Témoignages

Discutez entre membres, échangez vos idées sur le thème Témoignages !

Vous avez un témoignage à partager ? N'hésitez pas à lancer le sujet dans cette rubrique via l'icône " + ".

Nous vous rappelons que les discussions, l'envoi et le partage d'images sont soumis aux conditions d'utilisation. Pour les consulter, cliquez ici.

Road rage

Je ne sais pas trop où mettre ce sujet, alors je le met dans la section "témoignage".

Ce dont je voudrais parler me tiens à coeur, il s'agit du Road rage (ou rage au volant, si on préfère).

Je vois de plus en plus de gens se plaindre des autorités qui oppriment les automobilistes. Personnellement, je ressens plutôt le contraire. En 10 ans, j'ai subi un seul contrôle routier.

Bien sûr, il m'est arrivé de croiser la gendarmerie ou la police, mais pas tant que ça.

J'imagine que cela dépend des zones géographiques. Mon métier m'oblige à beaucoup circuler hors-agglo, sur départementales, et en zones rurales.

Et bien, croyez-moi ou non, mais je suis bien plus détendue quand je dois conduire dans Lyon que quand je dois déambuler en zones rurales (particulièrement dans les petits villages).

Celles-ci ont été complètement désertées par les FDO, et la circulation s'en ressent.

Le problème quand les autorités ne font pas respecter les règles (de circulation ou autre) c'est que les citoyens se sentent obligés de les faire respecter eux-même (sauf qu'ils vont chercher à faire respecter leurs propres règles, pas celles établies par le code).
Ce qui m'amène à mon sujet : le nombre grandissant de Road rage.

Vous savez, ces automobilistes qui viennent vous faire une queue de poisson agrémenté d'un geste souvent obscène pour se venger d'une infraction imaginaire ou d'un coup de klaxon. Ou, pire, ceux qui vous obligent à vous arrêter sur le bord de la route pour venir vous faire comprendre à grands coups de poings qu'ils n'ont pas appréciés que vous ne les laissiez pas passer (alors que c'est vous qui aviez priorité).

Il y a aussi ceux qui vont jusqu'à changer d'itinéraire ou faire demi-tour pour venir vous prendre en chasse (parce que vous avez ralenti pour tourner, et ça les a offensé de devoir ralentir aussi).

C'est très ironique de constater que ces individus qui s'imaginent vous apprendre à conduire le font en adoptant eux-même une attitude extrêmement dangereuse sur la route.

(il m'arrive de klaxonner un autre automobiliste, mais jamais il ne me viendrait à l'idée de le prendre en chasse pour lui casser la figure !)

En 10 ans, un seul contrôle routier. 

Dans les 3 dernières années, j'ai subi 5 road rage ! (et j'ai à chaque fois cherché à comprendre qu'elle avait pu être ma faute, sans jamais trouver).

Les témoignages se multiplient sur le net et en vidéos, m'amenant à penser que le phénomène prend une ampleur inquiétante.

Je le constate moi-même, majoritairement en zones rurales.

Et vous ?

Avez-vous déjà été victime ? 

Le phénomène vous inquiète-t-il ?

Vous devez être membre de fil-conducteurs pour ajouter des commentaires !

Join fil-conducteurs

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes répondent –

Réponses

  • Je m'exprime ici sur la rareté des contrôles de police. Il serait souhaitable qu'il y en ait davantage, et moins d'automatisme dans la verbalisation, comme c'est le cas, si je ne m'abuse, dans quasiment tous les autres pays de l'OCDE et autres. Si quelqu'un a connaissance d'un autre pays dans lequel les verbalisations sont automatiques, qu'il nous le précise. Au Royaume Uni par exemple, il y a des radars, certes, mais si l'on est flashé, la verbalisation n'est effective qu'après une convocation au commissariat, où vous pouvez vous défendre. J'ai ouï dire que des expériences avaient été faites dans certains pays, tels la Nouvelle Zélande, pour automatiser les verbalisations, mais qu'en définitive cela avait été abandonné. Certes, un retour à l'ancien système d'avant 2002 avec des verbalisations « manuelles », çà reviendrait beaucoup plus cher, et les scores seraient sans doute plus faibles… mais la dignité à un prix, qu'apparemment on y tient partout sauf en France. L'automatisation n'est pas le seul critère d'exception qui nous caractérise : nous sommes les champions sur bien d'autres points. Par exemple, la « tolérance » de 5 % ou 5Km/h sur la vitesse mesurée… au Royaume Uni c'est 20 % je crois, en Espagne 10 % pour une contravention, 20 % pour un retrait de points… De même nous sommes sans doute les champions pour le nombre de permis retirés chaque année. Par ailleurs, en Allemagne, si vous perdez votre permis, vous pouvez le repasser 15 jours plus tard… en France les délais sont exorbitants. Est-ce que ces mesures se justifient par une mortalité routière hors normes ? Certainement pas : nous sommes parmi les meilleurs d'entre tous les pays de l'OCDE.
    • Nous dévions un peu du sujet là ^^'
      Je pense que l'automatisation des contrôles mérite un sujet à lui tout seul, néanmoins je vous rejoins sur de nombreux points, sauf :
      " un retour à l'ancien système d'avant 2002 avec des verbalisations « manuelles », çà reviendrait beaucoup plus cher, et les scores seraient sans doute plus faibles"

      Pas d'accord. Si on remettaient des fdo sur les routes qui verbalisent toutes les infractions (et pas seulement les excès de vitesse) je gage qu'on rentrerait dans nos frais, et plus que largement.
      Sans compter le bénéfice (non pécuniaire, certes) de la peur du gendarme qui en calmerait beaucoup, et du fait que se faire prendre sur le fait est beaucoup, mais alors beaucoup plus dissuasif que de recevoir un pv, chez soi, plusieurs jours après les faits.

      Plus de sous, plus de sécurité, moins de morts.
      Je plaide pour un retour au policier sur le terrain, même si la mode ces derniers temps serait plutôt à l'anti-flic.
  • Pour ce qui me concerne, je n'ai pas souvenir d'avoir été témoin d'une agression du type « road rage », tout au moins, pas en tant qu'automobiliste. Par contre, en tant que cycliste, OUI ! Les cyclistes ne sont pas à la fête dans la plupart des villes. Peu nombreuses sont celles qui possèdent un réseau dense de pistes cyclables, et donc, très souvent l'on doit partager la chaussée. C'est souvent fort dangereux : la durée des feux est calculée en fonction de la vitesse des voitures, pas de celle des cyclistes, etc.. Mais ce qui me pose le plus de problème, c'est de devoir me tenir 'à ma place' sur la chaussée, c'est à dire, dans la limite des 50cm du bord du trottoir. Or, c'est quasiment impossible sans risque tant les bordures de trottoir sont hautes : on s'y prend les pédales et l'on se casse la figure, alors que des véhicules vous suivent et risquent de vous heurter gravement. 50 cm c'est peu, un vélo étant susceptible de faire des écarts. Sur le pont de Pontoise, par exemple, en allant vers Saint Ouen l'Aumône, il n'y a qu'une seule voie de circulation. Vous ne pouvez prendre le trottoir même en tenant le vélo à la main : il est trop étroit et il y a déjà embouteillage de piétons, parfois avec poussettes. Alors je traverse le pont à vélo, en prenant davantage d'espace qu'autorisé. Et là, il n'est pas rare de me faire insulter. Une fois, un chauffeur de camion, après avoir abondamment klaxoné, m'a proposé de se retrouver au parking pour « qu'on se batte » ! Une autre fois, un type m'a asséné : « Quand on ne sait pas faire de vélo on marche à pied ». J'eusse pu faire remarquer à ces automobilistes que, même en roulant plus près du trottoir, il ne leur serait de toutes façons pas resté assez de place pour me dépasser sans franchir la ligne continue, ce qu'ils ne pouvaient d'ailleurs même pas se permettre tant les voitures en sens inverse étaient proches. Je conçois la colère de ces conducteurs devant rouler à 15 Km/h pendant 150 mètres !!
    • J'ai vécu la situation de votre dernière phrase. Une automobilsite qui m'a klaxonné pendant 200 mètres.
      J'emmenai ma fille à l'école sur mon vélo. La rue partant de chez nous monte sur les 200 premiers mètres. Le matin l'autre sens de circulation est fréquemment saturé, empêchant tout dépassement de cycliste dans mon sens.
      Et bien cette automobiliste ne supportait visiblement pas de ce trainer pendant 200 mètres à 15 km/h au lieu de 35-40 (vu le trafic et l'étroitesse, impossible de rouler à 50 km/h). J'ai fait le calcul : 200 mètres parcourus à 15 km/h au lieu de 40, c'est 30 secondes de perdues. Soit une goutte d'eau comparée au temps passé en voiture pour les déplacements domicile/travail en IdF. Ca reste infiniment moins que le temps perdu par les automobilistes bloqués dans l'autre sens de circulation.
    • Cas typique d'infrastructures qui ne suivent pas.
      On a besoin de trottoirs plus larges, de pistes cyclables (en ville ET sur départementales, screugneugneu), de carrefours aménagés etc etc...

      Ce n'est en effet pas à proprement parlé un road rage, mais ça reste une agression, tout ça à cause d'une modernisation de l'espace public qui ne veut pas se faire.
      J'ai l'impression que les gens savent que quelque chose ne va pas, mais au lieu de s'en prendre aux vrais coupables (mairies, départements...) ils s'en prennent aux autres :/
  • Victime non, mais temoin presque direct. J'avais raconté cela dans un autre sujet : https://fil-conducteurs.ning.com/quiz/reforme-du-code-de-la-route-ta...

    Je m'auto-cite :

    "Je vous raconte une scène de la circulation que j'ai loupée à 10 minutes près mais qu'une amie m'a racontée, témoin direct de l'incident.
    Cela se passe à Issy-les-Moulineaux. Un monsieur et son chien en laisse traversent une rue sur un passage piéton. Ils arrivent au milieu de la rue, protégés par un petit îlot. Mais au moment d'entamer la seconde moitié de la traversée, une camionnette ne s'arrête pas et les frôle, manquant de renverser le chien. Idem pour une voiture suivant la camionnette. Le piéton, furieux, a le temps de décrocher un coup de pied à la voiture.
    La voiture s'arrête, le conducteur se précipite sur le piéton, le projette au sol et commence à le tabasser à coups de pied. Hallucinant !!
    Des témoins finissent par séparer l'agresseur et l'agressé et la police finit par intervenir suite à appel d'un témoin.
    Typiquement pour moi, ce conducteur ne devrait pas avoir le droit de conduire. Car il est incapable de se maîtriser. On ne confie pas le volant d'un engin de 1.2t à quelqu'un qui est à ce point intrinsèquement violent. C'est un danger public."

    Triste spectacle. L'amie en question a justement utilisé l'expression road rage pour me raconter cela.
    • En plein dedans : un conducteur fautif qui ne supporte pas qu'on le lui fasse remarquer et qui, loin de se dire "oulà, j'ai fait une bêtise", s'emporte et agresse.
      Et qu'on ne me dise pas qu'il n'est pas fautif. La camionnette, à la limite, on pourrait dire qu'elle était déjà engagée, ou trop proche pour s'arrêter sans risque, mais la voiture suivait.
      Donc elle était derrière (par conséquent à plusieurs mètres du passage piéton).
      Donc elle aurait du s'arrêter.
      Encore un cas typique d'un individu persuadé d'être au-dessus des règles et qui s'offusque et devient violent quand quelqu'un ose le lui faire remarquer (alors qu'à la base, c'est lui qui met les autres en danger. Piéton vs voiture, c'est rarement le piéton qui gagne).

      merci de votre témoignage :)
  • De road rage, nous passons à la cohabitation cyclistes/automobilistes.
    Là encore, je trouve que les infrastructures (ou plutôt leur absence) sont déterminantes.
    Si on avait des pistes cyclables partout, les vélos restent sur leurs pistes, les voitures sur leurs voies, et tout va bien (certes, il y aura toujours des imbéciles).
    Et (encore une fois) je note une certaine différence entre zone rurale et zone urbaine.
    En zone urbaine, beaucoup d'automobilistes ont du mal à admettre que les vélos sont soumis au code de la route, c'est à dire que des fois c'est eux qui ont priorité.
    En zone rurale, certains cyclistes ont du mal à admettre que ce n'est pas parce qu'on est "à la campagne" qu'on peut faire ce qu'on veut, et ils roulent de front (parfois sur toute la largeur de la route !) en troupeau (quand on tombe sur un club, ça peut monter à 20 ou 30) sur des départementales où les automobilistes arrivent à 90 km/h.

    Notre code de la route est obsolète, nos infrastructures routières sont obsolètes...au mieux ça fini en insultes, au pire à l'hôpital (voire, la morgue).

    Ce qui me permet d'embrayer sur le sujet initial : le road rage.
    D'autres témoignages ?
  • Je n'ai rien contre les cyclistes, bien au contraire, moi même je fais souvent du vélo à titre de loisir et bien sur par beau temps.
    ceci dit il faut bien reconnaitre que certains voire même beaucoup roulent de front et n'ont pas la décence et l’intelligence de se mettre en file indienne lorsqu'une voiture est derrière eux, malheureusement je vois cela tous les jours, et si on klaxonne beaucoup vocifère n'importe quoi ah il ont du courage en groupe bien sur.
    Alors effectivement il ne faut pas généraliser mais les automobilistes ont aussi leur mot à dire et on le droit de pouvoir circuler sans danger c'est à dire de ne pas risquer de renverser des cyclistes au comportement dangereux.
  • @ Autovelo
    Vous avez raison, il ne faut pas généraliser.
    C'est un piège terrible que de juger toute un groupe en fonction de quelque-uns.
    J'avais entendu dire que les cyclistes étaient souvent victimes de l'agressivité de certains automobiliste qui semblent penser que la route n'appartient qu'à eux.
    ça n'encourage pas à prendre son vélo pour circuler...

    Il semble donc que ce phénomène touche l'ensemble du territoire (de façon égale ? dur à dire).
    J'aimerais vraiment avoir le ressenti de plusieurs personnes là-dessus.
    Pour rappel, nous parlons de Road Rage, c'est à dire une agression physique ou une mise en danger volontaire de la part de celui ou celle qui commet l'infraction en premier lieu.
    (parce que si vous grillez un stop et prenez un marron de la part de celui qui a dû piler pour vous éviter, ce n'est pas un Road rage, c'est le karma :p )
    (je plaisante, bien sûr ! on klaxonne, on fait des appels de phare pour signaler à l'autre qu'il a été dangereux, on ne l'agresse pas !)
This reply was deleted.

Activité

"C'est malheureusement ce que je me suis dit ;)"
"Oui, je vois ce que vous voulez dire. La réponse à un article de 40MA n'est effectivement pas affichée de la même manière que pour la question de la semaine"
"Je suis quelque peu malmené par l'équipe de modération (sorry les filles) mais je dois avouer que je suis un peu à contre courant de la pensée unique :)

Sinon je suis pour que "les poids lourds qui transitent par notre réseau sans participer à son…"
"Le mot "commentaire" sur ce type d'info n'apparait qu'en étant connecté "connexion" en tant que membre. Si personne n'en a déjà posté vous pouvez croire que l'on ne peut en mettre."
"raison simple je pense, 40MA postait une info sur sa présence à ces assises, info qui semble-t-il n'appelait pas de commentaire"
"Son message a été soit supprimé par lui-même soit par un modérateur du forum. Dans tous les cas, Autobiclou a raison : vous avez posté un message sur les assises de la mobilité dans la discussion sur la taxation des poids lourds. Les 2 sujets sont p…"
"pour Autobiclou : suite votre message (qui ne figure pas sur ce site), j'ignore comment vous fonctionnez, pour ma part je me contente de répondre sur le site de "fil conducteur", je n'ai pas de blog par ailleurs, merci de lire mes écrits qui ne me s…"
"que pouvons-nous attendre de ces assises de la mobilité ? chers confrères n'ayez aucune illusion, pour moi ce énième "machin" n'augure rien de bon pour nos dernières libertés et nos portefeuilles"
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON