taxe (5)

  • Non aux péages urbains !

    Selon Franceinfo, le Gouvernement aurait renoncé au projet consistant à faciliter la création de péages urbains aux portes des grandes agglomérations, qui avait été envisagé dans le cadre de la Loi d’orientation des mobilités (dite LOM) à l’initiative de la ministre des Transports Élisabeth Borne.

    D'une part, les agglomérations concernées n'auraient pas manifesté d'intérêt pour le dispositif et, d'autre part, le ministère des Transports estime qu'il ne faut pas "accentuer les fractures entre territoires".

    [Article publié le 19 octobre 2018]

    Le site Internet Contexte a publié le 17 octobre dernier l’avant-projet de la Loi d’orientation des mobilités (dite LOM) à l’initiative de la ministre des Transports Élisabeth Borne. Celui-ci prévoit notamment de donner la possibilité aux grandes agglomérations d’imposer un péage urbain aux usagers motorisés souhaitant entrer en ville, ou encore la création d’une "carte grise" pour les vélos. Aujourd’hui, vendredi 19 octobre 2018, l’association "40 millions d’automobilistes" dénonce un florilège de mesures pénalisantes pour tous et lance une pétition contre la création de péages urbains : www.nonauxpeagesurbains.com.

    L’automobiliste, variable d’ajustement fiscal d’un État en quête d’argent

    Il y a eu la privatisation des radars embarqués, la hausse du prix des carburants, l’augmentation du prix des péages d’autoroute, la baisse de la limitation de vitesse… Et voilà que maintenant, on veut faire payer aux usagers de la route le droit de circuler en ville. On ne peut même plus parler de mesures favorables à l’environnement ou à la sécurité routière ; l’automobiliste est tout simplement devenu la variable d’ajustement fiscal d’un État en quête d’argent !

    Le projet de loi prévoit en effet que chaque automobiliste souhaitant entrer dans une agglomération de plus de 100 000 habitants pourrait, à l’avenir, devoir s’acquitter d’un "tarif de congestion" à hauteur de 2,5 €, et jusqu’à 5 € dans les plus grandes villes de France. Il s’agit, d’après ce même document, de "lutter contre la pollution et les nuisances environnementales".

    Le projet de loi impose également la création d’un "certificat de propriété" pour les vélos et d’un "fichier national des propriétaires de cycles", prétendument pour "lutter contre le vol des cycles".

    Une pétition pour dire non aux péages urbains

    L’association "40 millions d’automobilistes" lance une pétition en ligne sur le site Internet www.nonauxpeagesurbains.com pour s’opposer à la mise en oeuvre d’une taxe à l’entrée des agglomérations.

    Lire la suite...
  • Le Gouvernement envisage de donner la possibilité aux villes de réguler la circulation automobile au moyen de péages urbains. Pour l’association "40 millions d’automobilistes", la coupe est pleine.

    Voilà que maintenant, on veut faire payer aux usagers de la route le droit de circuler en ville. Mais quel est ce gouvernement qui imagine chaque semaine une nouvelle mesure anti-automobilistes ?

    Car pour l’association, cette mesure présentée comme une solution pour "diminuer les embouteillages, lutter contre la pollution et augmenter le recours aux transports en commun" n’est rien d’autre qu’une taxe supplémentaire qui pèsera sur le budget de l’automobiliste.

    Avec ce genre de mesure, on prétend sauver la planète. Mais que veut-on réellement ? On sait pertinemment que certains usagers ne peuvent pas se passer de voiture. Cela va donc créer une ségrégation entre ceux qui auront les moyens de s’acquitter du péage et pourront continuer à se déplacer sans encombre, et ceux pour qui cette taxe supplémentaire sera celle de trop. Mais ces derniers ne vont pas déserter leur emploi juste parce que le gouvernement aura décidé la mise en place de péages ! Ils devront s’y rendre quand même…

    Dans notre société où les besoins de mobilité sont toujours plus importants au quotidien et où le réseau routier arrive parfois à saturation, il est évident que les moyens alternatifs à l’automobile individuelle doivent être valorisés. Mais pas n’importe comment : vouloir entasser les usagers dans des transports en commun eux aussi saturés, inefficaces et peu sûrs n’est certainement pas la bonne solution. Encore une fois, on ne traite pas le problème de la bonne façon.

    Même Anne Hidalgo, la maire de Paris, que l’on ne peut pourtant pas taxer de favoriser la circulation automobile, a déclaré qu’elle refuserait la mise en place d’un tel dispositif dans la capitale !

    Crédits photo : Bikeworldtravel sur fotolia.com

    Lire la suite...
  • Aujourd’hui, jeudi 05 janvier 2017, la ministre de l’Écologie et des Transports Ségolène Royal a remis le millionième certificat pour la qualité de l’air Crit’air à son acheteur. Une façon de promouvoir auprès des automobilistes la vignette destinée à mettre en œuvre les restrictions de circulation dans la capitale et, à l’avenir, dans les grandes villes françaises. L’association "40 millions d’automobilistes" dénonce une opération de communication qui ne célèbre en réalité que l’achat forcé d’une pastille vouée à disparaître dans quelques années et une opération lucrative pour l’État.

    Quel est donc ce succès que la Ministre a célébré aujourd’hui en grande pompe ? La contrainte exercée sur les automobilistes franciliens et affichée au monde entier ? Les quelques 4 180 000 euros déjà entrés dans les caisses de l’État grâce à cette nouvelle taxe ?

    Les politiques ne se satisfont plus d’imposer des dépenses supplémentaires aux automobilistes et d’amputer leur droit à la mobilité : ils prennent maintenant plaisir à se pavaner devant les média pour s’en vanter ! Et c’est d’autant plus hypocrite dans le cas de Crit’air que cette vignette, comme feue la pastille verte avant elle, est vouée à disparaître, car dans 5 ou 10 ans, les performances environnementales des véhicules auront évoluées. Reste en effet que l’État a fait une très belle opération financière avec ce dispositif parfaitement inutile...

    Lire la suite...
  • Crédits photo : delkro, sur fotolia.com

    Le Gouvernement a plus d'un tour dans son sac pour infliger de nouvelles taxes aux automobilistes. Effectivement, l’article 35 de la LF pour 2015 procède à un relèvement du droit fixe de procédure dû par chaque condamné, en passant de 22€ à 31€ pour les ordonnances pénales en matière contraventionnelle depuis le 1er janvier 2015. Soit une "petite" augmentation de 41%.

    En clair, les automobilistes ayant contesté une contravention et ayant demandé à être entendu par un juge de proximité devront dorénavant s'acquitter de 31€ dans le cas où celui-ci ne leur aurait pas donné gain de cause.

    Une augmentation aberrante pour " 40 millions d'automobilistes ", qui estime cette mesure a tout simplement pour but de dissuader les automobilistes de contester leurs contraventions.

    En effet, en cas d'erreur sur la contravention, cela vaudra-t-il la peine de contester une amende pour stationnement non payé (17€)  en sachant que l'on risque de payer 31€ de plus et qu'il est de plus en plus difficile de prouver sa bonne foi au juge ?

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • C’est au moment où le diesel est le plus propre, avec l’arrivée de la norme Euro 6, qu’on voudrait imposer une taxe supplémentaire aux automobilistes.

    En effet, pour compenser le manque à gagner de l’écotaxe, le Gouvernement envisagerait de taxer le diesel avec une hausse de 2 centimes par litre.

    Pour " 40 millions d'automobilistes ", qui s'oppose à cette probable mesure, cela ne fera que diminuer le « pouvoir rouler » des automobilistes qui sont déjà assez taxés (rappelons qu’en France, les taxes représentent environ 50% du prix du litre de carburant).

    Mais ce n'est pas tout : en octobre 2013 avait été votée la taxe carbone, qui prévoyait, entre autres, d'augmenter la Taxe intérieure de la consommation sur les produits énergétiques de 2 centimes sur le diesel, dès janvier 2015.

    Soit, au total, une hausse potentielle de 4 centimes du gazole.

    Lire la suite...

Activité

"Bonsoir,
Exact, cependant j'ose induire l'Europe à s'occuper d'un problème bien plus réel.
Nous sommes 28 pays, 28 codes de la route différents !
Nous avons à peut près tous un permis de conduire au format Européen, sauf que nous ne sommes pas instr…"
"Encore du pipo/opération marketing, l'état veut se donner bonne conscience..."
"Vrai
L’intention est bonne, sauf que l’actuelle « sécurité routière «  n’est pas vraiment pertinente pour être crédible , en effet les usagers de la route ne sont pas seulement les automobilistes, mais aussi cyclistes et piétons, ce n’est pas en les…"
"Vrai"
"C'est possible. A quoi ça sert?"
"vrai"
"J'ai entendu parler d'une charte oui, ça servira à quoi ?
A nous éviter d'avoir un PV d'excès de PETITE vitesse par exemple ?"
Les nouveaux titulaires du permis de conduire doivent maintenant signer une "charte du conducteur responsable" pour obtenir leur certificat d'examen. Vrai ou faux ?
Réponse au quiz du 06/12/2018 : réponse B. La circulation en sens interdit est sanct…
"Visiblement il n'avait pas reçu votre lettre à 20h00. L'aviez-vous fait porter par huissier ?"
leroy est désormais membre de Fil-conducteurs
Monsieur le Président,
Le 12 avril dernier, toute la France restait suspendue à votre discours lors d’une interview réalisée par Jean-Pierre Pernaut, en direct de Berd’huis, petit village de l’Orne. Toute la France qui roule, qui circule, toute cett…
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON