piétonisation (2)

  • Hier, mercredi 14 novembre 2018, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a révélé son souhait de faire des quatre premiers arrondissements de la capitale une "zone de circulation extrêmement restreinte". Autrement dit, il s’agit pour l’édile de rendre piéton le centre de Paris. Pour l’association "40 millions d’automobilistes", en repoussant toujours plus loin les interdictions de circulation des véhicules motorisés, Anne Hidalgo va faire de Paris une ville-musée réservée aux élites écologistes fortunées.

    Si la Maire prévoit la réalisation de ce projet "dans une prochaine mandature", les voeux des arrondissements concernés devraient être présentés "lors des prochains conseils municipaux".

    Pour l'association "40 millions d'automobilistes", il y a une différence entre rendre piéton le centre-ville un dimanche par mois et éradiquer toute circulation motorisée des arrondissements centraux de Paris ! Anne Hidalgo explique que les maires de ces arrondissements particulièrement touristiques sont demandeurs de telles dispositions, mais il ne faut pas oublier que Paris n’est pas qu’un musée. C’est aussi un coeur économique, où des millions de personnes viennent, parfois de loin, pour travailler chaque jour et ont besoin de se déplacer aisément. Les Parisiens n’ont pas élu Anne Hidalgo pour qu’elle mette Paris sous cloche !

    Piétonisation des voies sur berge, interdiction des véhicules thermiques à la circulation, et maintenant exclusion de tous les véhicules des 4 premiers arrondissements… Mais jusqu’où ira la Maire dans son obsession d’éradication de la voiture ? Tout cela n’est qu’idéologie, et ne participe en aucun cas à l’amélioration de la qualité de l’air. Pire : ces mesures discriminatoires ne font que déplacer la pollution qu’elle prétend réduire, car les véhicules ne disparaissent pas comme par magie. Ils se reportent sur d’autres axes, viennent les encombrer davantage et génèrent finalement encore plus d’émissions polluantes.

    Lire la suite...
  • Sur décision du Conseil de Paris et de la maire de la capitale Anne Hidalgo, les voies sur les berges de la Seine devaient être fermées à la circulation des véhicules motorisés à partir de la rentrée 2016, de même que le sont les voies de la rive gauche depuis janvier 2013.

    Mais vendredi 19 août 2016, la Commission d’enquête publique mandatée pour étudier la faisabilité du projet a remis son rapport final à la Ville de Paris et rendu un "avis défavorable" !

    Un rapport qui désavoue la mairie de Paris

    La Commission d’enquête publique qui devait statuer sur la faisabilité et l’intérêt de la mise en œuvre du projet de "reconquête des voies sur berge de la Seine" développé par la mairie de Paris a donc rendu son rapport final, au terme d’un mois d’enquête, qui s’est déroulée du 8 juin au 8 juillet 2016.

    Le rapport rappelle que le projet envisage "la fermeture à la circulation automobile de la section de la voie Georges Pompidou comprise entre l’entrée du tunnel des Tuileries et la sortie du tunnel Henri IV, et l’aménagement de ladite section", soit 3,3 km de voies situées le long de la Seine, rive droite.
    En conclusion de son rapport, la Commission rend un avis défavorable, qu’elle justifie au regard des éléments suivants :

    • Le périmètre de l’enquête publique est insuffisant, en cela qu’il ne comprend que les 1er, 4ème, 7ème et 12ème arrondissements, alors que l’impact de la mesure concernerait également notamment les 5ème, 6ème, et 8ème arrondissements, qui subiraient un report de la circulation à hauteur des trois quarts des véhicules interdits à la circulation sur les berges ;
    • Les éléments fournis à la Commission ne permettent pas d’anticiper et de mesurer précisément les conséquences de la mesure en termes de reports du trafic et des nuisances engendrées (bruit, pollution…) ;
    • Les personnes directement intéressées par la mesure (riverains) n’ont pu exprimer valablement leurs opinions ; l’intérêt public du projet n’est donc pas avéré.

    La mobilisation des automobilistes doit continuer avec "Voies sur berge pour tous"

    "40 millions d'automobilistes" estime que le rapport publié par la Commission est la seule conclusion honnête que l’on pouvait apporter au projet : seule la maire de Paris s’entêtait à prétendre que cette mesure allait améliorer la qualité de vie des Parisiens, alors que toutes les études d’impact réalisées par les différents organismes (la société d’info-trafic Inrix en 2013, le Médef en 2014, la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris en septembre 2015 et le quotidien Le Parisien en juin 2016) annonçaient des allongements non négligeables des temps de parcours suite à la fermeture des voies.

    Dès l’annonce de la piétonisation des voies sur berge, "40 millions d'automobilistes" s'est mobilisé, notamment avec une première pétition qui avait recueilli 66000 signatures, et en formulant des propositions alternatives à Anne Hidalgo pour concilier aménagements destinés aux modes de déplacements doux et circulation motorisée. Sa réaction fut à la hauteur de son ouverture d’esprit : ni réponse, ni communication quelconque ! Il est donc logique aujourd’hui que la Commission d’enquête rejette ce projet démagogique et aberrant...

    C'est un coup dur pour la Ville de Paris, mais malgré le manque de pertinence avéré de son projet, Anne Hidalgo a d'ores-et-déjà annoncé vouloir passer outre les conclusions de la Commission d'enquête publique : les automobilistes ne doivent donc pas relâcher leurs efforts et pour poursuivre la mobilisation, "40 millions d’automobilistes" et Sud Radio lancent une nouvelle action intitulée "Voies sur berge pour tous" (www.voiessurbergepourtous.com).

    "Sud Radio soutient les automobilistes. La fermeture des voies sur berge ne va pas régler les problèmes de pollution dans Paris ; laissons les Franciliens rouler et travailler ! La route pour tous… avec Sud Radio" conclut Christophe Bordet, rédacteur en chef de Sud Radio.

    > JE DEMANDE À ANNE HIDALGO DE RENONCER À SON PROJET DE FERMETURE DES VOIES SUR BERGE <

    Lire la suite...

Activité

"Pour ma part je ne me sens pas plus en sécurité qu'en 2006 car les routes sont de plus en plus dégradée beaucoup de panneaux annoncent troue en formation certain sont en place depuis 2, 3, 4, 5 ans mais rien est fait cela en ile de France un exemple…"
"54 ans de permis, je n’ai jamais eu peur sur la route car il y a 50 ans les voitures étaient moins sûres mais il y avait beaucoup moins de trafic et on roulait des kilomètres sans voir personne et malgré le fait qu’il n’y avait pas d’autoroute on me…"
"C'est surtout sur les autoroutes que le facteur de sécurité est le plus évident, pas de rond-point, pas de croisement, pas de feu tricolore, etc.Le seul problème en France c'est cette volonté des changements de vitesses maximums autorisées. (Sauf qu…"
"Si chacun utilisait à bon escient ses clignotants, y compris pour dépasser un deux roues, si moins de gens utilisaient leur téléphone à l'oreille ou pour envoyer des sms (repérables par leur comportement zigzagant!), si les scotchés de la voie centr…"
"Ces 7 français sur 10 ne me semblent pas tous bons conducteurs puisqu'ils préfèrent se laisser dépendre de la voiture, et non de la route et de l'environnement."
"Ouais mais â quand les détecteurs de téléphone au volant ou de visionnage de DVD en roulant ??"
Le 19 juin 2019, AXA publiait son 15ème Baromètre du comportement des Français sur la route, dans lequel nous apprenions que les Français se sentent de plus en plus en sécurité sur les routes. Alors qu'en 2006, 1 Français sur 2 déclarait se sentir e…
"B"
"Ce que l'on appelle pompeusement << l'orientation des mobilités >> consiste aussi (vous avez vu je ne dis pas "uniquement") à définir comment racketter au maximum l'automobiliste en lui en donnant le minimum.
vous avez des dizaines d'exemples donnés…"
"A) Passer de une tout les 57 km a une tout les 135 km, ils peuvent toutes les supprimer. Et nous baisser les taxes sur les carburants ou les péages d’autoroute."
"a"
"Bonsoir à tous,
Je ne puis répondre à cette question, si ce n'est qu’hasardeusement.
Je pense, presque tout un chacun a un téléphone portable de nos jours.
Dès lors ces bornes deviennent obsolètes.
Bonne soirée"
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON