réforme (4)

Crédits photo : WavebreakmediaMicro sur fotolia.com

Mercredi 24 avril 2019, l'Organisme Technique Central (UTAC OTC) a publié le bilan des contrôles techniques pour l'année 2018. Rappelons que le 20 mai 2018 avait été marqué par l'entrée en vigueur de la réforme du contrôle technique, en application d’une directive européenne votée 4 ans auparavant.

Rappel de principaux changements de la réforme

Le nouveau contrôle technique est basé sur un référentiel plus précis, qui passe en revue 133 points de contrôle – contre 124 auparavant – et détaille 610 défauts potentiels, dont 467 entrainant une contre-visite (contre 178 sur 411 auparavant). Depuis le 20 mai 2018, une nouvelle défaillance dite "critique" est en place : elle limite le droit de l’automobiliste à rouler le jour-même, pour amener son véhicule en réparation.

Les chiffres

Le bilan de l'UTAC OTC présente les résultats de l'année 2018 pour la période du 1er janvier au 19 mai 2018 (avant l'entrée en vigueur de la réforme du contrôle technique) et du 20 mai 2018 à la fin de l'année.

En 2018, 25466916 contrôles techniques ont été réalisés en France, dont 20700036 contrôles pour les véhicules légers : parmi eux, 12,95% ne présentaient aucune des défaillances élémentaires à partir du 20 mai, contre 14,01% en 2017.

Aussi, plus d'un véhicule (particuliers et utilitaires légers) du parc automobile contrôlé sur 5 (21,51%) a été déclaré non conforme à partir du 20 mai, soit 4,15 points de plus que pour la période précédente (17,36%) : 20,24% l'étaient pour des défaillances majeures et 1,27% pour des défaillances critiques. Ce dernier chiffre se veut finalement moins important que la prévision faite en 2018 selon laquelle la défaillance critique ne devait toucher que 2 à 3% du parc roulant.

Les motifs de contre-visite les plus récurrents depuis la réforme

À partir de l'entrée en vigueur de la réforme du contrôle technique, le top 3 des défaillances majeures et critiques motivant la prescription d'une contre-visite était :

  1. Pour 10,88% des cas : la fonction "Essieux, roues, pneus, suspension". L'usure et l'endommagement grave des pneumatiques sont particulièrement concernés.
  2. Pour 10,62% des cas : la fonction "Feux, dispositifs réfléchissants et équipements électriques"
  3. Pour 6,88% des cas : la fonction "Nuisances", qui contrôle le dépassement des niveaux réglementaires des émissions gazeuses, la présence de fuite susceptible de porter atteinte à l'environnement, ou encore le relevé du système OBD indiquant un dysfonctionnement important des émissions gazeuses.
Lire la suite...

Depuis le 02 mai 2016, 1000 nouvelles questions sont soumises aux candidats au permis de conduire, dans le cadre de la réforme de l’épreuve du Code de la route. Des questions qui sont pour certaines loin de participer à "l’amélioration de la formation des conducteurs novices". L’association "40 millions d’automobilistes" dénonce des questions aberrantes sans lien avec la sécurité des usagers et une réforme mise en œuvre dans la précipitation. L’association demande aussi la création d’une commission de validation des nouvelles questions de l’épreuve du Code de la route.

Moins de 17% de réussite pour la nouvelle version du Code de la route

Depuis la mise en œuvre de la réforme de l’épreuve du Code de la route, et alors que les professionnels de la formation à la conduite demandaient le report de la mesure afin de mieux former les enseignants et mieux préparer les candidats, le taux de réussite à l’examen a chuté de 70% en moyenne à 16,7%. En réponse à cette débâcle, la Sécurité routière n’a trouvé d’autre solution que de retirer provisoirement les questions qui ont – d’après les
statistiques – posées le plus de difficultés aux candidats, pour les réintroduire progressivement dans les mois à venir.

Plutôt que de créer une épreuve hybride qui perturbe aussi bien les formateurs que les élèves conducteurs, autant par la précipitation dans laquelle a été imposée la réforme que par la nature de certaines de ces nouvelles questions qui en laisse d’aucuns perplexes, le bon sens aurait été de consulter les professionnels du secteur et d’anticiper l’entrée en vigueur de la réforme. Ainsi, on ne se retrouverait pas aujourd’hui avec des dizaines de milliers de candidats contraints d’attendre que des places soient disponibles pour repasser l’épreuve, faute d’avoir été préparés dans les temps.

Des questions aberrantes et sans lien avec la sécurité routière

Les nouvelles questions de l’épreuve du Code de la route portent sur des thèmes liés à la mécanique, à l’environnement, voire même aux transports en commun, soit des sujets qui ont peu en commun avec les préoccupations de sécurité des automobilistes.

Pour preuve, voici quelques exemples de questions posées dans les nouvelles séries du Code de la route, qui ont été communiquées à "40 millions d’automobilistes" :

La création d’une commission de validation des questions pour mieux encadrer la réforme

Cette réforme naissait pourtant de l’intention louable d’améliorer la formation des jeunes candidats au permis de conduire, pour réduire l’accidentalité routière dont ils sont encore trop souvent victimes. Le fond de la réforme est bon, l’intégration de la vidéo dans l’épreuve est une avancée remarquable. Mais certaines nouvelles questions sont aberrantes et cela pose un vrai problème de compréhension et, à terme, d’accession au permis de conduire. D’où la nécessité de mettre en place une commission qui se pencherait sur la pertinence des nouvelles questions proposées dans l’amélioration de la sécurité des usagers.

C’est pourquoi l’association "40 millions d’automobilistes" demande, en tant que représentant et défenseur de l’intérêt général des automobilistes, la création d’une commission de validation en charge de définir les questions qui figureront à l’avenir au programme de l’épreuve du Code de la route.

Lire la suite...

Dès avril 2016, l'épreuve du Code de la route fait peau neuve : pas moins de 1000 nouvelles questions constitueront la banque de l'épreuve théorique du permis de conduire, soit 300 de plus que dans la version précédente. Selon la Sécurité routière, l'objectif de la réforme est d'améliorer la formation des conducteurs novices.

Les règles ne changent pas

Comme pour la précédente version, le candidat devra toujours répondre à une série de 40 questions et obtenir un minimum de 35 bonnes réponses pour décrocher son Code.

Des supports revisités

La nouvelle banque de questions comportera des clichés de véritables routes rues ou giratoires, des images numériques reproduisant des vues aérienne de situations de conduite ainsi qu'une centaine de vidéos afin que les candidats soient au plus proche des conditions de conduite réelles.

Les nouvelles questions

Les 1000 nouvelles questions seront réparties en 9 thèmes :

  • dispositions légales en matière de circulation routière
  • le conducteur
  • la route
  • les autres usagers de la route
  • réglementation générale et divers
  • précautions nécessaires à prendre en quittant le véhicule
  • éléments mécaniques liés à la sécurité de la conduite
  • équipements de sécurité des véhicules
  • règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement


La réforme est notamment marquée par un nombre de questions plus important en ce qui concerne l'éco-conduite et les premiers secours. Retrouvez quelques questions emblématiques de la réforme en cliquant ici.

Que pensez-vous de cette réforme ?

Crédits photo : aerogondo sur fotolia.com

Lire la suite...

 3429501398?profile=RESIZE_710xCrédits photo : n3d-artphoto.com sur fotolia.com

Ce vendredi 22 mai 2015, les représentants des auto-écoles se réunissent en congrès à Reims. Au programme, l’élaboration d’une réforme du permis de conduire, qui vise à réduire les risques encourus par les conducteurs novices et ainsi diminuer la mortalité des jeunes automobilistes. Le nouveau Continuum éducatif du Citoyen usager (CECUR) pourrait intégrer à la formation actuelle des ateliers supplémentaires et des rendez-vous pédagogiques post-permis. L’association « 40 millions d’automobilistes », favorable à une formation ciblant mieux les risques routiers, s’interroge toutefois des conséquences financières de l’augmentation du nombre d’heures de cours pour les candidats.

Les jeunes conducteurs impliqués dans 20% des tués sur la route

L’accidentalité des « jeunes conducteurs » reste un problème majeur de sécurité routière. Alors que les 18-24 ans ne comptent que pour 9 % de la population française, ils représentent en France plus de 20 % des tués dans un accident de la route, soit un taux de mortalité deux fois supérieur à celui des autres classes d’âge.

De ce fait, une réforme du permis de conduire est essentielle selon " 40 millions d'automobilistes ". La formation à la conduite telle qu’elle est dispensée aujourd’hui ne permet pas d’offrir aux apprentis automobilistes une réelle expérience de la route et ne les sensibilise pas suffisamment aux risques routiers, par manque de temps et de moyens techniques. C’est pourquoi l'association est favorable à la mise en place d’ateliers de travail qui ciblent véritablement les enjeux d’une conduite sécuritaire, à condition que cela n’engendre pas un surcoût pour les candidats.

Concrètement, le Conseil national de Sécurité routière, qui a validé le principe d’une réforme de la formation au permis de conduire, propose de compléter la formation actuelle – composée de cours théoriques d’apprentissage du Code de la route et d’un minimum de 20 heures de cours pratiques de conduite (dans les faits, en moyenne 30 h) – de 5 ateliers théoriques de gestion des risques (dangers de la conduite sous addiction, gestes de premiers secours…) d’une durée totale de 6h15 et de deux rendez-vous pédagogiques de 3h15 chacun avec des enseignants à la conduite, suite à la réussite de l’épreuve pratique du permis. Ces derniers auraient lieu 6 mois (pour le premier rendez-vous) et un an (pour le second) après l’obtention du permis probatoire et seraient obligatoires pour la validation définitive du permis de conduire. Ce dispositif est inspiré d’expériences autrichienne
et finlandaise, qui ont montré que les rendez-vous post-permis ont participé à la réduction de 30 % de l’accidentalité des jeunes conducteurs.

Privilégier les nouvelles technologies

Il est évident qu’en renforçant la formation à la conduite, on améliorera la sécurité des usagers sur la route. Mais cela ne peut se faire sans une prise en compte des aspects financiers : plus d’heures de formation, c’est un coût plus élevé pour les apprentis automobilistes, pour lesquels le permis de conduire est déjà un investissement important.

La solution, c’est de penser à l’intégration des nouvelles technologies dans la formation : le simulateur de conduite permet de confronter l’automobiliste en herbe aux situations les plus accidentogènes et de lui permettre de développer un comportement et des automatismes adaptés aux risques qu’il sera amené à rencontrer sur la route. C’est un outil pédagogique véritablement efficace et, qui plus est, économique. Un bon moyen pour l’auto-école de limiter ses coûts de fonctionnement tout en proposant une formation de qualité à ses élèves.

Lire la suite...

Activité

Claude Benigni replied to Nounours's discussion Nos gouvernants préparent le 110 km/h sur autoroute ...
"bjr
c est facile a comprendre le 110kh c est pour nous convaincre d acheter les voitures électriques

une voiture électrique ne peut soutenir suffisamment longtemps sur plusieurs kilomètres le 130 kh

alors on va limiter la vitesse a 110 kh des vo…"
26 juin
Nounours replied to Nounours's discussion Nos gouvernants préparent le 110 km/h sur autoroute ...
"De la proposition de la "convention citoyenne pour le climat" dont les scientifiques sont minoritaires ci ce n'est absents... plus "téléguidé" que ça, tu meurs !"
22 juin
Nounours replied to Nounours's discussion Nos gouvernants préparent le 110 km/h sur autoroute ...
"Vous êtes victime de la désinformation qui a associé "Pollution" à "Voiture" : si l'on veut vraiment agir pour le climat, il y a beaucoup d'autres choses bien plus urgentes et efficaces!

Mais justement, s'en prendre aux automobilistes permet de fai…"
22 juin
Nounours commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Bientôt 110km/h sur les autoroutes ?
"C'est évident que c'est une manipulation téléphonée, quelle parfaite excuse que le climat, mais tant que les français ne s'en prendront pas à leur député, cette dictature anti-automobilistes continuera !
La clef c'est le vote contre tout député actu…"
22 juin
BEZANNIER replied to Nounours's discussion Nos gouvernants préparent le 110 km/h sur autoroute ...
"J'entends dire que la fluidité sera meilleure si on passe à 110km/h! Ah bon! En passant plus de temps sur la route je ne vois pas comment on va l'améliorer!
Si on baisse la vitesse ça veut dire qu'on sera à la même vitesse que sur les voies express?…"
22 juin
Brogniart Jean françois replied to Nounours's discussion Nos gouvernants préparent le 110 km/h sur autoroute ...
"Vous parlez de quelle loi dans ce cas précis ?"
20 juin
Andiane Fermigi replied to Nounours's discussion Nos gouvernants préparent le 110 km/h sur autoroute ...
"La loi est faite pour le plus grand nombre, le plus grand nombre de conducteurs sur autoroute ne se préoccupe absolument pas de la pollution qu'il produit, il faut donc que l'état soit là pour baisser la pollution, la conscience personnelle du chau…"
20 juin
Brogniart Jean françois commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Bientôt 110km/h sur les autoroutes ?
" La Convention Citoyenne ? C’est quoi ce machin ? . Parmi les propositions farfelues: la réduction du temps de travail de 35 heures à 28 heures bien entendu en conservant le même salaire. Cela en dit long sur le sérieux et la pertinence de cette Con…"
20 juin
40 millions d'automobilistes posted a blog post
Lundi 29 juin 2020, le président de la République recevait au Palais de l’Élysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat, qu’il avait chargée de proposer des solutions "radicales" pour réduire les émissions de gaz à effet de serre…
19 juin
Nounours posted a discussion
Je viens d'apprende que la "Commission citoyenne pour le climat" a préconisé l'abaissement de la vitesse sur autoroute à 110km/h au lieu de 130.Notre barbu, qui a imposé le 80km/h contre l'opinion de 80% des français, a trouvé le moyen de faire pass…
19 juin
Nounours replied to 40 millions d'automobilistes's discussion Interdit de téléphoner au volant, même moteur éteint !
"Le comble de la stupidité, ...ou de la partialité destiné à montrer que l'automobiliste n'a plus aucun droit...."
19 juin
40 millions d'automobilistes posted a blog post
Alors que le pays tournait au ralenti et que les Français étaient confinés en raison de la crise du Coronavirus, le Gouvernement en a profité pour expérimenter une toute nouvelle technologie redoutable : le radar urbain, petit dernier de la grande f…
12 juin
Claude Benigni commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Confinement et contrôle technique : le point sur la situation
"bonjour
merci pour votre reponse rapide
en effet j ai mal interprété le texte j ai du le lire endiagonale  c est plutot le contraire les delais sont prologés
https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13969
a plus
 "
17 mai
Jean-Paul Clairefond commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Confinement et contrôle technique : le point sur la situation
"Bonjour Claude Benigni,
 
Êtes-vous sûr de votre source d'information ?
L'ordonnance n°2020-306 du 25 mars 2020 modifie les délais qui arrivent à échéance entre le 12 mars 2020 et le 23 juin 2020 inclus.
Ainsi, sauf exceptions :

Une démarche admini…"
17 mai
Claude Benigni commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Confinement et contrôle technique : le point sur la situation
"bjr
 
il parait qu ils ont racoursi d un mois les delais   c est bencore un lanternoiment du gouvernement !!!
a plus"
17 mai
Jean-Paul Clairefond commented on 40 millions d'automobilistes's blog post Zones à faibles émissions : adressez votre carton rouge au Gouvernement !
"En l'état actuel de la constitution, les décisions ainsi prises sont parfaites…C'est immoral mais c'est comme ça."
10 avr.
Plus...