont fait que renforcer la congestion routière… et exacerber la colère des usagers des grands axes de circulation, de plus en plus pollués, et des administrés.

    On ne peut pas en vouloir à un élu de ne pas maîtriser tous les sujets… En revanche, il est inacceptable de refuser systématiquement d’entendre les personnes dont c’est le métier. Et c’est malheureusement la situation que l'association rencontre avec Anne Hidalgo depuis son élection : "40 millions d’automobilistes" a formulé de nombreuses demandes de rendez-vous pour proposer des mesures qui ne pénaliseraient personne. Mais elles sont toutes restées sans réponse. Anne Hidalgo ne peut plus continuer à diriger la capitale sans tenir compte de l’avis de ceux qui y vivent et viennent y travailler .

    C’est pourquoi l’association demande aujourd’hui à tous les usagers pénalisés dans leurs déplacements quotidiens par la politique de mobilité imposée par l’édile parisienne de participer à cette manifestation :

    • Vous êtes bloqués dans les embouteillages ? Connectez votre kit mains-libres et dites-le à Anne !
    • Vous habitez aux abords des quais hauts et subissez les nuisances sonores depuis la fermeture des berges ?

    >>> Composez le 01 42 76 48 11*.

    Si Anne Hidalgo refuse d’entendre "40 millions d’automobilistes", elle devra écouter les doléances des 12 millions de Parisiens et de Franciliens qu’elle a pris en otage !

    N'hésitez pas à réagir sur les réseaux sociaux avec le hashtag #DisleaAnne, que ce soit pour partager votre témoignage ou les circonstances de votre appel à Anne Hidalgo.

    *Au cas où la mairie de Paris viendrait à bloquer cette ligne, "40 millions d’automobilistes" invite les participants à poursuivre la manifestation en contactant le secrétariat de la Mairie au 01 42 76 40 40.

    Lire la suite...
  • Il y a une semaine, alertée par un automobiliste d’une possible fermeture des voies sur berge pendant l’été 2017 entre Boulogne et le Pont de Bir-Hakeim, l’association "40 millions d’automobilistes" interpellait le service "Paris j'écoute" (compte Twitter officiel de la mairie de Paris répondant aux questions pratiques) afin d'en savoir plus sur cette potentielle fermeture.

    Alors que la mairie de Paris n’a pour l’heure fait aucune communication officielle auprès des usagers, le service semble aujourd’hui confirmer qu’il y aurait bel et bien une fermeture des berges : "les voies sur berges seront fermées du 23/07 au 24/08 pour créer une piste cyclable bidirectionnelle sur les quais" .

    Or, interdire la circulation aux voitures sur cet axe – le seul encore accessible aux automobilistes – est une aberration puisqu’il n’existe aucun itinéraire de substitution pour les automobilistes utilisant les voies sur berge de ce côté de la Seine, obligeant ainsi à un itinéraire de contournement qui sera saturé ! Pour l’association "40 millions d’automobilistes", cette nouvelle fermeture estivale est une ineptie qui condamne encore une fois les automobilistes à des bouchons supplémentaires !

    Lire la suite...
  • Des embouteillages toujours plus importants dans Paris, et des voies sur berge désertées par les piétons et cyclistes !

    Aujourd’hui, le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France consacre son "Fait du jour" à la piétonisation des voies sur berge de la rive droite, effective depuis le 05 septembre dernier à Paris. Le journal révèle notamment les chiffres de l’augmentation du trafic sur les itinéraires de remplacement empruntés désormais par les automobilistes, qui confirment la forte hausse de la circulation et des embouteillages dénoncée par"40 millions d’automobilistes" et l’aberration du projet mené par la maire de Paris, Anne Hidalgo.

    "Évaporation" du trafic à Paris ?

    La fermeture à la circulation des véhicules motorisés des 3,3 km de voies sur berge de la rive droite de la Seine nourrit la colère des automobilistes et les polémiques politiques depuis maintenant près de 3 mois. Entre la mairie de Paris, qui défend idéologiquement une "évaporation du trafic", et les usagers, qui subissent jour après jour des temps de trajet nettement rallongés, le débat fait rage sur la nécessité de maintenir les voies sur berge ouvertes aux seuls piétons et cyclistes et sur l’efficacité-même du dispositif.

    Pour l’association "40 millions d’automobilistes" comme pour Le Parisien, la situation est claire : l’enquête menée par le quotidien a démontré une augmentation du trafic de +48% à +91% sur les quais hauts ! La situation devient intenable pour les automobilistes qui empruntent chaque jour ces routes pour aller travailler ; les esprits s’échauffent. Pourtant, pas la moindre trace de "l’évaporation" du trafic promise par la mairie de Paris… Anne Hidalgo se moque du monde : tous les comités, toutes les études démontrent l’échec cuisant de sa mesure, mais elle n’écoute que les marges écologistes !

    Une forte mobilisation contre le projet

    L’association, opposée depuis l’origine au projet de fermeture des voies sur berge, rappelle la très forte mobilisation, à la fois des usagers de la route et des élus d’Ile-de-France, contre cette interdiction : notre pétition en ligne www.voiessurbergepourtous.com a recueilli plus de 75000 signatures et de nombreux élus franciliens ont également répondu à notre appel et souhaitent que le Conseil régional d’Ile-de-France soit impliqué à part entière dans les grands projets impactant la circulation routière dans la région, car il est inacceptable que des mesures à ce point pénalisantes pour les Franciliens puissent être mises en œuvre sans aucune concertation.

    Lire la suite...
  • Hier matin, mardi 06 octobre 2015, la région Ile-de-France a battu un record : celui du nombre de kilomètres d’embouteillages tous axes confondus, s’élevant désormais à 484 km. L’association « 40 millions d’automobilistes » n’est malheureusement pas surprise par ce chiffre, mais indignée par les mesures prises par la mairie de Paris pour « éradiquer » la voiture.


    Ce triste record montre bien l’inefficacité des mesures prises par la mairie de Paris. Si l’on croyait les communications de la mairie, l’abaissement de la limitation de vitesse sur le périphérique de 90 à 70 km/h devait fluidifier le trafic. Or, aujourd’hui, ce n’est pas le cas ! On voit bien que les embouteillages ne cessent d’augmenter. Il y a un an jour pour jour, l’Ile-de-France battait déjà ce record avec 450 km de bouchons.


    C’est un triste record pour les automobilistes Franciliens, pris au piège dans les embouteillages. Aujourd’hui, on peut douter des études communiquées par la mairie de Paris annonçant qu’en abaissant la limitation de vitesse autorisée et en fermant la voie sur berges, il n’y aurait aucun impact sur la fluidité du trafic.

    Retrouvez les articles sur le même sujet :

    Lire la suite...
  • Aujourd’hui, lundi 28 septembre 2015, l’Agence France Presse révèle dans une dépêche un rapport de la Direction de la Voirie et des Déplacements (DVD) de la mairie de Paris, selon lequel la fermeture à la circulation automobile des voies sur berges rive droite voulue par Anne Hidalgo, maire de Paris, provoquerait un allongement des temps de trajet de 25 minutes. " 40 millions d’automobilistes ", qui s’oppose fermement au projet, dénonce une mesure catastrophique pour les riverains et les usagers des axes concernés et appelle à la mobilisation sur le site internet www.nonalafermeturedesvoiessurberge.com.


    En mai dernier, déjà, alors qu’Anne Hidalgo lançait une pseudo-consultation visant à recueillir l’opinion des administrés parisiens sur le futur aménagement des voies de la rive droite, l’association " 40 millions d’automobilistes " faisait le bilan de la fermeture de la rive gauche à la circulation en janvier 2013, s’appuyant sur des études du Medef et de la société d’info-trafic Inrix : " La fermeture des voies sur berges a provoqué une aggravation des conditions de circulation, non seulement sur les axes à proximité des quais, mais aussi sur le périphérique. Ces embouteillages supplémentaires se traduisent par des émissions polluantes et des nuisances sonores accrues pour les riverains. Les effets sont à l’exact opposé de ce que l’on souhaiterait voir " analysait " 40 millions d'automobilistes ".


    Les résultats de l’étude menée par la DVD prévoient des conséquences similaires sur la circulation automobile si la rive droite était transformée en zone piétonne : les temps de parcours pour les automobilistes, contraints d’emprunter les quais hauts, pourraient être allongés de 9 minutes en moyenne lors des heures de pointe du soir et de 16 minutes pendant les heures de pointe du matin. Soit 25 minutes supplémentaires perdues dans les embouteillages chaque jour. De plus, la DVD craint un encombrement du tunnel des Tuilerie, situé sur l’itinéraire de substitution, qui provoquerait " un problème pour la sécurité des usagers ".


    " Nous regrettons qu’un projet alternatif n’ait pas été mis en œuvre, qui aurait permis de concilier espace piétonnier et accès ouvert aux automobilistes " conclut l'association " 40 millions d’automobilistes ".


    L’association invite tous les opposants au projet à signer la pétition en ligne sur le site internet www.nonalafermeturedesvoiessurberge.com. Après la fermeture des voies sur berge rive gauche et les annonces successives d’Anne Hidalgo sur fermeture de la rive droite, la pétition avait recueilli plus de 50 000 signatures.

    Lire la suite...
  • Ce mardi 05 mai 2015, la mairie de Paris annonce la mise en place en juin prochain d’une grande " consultation " auprès de ses administrés dans le but de recueillir leur opinion sur l’aménagement des voies sur berges de la rive droite. Alors que les travaux destinés à fermer à la circulation automobile les quais bas de la rive gauche ne sont terminés que depuis quelques mois, la Mairie envisage d’ores et déjà de piétonniser un large tronçon de la rive droite, entre le 1er et le 4ème arrondissement.


    Des temps de trajets quotidiens doublés


    Dans une question orale du 09 octobre dernier, le sénateur-maire de Saint Maurice (Val-de-Marne), Christian Cambon, s’inquiétait de l’accélération du projet de la mairie de Paris visant à transformer en zone piétonnière les quais de Seine rive droite. Il mettait notamment en avant le fait que, contrairement aux affirmation d’Anne Hidalgo, maire de Paris, aucun bilan sérieusement réalisé n’avait permis de démontrer un quelconque effet positif de la fermeture des voies de la rive gauche. Et pour cause : selon une étude réalisée par le Médef en 2014, les reports de circulation des anciennes voies de la rive gauche ont provoqué un allongement des temps de parcours quotidiens d’en moyenne +41% entre le Pont Neuf et la Concorde et de +53% sur la rive droite. La fermeture envisagée de cette même rive droite engendrerait, selon cette même étude, une multiplication par deux des temps de trajets actuels.


    De son côté, la société d’études d’info-trafic Inrix avait estimé en 2013 (année de la fermeture des voies sur berges rive gauche) que les coûts liés aux embouteillages à Paris entre 2013 et 2030 augmenteront de +51% et les émissions annuelles de CO2 de +13%.


    Seule Anne Hidalgo continue à prétendre que les trajets des Parisiens et des Franciliens sur cet itinéraire n’ont augmenté que « d’une ou deux minutes » et que l’opération a eu un effet bénéfique sur la pollution. Des chiffres censés justifier aujourd’hui les nouvelles fermetures de voies de circulation sur la rive droite.


    La fermeture des voies sur berges de la rive gauche a provoqué une aggravation des conditions de circulation non seulement sur les axes à proximité des quais, mais aussi sur le périphérique. Ces embouteillages supplémentaires se traduisent par des émissions polluantes et des nuisances sonores accrues pour les riverains. De plus, les conséquences sur l’économie locale et régionale sont dramatiques. Les effets constatés sont à l’exact opposé de ce que l’on souhaiterait voir ; comment Anne Hidalgo peut-elle imaginer une seule seconde qu’étendre la mesure à la rive droite améliorerait la situation ?


    Une consultation publique démagogique


    En 2010, déjà, le projet de fermeture des voies sur berges de la rive gauche avait fait l’objet d’une " consultation publique " ; les Parisiens avaient été nombreux à y prendre part. Problème : alors que 78 % d’entre eux rejetaient le projet, la Mairie n’a pas hésité à mener jusqu’au bout et de manière radicale l’aménagement piétonnier des quais bas. Cette méthode a été vigoureusement dénoncée, à la fois par les maires des arrondissements concernés et par les maires des communes riveraines, dont les habitants empruntaient quotidiennement ces axes pour aller travailler.


    Pour " 40 millions d'automobilistes ", la concertation qui s’ouvrira en juin n’est qu’une parodie : la mairie de Paris projette de mettre en place une exposition pour montrer aux Parisiens « le potentiel de la piétonisation » et à l’issue de cette propagande, on demandera aux gens non pas s’ils sont favorables ou non au projet, mais de proposer des idées d’aménagements pour les tronçons qui seront fermés à la circulation. Si la Mairie tenait vraiment à mener sa politique de transports avec l’assentiment des Parisiens, jamais cette mesure – qui a quand même coûté près de 40 millions d’euros aux contribuables – n’aurait vu le jour. Anne Hidalgo n’a que faire de l’opinion des Parisiens, et encore moins de celui des banlieusards. Seules les revendications insensées des lobbies écologistes font écho dans sa politique.


    Ainsi,  « 40 millions d’automobilistes » réactive son site internet www.nonalafermeturedesvoiessurberges.com et invite tous les opposants au projet à venir signer la pétition en ligne.

    Lire la suite...
  • (Image de l'article du magazine Auto Journal du 1er août 1974)

    Le 29 avril prochain, dès 7h30, une voie réservée aux bus et aux taxis sera mise en service sur l’autoroute A1 dans le sens Roissy Paris. Pour la ville de Paris, qui avait annoncé cette mesure le 27 février dernier, cela permettrait de « fluidifier la circulation ». L’association « 40 millions d’automobilistes » annonce d’ores et déjà que cette mesure ne permettra en aucun cas de fluidifier le trafic aux heures de pointe.

    En quoi consiste la mesure ?

    Sur une distance de 5 km, les automobilistes ne pourront plus emprunter la voie de gauche de l’A1 par l’A86 au niveau du Stade de France (Seine-Saint-Denis), durant les heures de pointe entre 6h30 et 10h le matin, hors week-ends, jours fériés et vacances scolaires. Cette voie sera exclusivement réservée aux bus et taxis. Dans les mois à venir, les véhicules de covoiturage pourront également l’utiliser.

    Les politiques ne devraient-ils pas apprendre de leurs erreurs ?

    Une voie réservée aux bus et aux taxis, cela n'est pas nouveau ! En effet, la mesure a déjà été expérimentée à deux reprises par le passé :

    • Une première fois au printemps de l’année 1974 : les dirigeants de l’époque avaient décidé de mettre en place, sur le même tronçon d’autoroute, une voie réservée aux taxis et aux bus. Mais à peine quelques mois après sa mise en application, cette voie était réouverte à la circulation de tous les usagers de la route (voir ci-dessus l’article du magazine Auto Journal du 1er août 1974), preuve de l’échec de l’expérimentation.
    • En 2009, l’expérience fut renouvelée. L’aménagement de la voie avait permis aux taxis de gagner quelques minutes sur leur trajet, mais cela s’était traduit par d’énormes embouteillages pour les automobilistes.

    Vous l'aurez donc compris, les automobilistes vont encore subir une mesure déjà testée dans les années antérieures et qui ne fonctionne absolument pas. La ville de Paris n'en est pas à son premier essai avec cette fameuse voie réservée. Pourtant, après deux échecs cuisants, elle persiste et s'apprête à reproduire la même erreur. Jamais deux sans trois ?..

    Une mesure coûteuse pour un résultat négatif

    Pour mettre en place cette mesure qui densifiera les bouchons, l’État a tout de même investi 8 millions d’euros, pour financer la signalisation dynamique (panneaux de signalisation lumineux informant les usagers des autorisations d’accès aux voies de circulation), mais aussi les portiques et systèmes de vidéo-surveillance qui seront utilisés pour verbaliser les contrevenants, qui encourront une amende de 4ème classe (135 €).

    Quel est l’intérêt pour l’État de s’entêter dans une mesure qui n’a jamais fonctionné depuis 40 ans, si ce n’est de jeter par les fenêtres l’argent des contribuables ?

    À voir aussi sur le sujet : 8 millions d'euros pour engorger le trafic

    Lire la suite...
  • Mardi 14 octobre 2014, le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France révélait une étude de la société d’info-trafic américaine INRIX menée en collaboration avec l’institut de recherche CEBR selon laquelle les embouteillages auraient coûté près de 17 milliards d’euros à l’économie française en 2013.


    Ce coût déjà démesuré pour les automobilistes français devrait atteindre 22 milliards d’euros dans les 15 prochaines années, dans la mesure où le parc automobile va continuer de croître (de 30,8 millions de véhicules aujourd’hui à environ 35 millions en 2030) et le trafic de s’intensifier (+14% attendus d’ici à 2030).


    À ce sujet, l’association « 40 millions d’automobilistes » rappelle que, paradoxalement, les budgets alloués à l’entretien et à la création d’infrastructures routières sont en chute libre depuis de nombreuses années. Le besoin en infrastructures de qualité et en quantité suffisante ne cesse de croître. Des solutions existent pour fluidifier la circulation sur les grands axes : on aurait besoin de davantage de voies de contournements des agglomérations, de rocades urbaines… Pourtant, chaque année, ce sont 25% du budget dédié à la route qui sont supprimés.


    Si rien n’est fait pour renverser la tendance, non seulement l’économie française continuera à pâtir de ce manque de mobilité, mais ce sont aussi 60 000 personnes qui perdront leur emploi, alors qu’il y a une véritable attente des usagers.

    Lire la suite...
  • Ce week-end des 2 et 3 août annonce le grand chassé-croisé de l’été entre les juillettistes et les aoûtiens. Avec une journée de samedi classée noire dans le sens des départs et rouge dans le sens des retours, les automobilistes seront mis à rude épreuve. Parce que les accidents sont davantage une question de comportement que de réglementation, « 40 millions d’automobilistes » vous présente les bonnes dispositions à prendre pour rendre la route de vos vacances plus sûre.

    Bien se préparer en amont

    Un trajet apaisé passe avant tout par une bonne préparation. Pour être serein sur la route, pensez, avant de partir, au contrôle volontaire : à votre demande,  les centres de contrôles techniques pourront vérifier certains éléments de votre véhicule sur lesquels vous avez des doutes, ou bien effectuer un contrôle intégral des différents éléments de sécurité indispensables à l’approche d’un long trajet.

    Pensez à vérifier les pneumatiques : 2/3 des Français roulent avec des pneus sous-gonflés, entraînant ainsi des  distances de freinage plus élevées, une perte d’adhérence en cas de pluie, ou encore un risque d’éclatement du pneu. De même un pneu sous-gonflé aura des répercussions sur votre consommation. Des pneumatiques correctement gonflés vous permettront un gain de 5  % sur votre consommation. Enfin, n’oubliez pas d’adapter la  pression des pneus au poids de chargement de votre véhicule.

    Les amortisseurs sont aussi un élément de sécurité indispensable : les distances de freinage sont réduites d’entre 5 et 10  % lorsque les amortisseurs sont efficaces. Pensez également à contrôler les différents niveaux, la propreté de votre véhicule pour une meilleure visibilité, ou encore l’éclairage, qui s’adapte lui aussi au poids de chargement.

    Les automobilistes sous-estiment souvent l’importance d’un manque de sommeil avant de prendre la route. Et pourtant, 1 accident sur 4 est causé par la somnolence au volant. Veillez donc toujours à être bien reposé avant de partir.

    Enfin, préparez votre itinéraire ! Consultez les conditions météorologique, choisissez le chemin adapté à votre trajet. Programmez votre GPS avant de partir, afin de ne plus y toucher lorsque vous serez en train de conduire.


    Évitez les mauvaises surprises !

    Il existe des outils pour éviter de se retrouver coincé dans les embouteillages. Certains GPS calculent en temps réel votre itinéraire selon les conditions de trafic, vous proposant alors d’emprunter une autre route, moins congestionnée.

    Pour parer aux embûches semées sur la route, vous pouvez vous équiper d’un avertisseur de zones de danger, afin de ne pas être piégé par des configurations  de routes dangereuses... Au cours desquelles se trouvent souvent des radars  !

    Pour finir, pensez à faire le plein de votre véhicule avant votre départ. Nombre d’automobilistes se retrouvent à devoir remplir leur réservoir au cours de leur trajet, souvent sur des autoroutes où les tarifs sont exorbitants. Ainsi, vous pourrez économiser jusqu’à une dizaine d’euros sur votre trajet. Mais bonnes nouvelles pour les automobilistes ! Les prix des carburants seront en légère baisse pour ce week-end, selon les tendances fournies par le site carbeo.com.

    Lire la suite...
  • Aujourd’hui, la région Ile-de-France, le Stif (Syndicat des Transports d’Ile-de-France) et l’État annoncent la mise en service d’une voie réservée aux bus, taxis et véhicules de covoiturage sur l’A1 entre Paris et Lille pour début 2015. 

    Selon le Stif, cette voie réservée pourrait être la bande d’arrêt d’urgence, une voie classique ou bien une voie en plus réalisée sur le terre-plein central. L’association « 40 millions d’automobilistes » salue la volonté du Ministre de s’attaquer au problème de la congestion des grands axes routiers. Mais pour l’association, cette mesure, loin de répondre aux problématiques des embouteillages, risque au contraire les renforcer pour les automobilistes : aucune de ces solutions ne permettrait de traiter de façon satisfaisante la problématique de la congestion des routes 

    La bande d’arrêt d’urgence doit garder sa fonction première, c’est-à-dire être réservée aux « urgences », par exemple lorsque les automobilistes rencontrent des problèmes sur la route (panne de voiture, malaise…), mais également pour les pompiers et les forces de l’ordre en cas d’accidents sur les réseaux. 

    Pour ce qui est de la réalisation d’une voie supplémentaire sur le terre-plein central séparant les deux sens de circulation, cela reviendrait à supprimer un dispositif de sécurité et l’association estime que cela générerait un risque supplémentaire de choc frontal (une des principales causes de décès sur les routes). 

    Enfin, il est évident que réserver une voie de circulation ordinaire à la seule circulation des bus, taxis et véhicules de covoiturage ne ferait qu’aggraver le phénomène d’embouteillage au lieu de le dissiper. 

    Ainsi, comme l’évoquait Daniel Quéro, président de l’association « 40 millions d’automobilistes », le 5 juin dernier, « il est indispensable d’investir dans de nouvelles infrastructures en créant des voies de circulation supplémentaires. Il est aussi nécessaire que la bande d’arrêt d’urgence reste réservée aux seules situations d’urgences. De plus, l’aménagement de cette voie aurait un coût financier très important au regard du peu de bénéfices que la mesure apporterait en termes de décongestion des routes et du nouveau risque créé ».

    Source : communiqué de presse de " 40 millions d'automobilistes "

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...

Activité

"Tout ça pour vous empêcher de piler zu feu rouge 30 mètres plus loin ! QUELS CONNARDS CES CYCLISTES !"
"La loi sur le stationnement est très mal faite car vous ne pouvez pas stationner devant chez vous car c'est le domaine public donc à l' état mais il faut déneiger devant sa maison sinon vous êtes responsable des accident causé devant chez vous ou es…"
"A ce propos hier soir je suis allé à Nantes il y avait 2 de ces spécimens qui roulait au milieu d'une route, impossible à doubler a gauche les voies de tram qui prennenr trop de place et seulement une voie por les voiture, pas de place pour une pist…"
""Connards de cyclistes". Ne changez rien chers automobilistes raisonnables et responsables. Vous êtes PAR-FAITS !"
"J'aimerais bien savoir si je me suis trompé ou pas ..."
"C'est bien ce que je pensais.
Et d'après ce que j'ai vu aux infos, des connards de cyclistes ne respectent pas la fermeture et s'en servent déjà ??"
"Attendons maintenant la réponse officielle de 40 MA et les circontances retenues pour une verbalisation éventuelle.
Ensuite on pourra éventuellement en tirer des conclusions, et peut être aussi le cas échéant soulever bien d'autres aberrations de ve…"
"Je pense que la réponse est positive, maintenant je pense que cela s'applique uniquement si la rue est interdite de stationnement, sinon même dans les petites villes ou villages il serait alors interdit de se garer devant son entrée ou garage. tous…"
"Nan mais où va t-on !!!!
A quand les PV pour nos dirigeants quand ils font des lois à chier ,????"
"De la piste cyclable bi-directionnelle sur la voie Geroges Pompidou qui n'est pas encore ouverte : http://www.leparisien.fr/paris-75016/paris-la-piste-cyclable-sur-la..."
"Autobiclou dit : "On démontrera l'inefficacité ou pas de la voie Pompidou quand elle sera ouverte. C'est dans une semaine"

De quoi parlez-vous précisément ? De la réouverture de la voie express entre la place de la Concorde et le Pont de l'Arsenal ?"
"Il peut être verbalise pour stationnement gênant ou dangereux mais pas en livraison, pour cela il faudrait que ceux qui travail pour une Mairie (véhicule des Mairies, ou Conseil Général départemental) donnent l'exemple car ils savent que la police M…"
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON