La contestation d’une amende suppose le respect d’un certain formalisme. Dans certains cas, l’Officier du ministère public (OMP) rejette la réclamation du contrevenant. Les cas de rejet sont-ils toujours tous légaux ? Comment les contester ?

Le rôle de l'OMP dans le circuit de la contestation

À réception d’une amende forfaitaire, le contrevenant a la possibilité de contester l’infraction reprochée en adressant un courrier de réclamation en lettre recommandée à l’Officier du ministère public. Conformément à l’article 530-1 du Code de procédure pénale, à réception de la réclamation, l’Officier du ministère public a trois possibilités : soit renoncer à l’exercice des poursuites, soit renvoyer l’affaire devant la juridiction de proximité pour que l’intéressé soit entendu sur sa contestation, soit déclarer la contestation irrecevable car non motivée ou non accompagnée de l’original de l’avis de contravention ou d’amende forfaitaire majorée.

Deux exemples de cas de rejet par l'OMP

  • La réclamation est irrecevable en raison d’arguments non fondés : l’Officier du ministère public ne peut, en aucun cas, rejeter une contestation au motif que les arguments invoqués ne seraient pas fondés et inviter, le cas échéant, l’intéressé à s’acquitter du montant de l’amende. Il ne peut que statuer sur la recevabilité formelle de la contestation. Cette pratique a, d’ailleurs, été sanctionnée, à plusieurs reprises, par la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH 8 mars 2012 affaire Cadène/France n°12039/08 ; CEDH, 8 mars 2012 affaire Céline/France n°14166/09). Dans cette hypothèse, l’intéressé ne doit pas se laisser intimider et renoncer à sa contestation. Il doit, au contraire, adresser un nouveau courrier de contestation dans lequel il réitère sa demande de convocation en justice sur le fondement de l’article 531 du Code de procédure pénale.
  • La réclamation est irrecevable faute de production de l’original de l’avis d’amende forfaitaire majorée : conformément à l’article 530 du Code de procédure pénale, l’Officier du ministère public peut déclarer une réclamation irrecevable au motif que le contrevenant n’aurait pas joint l’original de l’avis d’amende forfaitaire majorée à sa contestation. À plusieurs reprises, la Cour de Cassation a rappelé que la réclamation, faute de production de l’amende forfaitaire majorée, était irrecevable (Cass Crim 8 janvier 2013 n°12-82271 ; Cass Crim 20 novembre 2013 n°12-88.359). Cependant, il est des cas où, en toute bonne foi, le contrevenant n’a pas été destinataire de l’avis d’amende forfaitaire majorée. Le Conseil constitutionnel a été saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité sur cette problématique. Le Conseil a considéré que celui qui démontre qu’il n’aurait pas reçu l’avis d’amende forfaitaire majorée ou qui serait dans l’impossibilité de la fournir pour un motif légitime pourrait faire valoir ses droits et accéder à une audience de la juridiction de proximité (Décision n°2015-467 QPC du 7 mai 2015).

Quels recours contre une décision de rejet de l'OMP ?

La décision de rejet de l’Officier du ministère public est parfaitement contestable devant la Chambre du Conseil de la juridiction de proximité pénale sur le fondement des articles 710 et 711 du Code de procédure pénale. Une requête aux fins de saisine de cette instance doit être déposée. La Chambre du Conseil doit alors trancher le bien-fondé de la décision de rejet émise par l’Officier du ministère public.

Article écrit par Maître Ingrid Attal, avocat spécialiste en droit routier et présidente de la Commission juridique de " 40 millions d'automobilistes "

Crédits photo : Frog 974 sur Fotolia.com

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Fil-conducteurs pour ajouter des commentaires !

Join Fil-conducteurs

Commentaires

  • Maître Ingrid Attal, merci pour ces précisions. Mais pour celui qui n'a étudié le droit c'est décourageant. Cela ne donne envie de se défendre que pour des cas spécifiques. Probablement qu'il vaut mieux faire appel à un avocat. Qu'en pensez-vous ?
This reply was deleted.

Activité

"A être trop sur de soi, à se prendre pour le roi de la route, croire tout connaître mieux que quiconque, on peut devenir dangereux oui :)"
"Depuis Chirac le lobby sécurité routière culpabilise tous les gouvernements ,eux ne se remettent jamais en cause et inventent toujours des nouveaux modes de répression(radars ,cameras etc)."
"B je pense
Cependant et dans beaucoup de situation la vidéo verbalisation est discutable, comment en effet et à distance juger objectivement d’une situation. Que l’agent soit assermenté ou pas cela ne change rien lorsqu’il faut examiner une situatio…"
"B minorée pour les A a 90 euros"
"Dans l’article d’Auto moto que je viens de lire c’est 90 €
C’est comme la distance entre les véhicules, encore un truc très discutable. Pour être tranquille il va falloir attendre que le véhicule précédent ait fini de traveser le carrefour pour s’en…"
"Ca va être automatique, ou bien il y aura un gars qui va se coller devant la vidéo toute la journée ? Où allons-nous, s'il faut que quelqu'un qui n'est pas sur place "en situation", juge le "risque" ! Ca "risque" d'être faux, c'est la seule chose sû…"
La vidéo-verbalisation permet dorénavant de verbaliser les automobilistes qui s'engagent dans un carrefour alors qu'ils risquent de gêner la circulation. Quelle est la sanction pour cette infraction ?
a) Amende forfaitaire de 35€
b) Amende forfaitai…
"Il faut quand même et de temps en temps être logique et avoir les pieds sur terre. Les gens en ont marre de ces pseudos rond point posés n’importe où, la plupart du temps on passe dessus car pas assez de place. Ce fantaisies fleurissent un peu parto…"
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON