paris (20)

  • Il y a une semaine, alertée par un automobiliste d’une possible fermeture des voies sur berge pendant l’été 2017 entre Boulogne et le Pont de Bir-Hakeim, l’association "40 millions d’automobilistes" interpellait le service "Paris j'écoute" (compte Twitter officiel de la mairie de Paris répondant aux questions pratiques) afin d'en savoir plus sur cette potentielle fermeture.

    Alors que la mairie de Paris n’a pour l’heure fait aucune communication officielle auprès des usagers, le service semble aujourd’hui confirmer qu’il y aurait bel et bien une fermeture des berges : "les voies sur berges seront fermées du 23/07 au 24/08 pour créer une piste cyclable bidirectionnelle sur les quais" .

    Or, interdire la circulation aux voitures sur cet axe – le seul encore accessible aux automobilistes – est une aberration puisqu’il n’existe aucun itinéraire de substitution pour les automobilistes utilisant les voies sur berge de ce côté de la Seine, obligeant ainsi à un itinéraire de contournement qui sera saturé ! Pour l’association "40 millions d’automobilistes", cette nouvelle fermeture estivale est une ineptie qui condamne encore une fois les automobilistes à des bouchons supplémentaires !

    Lire la suite...
  • Des embouteillages toujours plus importants dans Paris, et des voies sur berge désertées par les piétons et cyclistes !

    Aujourd’hui, le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France consacre son "Fait du jour" à la piétonisation des voies sur berge de la rive droite, effective depuis le 05 septembre dernier à Paris. Le journal révèle notamment les chiffres de l’augmentation du trafic sur les itinéraires de remplacement empruntés désormais par les automobilistes, qui confirment la forte hausse de la circulation et des embouteillages dénoncée par"40 millions d’automobilistes" et l’aberration du projet mené par la maire de Paris, Anne Hidalgo.

    "Évaporation" du trafic à Paris ?

    La fermeture à la circulation des véhicules motorisés des 3,3 km de voies sur berge de la rive droite de la Seine nourrit la colère des automobilistes et les polémiques politiques depuis maintenant près de 3 mois. Entre la mairie de Paris, qui défend idéologiquement une "évaporation du trafic", et les usagers, qui subissent jour après jour des temps de trajet nettement rallongés, le débat fait rage sur la nécessité de maintenir les voies sur berge ouvertes aux seuls piétons et cyclistes et sur l’efficacité-même du dispositif.

    Pour l’association "40 millions d’automobilistes" comme pour Le Parisien, la situation est claire : l’enquête menée par le quotidien a démontré une augmentation du trafic de +48% à +91% sur les quais hauts ! La situation devient intenable pour les automobilistes qui empruntent chaque jour ces routes pour aller travailler ; les esprits s’échauffent. Pourtant, pas la moindre trace de "l’évaporation" du trafic promise par la mairie de Paris… Anne Hidalgo se moque du monde : tous les comités, toutes les études démontrent l’échec cuisant de sa mesure, mais elle n’écoute que les marges écologistes !

    Une forte mobilisation contre le projet

    L’association, opposée depuis l’origine au projet de fermeture des voies sur berge, rappelle la très forte mobilisation, à la fois des usagers de la route et des élus d’Ile-de-France, contre cette interdiction : notre pétition en ligne www.voiessurbergepourtous.com a recueilli plus de 75000 signatures et de nombreux élus franciliens ont également répondu à notre appel et souhaitent que le Conseil régional d’Ile-de-France soit impliqué à part entière dans les grands projets impactant la circulation routière dans la région, car il est inacceptable que des mesures à ce point pénalisantes pour les Franciliens puissent être mises en œuvre sans aucune concertation.

    Lire la suite...
  • Parmi les différentes lubies "anti-voiture" de nos élus, l'une d'elles se multiplie aux quatre coins de la France : l'abaissement des limitations de vitesse sur les rocades urbaines. Afin de justifier une telle mesure, nos élus n'hésitent pas à brandir avec conviction leur deux arguments phares : l'amélioration de la qualité de l'air et la réduction des nuisances sonores pour les riverains. " 40 millions d'automobilistes " fait le point sur les bénéfices de cette mesure, en réalité plus que mitigés...

    La gangrène de la mauvaise idée

    Tout commence sur le périphérique parisien, lorsque la Maire de Paris, Anne Hidalgo, décide d'abaisser, encore une fois, la vitesse maximale autorisée à 70 km/h. Depuis, sous couvert d'écologie, d'autres élus se sont alors emparés de la mesure, à l'image de Nathalie Appéré, maire de Rennes, qui démarrait une expérimentation de la baisse de la limitation de vitesse de 90 à 70 km/h sur sa rocade il y a un an.

    Environnement : quels sont les bénéfices réels ?

    Très étonnamment, la mairie de Paris n'a demandé aucune étude d'impact à AirParif* suite à la baisse de la limitation de vitesse sur sa rocade urbaine. La municipalité craindrait-elle des résultats défavorables au discours autophobe qu'elle ne ne cesse d'asséner ?

    Quant à la mairie de Rennes, elle vient tout juste de livrer les conclusions de son expérimentation. D'après la Préfecture et la Ville de Rennes, la qualité de l'air s'est dégradée sur la portion abaissée à 70km/h, tandis que la pollution a diminué sur la partie de rocade abaissée à 90.

    Des résultats plutôt mitigés, bien loin des objectifs visés par les élus en termes de qualité de l'air.

    Nuisances sonores et accidentologie : des résultats pas plus concluants…

    Si l'argument écologique ne tient pas, qu'en est-il des nuisances sonores et des résultats en termes d'accidentologie ?

    Dans une interview diffusée sur TF1, l'association indépendante BruitParif** livre les conclusions de son étude menée à Paris : une baisse des nuisances sonores de 0,6 décibels seulement a été constatée, soit un changement "imperceptible à l'oreille". Matthieu Sineau, responsable laboratoire de mesures au sein de l'observatoire, ajoute que "Cette mesure ne permet pas de descendre sous les valeurs de référence" : sur le périphérique parisien, "on est toujours en situation de point noir de bruit."

    Quant aux chiffres de l'accidentologie, la mairie de Paris a communiqué sur une baisse de 14,5% de blessés pour 2014, suite à l'abaissement de la vitesse de 80 à 70km/h sur le périphérique parisien… En omettant de préciser que le nombre de tués était quant à lui passé de 4 à 7, soit une hausse de 75 % !

    Concernant la rocade de Rennes, la municipalité a reconnu que le nombre d'accidents a légèrement augmenté durant l'expérimentation.

    Un échec cuisant pour les municipalités, une victoire pour "40 millions d'automobilistes" !

    La mairie de Paris justifiait l'abaissement de la limitation de vitesse sur le boulevard périphérique parisien à 70 km/h par la nécessité d'améliorer la qualité de l'air et de réduire les nuisances sonores pour les riverains. Force est de constater que ces objectifs ont lamentablement échoué.

    Mais tandis que la Ville de Paris refuse de reconnaître son échec, la municipalité de Rennes a décidé de rétablir les 90km/h sur sa rocade, faute de résultats probants ! Une victoire non seulement pour les automobilistes rennais, mais aussi pour l'ensemble des automobilistes en France, car il ne fait aucun doute que ce bilan servira de leçon aux autres communes qui souhaitaient mettre en place des mesures similaires.

    La limitation de vitesse à 90km/h sur la rocade rennaise sera rétablie très prochainement, après la réimplantation des panneaux de signalisation qui avaient été retirés il y a un an. Reste que l’opération aura tout de même coûté la bagatelle de 100 000 € à la Ville…

    L'inefficacité de l'abaissement de la vitesse sur la rocade, "40 millions d'automobilistes" l'avait annoncée dès le début. Vent debout contre cette mesure, l'association avait tout de suite tapé du poing sur la table pour que la mairie de Rennes fasse marche arrière : organisation d'une conférence de presse avec les journalistes locaux pour dénoncer la mesure, information auprès des automobilistes, interventions en média tout au long de l'expérimentation, lettre au Préfet pour lui demander de rétablir les 90km/h...

    "Grâce à Rennes, on a désormais la preuve qu’une telle mesure n’est en aucun cas un gage d’amélioration des conditions de circulation. Bien au contraire, les conséquences de cette expérimentation sont majoritairement néfastes pour les usagers et l’on salue donc l’honnêteté des autorités qui ont su reconnaître leur erreur et rétablir la limitation de vitesse la moins pénalisante pour tous", conclut "40 millions d'automobilistes".

    * Association de surveillance de la qualité de l'air sur l'ensemble de l'Ile-de-France.
    ** Observatoire du bruit en Ile-de-France.

    Lire la suite...
  • Sur décision du Conseil de Paris et de la maire de la capitale Anne Hidalgo, les voies sur les berges de la Seine devaient être fermées à la circulation des véhicules motorisés à partir de la rentrée 2016, de même que le sont les voies de la rive gauche depuis janvier 2013.

    Mais vendredi 19 août 2016, la Commission d’enquête publique mandatée pour étudier la faisabilité du projet a remis son rapport final à la Ville de Paris et rendu un "avis défavorable" !

    Un rapport qui désavoue la mairie de Paris

    La Commission d’enquête publique qui devait statuer sur la faisabilité et l’intérêt de la mise en œuvre du projet de "reconquête des voies sur berge de la Seine" développé par la mairie de Paris a donc rendu son rapport final, au terme d’un mois d’enquête, qui s’est déroulée du 8 juin au 8 juillet 2016.

    Le rapport rappelle que le projet envisage "la fermeture à la circulation automobile de la section de la voie Georges Pompidou comprise entre l’entrée du tunnel des Tuileries et la sortie du tunnel Henri IV, et l’aménagement de ladite section", soit 3,3 km de voies situées le long de la Seine, rive droite.
    En conclusion de son rapport, la Commission rend un avis défavorable, qu’elle justifie au regard des éléments suivants :

    • Le périmètre de l’enquête publique est insuffisant, en cela qu’il ne comprend que les 1er, 4ème, 7ème et 12ème arrondissements, alors que l’impact de la mesure concernerait également notamment les 5ème, 6ème, et 8ème arrondissements, qui subiraient un report de la circulation à hauteur des trois quarts des véhicules interdits à la circulation sur les berges ;
    • Les éléments fournis à la Commission ne permettent pas d’anticiper et de mesurer précisément les conséquences de la mesure en termes de reports du trafic et des nuisances engendrées (bruit, pollution…) ;
    • Les personnes directement intéressées par la mesure (riverains) n’ont pu exprimer valablement leurs opinions ; l’intérêt public du projet n’est donc pas avéré.

    La mobilisation des automobilistes doit continuer avec "Voies sur berge pour tous"

    "40 millions d'automobilistes" estime que le rapport publié par la Commission est la seule conclusion honnête que l’on pouvait apporter au projet : seule la maire de Paris s’entêtait à prétendre que cette mesure allait améliorer la qualité de vie des Parisiens, alors que toutes les études d’impact réalisées par les différents organismes (la société d’info-trafic Inrix en 2013, le Médef en 2014, la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris en septembre 2015 et le quotidien Le Parisien en juin 2016) annonçaient des allongements non négligeables des temps de parcours suite à la fermeture des voies.

    Dès l’annonce de la piétonisation des voies sur berge, "40 millions d'automobilistes" s'est mobilisé, notamment avec une première pétition qui avait recueilli 66000 signatures, et en formulant des propositions alternatives à Anne Hidalgo pour concilier aménagements destinés aux modes de déplacements doux et circulation motorisée. Sa réaction fut à la hauteur de son ouverture d’esprit : ni réponse, ni communication quelconque ! Il est donc logique aujourd’hui que la Commission d’enquête rejette ce projet démagogique et aberrant...

    C'est un coup dur pour la Ville de Paris, mais malgré le manque de pertinence avéré de son projet, Anne Hidalgo a d'ores-et-déjà annoncé vouloir passer outre les conclusions de la Commission d'enquête publique : les automobilistes ne doivent donc pas relâcher leurs efforts et pour poursuivre la mobilisation, "40 millions d’automobilistes" et Sud Radio lancent une nouvelle action intitulée "Voies sur berge pour tous" (www.voiessurbergepourtous.com).

    "Sud Radio soutient les automobilistes. La fermeture des voies sur berge ne va pas régler les problèmes de pollution dans Paris ; laissons les Franciliens rouler et travailler ! La route pour tous… avec Sud Radio" conclut Christophe Bordet, rédacteur en chef de Sud Radio.

    > JE DEMANDE À ANNE HIDALGO DE RENONCER À SON PROJET DE FERMETURE DES VOIES SUR BERGE <

    Lire la suite...
  • Vendredi 17 juin 2016, Anne HIDALGO, maire de la ville de Paris, a annoncé la mise en œuvre de la prochaine étape de son plan antipollution pour la capitale : alors que tous les véhicules particuliers immatriculés avant 1997 seront interdits à la circulation à Paris le 1er juillet prochain, la Mairie prévoit d’amplifier encore les mesures de restriction en interdisant la circulation de tous les véhicules diesel d’avant 2001 à partir du 1er juillet 2017. L’association "40 millions d’automobilistes" entend aujourd’hui, mardi 21 juin 2016, plus que jamais, défendre la mobilité des automobilistes parisiens et franciliens et appelle tous les usagers concernés à rejoindre l’action juridique qu’elle met en place en collaboration avec Me Jean-Baptiste IOSCA sur www.remboursemabagnole.com.


    Toutes les voitures d’avant 1997 et tous les diesel d’avant 2001 interdits à la circulation dans Paris

    Après les véhicules classés pré-EURO et EURO 1 (norme européenne définissant les quantités maximales de rejets polluants autorisées pour les véhicules en fonction de leur motorisation et de leur année de première mise en circulation), ce sont donc les véhicules particuliers à motorisation diesel normés EURO 2 (mis en circulation avant le 1er janvier 2001) qui entrent dans le collimateur de la maire de Paris, qui poursuit ainsi son plan d’ "éradication du diesel" dans la capitale.

    Ces derniers – environ 1,2 millions en Île-de-France – ne seront donc plus autorisés à franchir les portes de Paris dès le 1er juillet 2017. Une mesure socialement injuste et financièrement aberrante pour "40 millions d’automobilistes" : ces interdictions ne servent à rien d’un point de vue environnemental. La seule raison pour laquelle Anne HIDALGO prononce ces restrictions, c’est pour chasser la voiture hors de la capitale, sans se soucier des conséquences économiques et sociales. Pourtant, elles pénalisent en premier lieu les ménages les plus modestes, qui, en raison des restrictions et de la dévaluation associée, ne pourront même plus vendre leur véhicule.

    www.remboursemabagnole.com : une action en justice pour indemniser les automobilistes lésés

    Parce qu’ils refusent que les usagers de la route soient une fois de plus pris en otages par les décisions arbitraires et discriminatoires d’une poignée d’idéologistes écologistes, l’association "40 millions d’automobilistes" et Maître Jean-Baptiste IOSCA appellent tous les propriétaires franciliens d’un véhicule concerné par les futures interdictions de circulation à se faire connaître en s’inscrivant sur le site Internet www.remboursemabagnole.com, pour intervenir dans le cadre d’une action juridique conduite par Me IOSCA afin d’obtenir l’indemnisation du préjudice financier subi par les automobilistes franciliens.

    "40 millions d’automobilistes" rappelle qu’à terme (dès 2020) et d’après la volonté d’Anne HIDALGO, ce sont toutes les voitures particulières à motorisation essence ou diesel mises en circulation avant le 1er janvier 2011 qui seront interdites à la circulation dans la capitale.

    Crédits photo : Sergey Novikov sur fotolia.com

    Lire la suite...
  • Le 07 décembre 2014, Anne HIDALGO, maire de Paris, dévoilait à la presse et aux Franciliens les principales mesures de son « plan antipollution » pour la capitale, dans le but d’« améliorer la qualité de l’air » et de réduire « la pollution aux particules ». Unique facteur alors mis en cause : la voiture, et en particulier le diesel, réputé nocif et qui compose pourtant – grâce à une forte incitation gouvernementale – la plus grande partie du parc automobile français.

    À l’annonce des multiples mesures restrictives décrites par l’édile parisienne, l’association « 40 millions d’automobilistes » avait lancé une pétition en ligne sur le site Internet www.remboursemabagnole.com demandant aux automobilistes concernés de se mobiliser contre la promulgation à venir des interdictions de circulation à Paris. L’association appelait alors Anne HIDALGO à revoir sa copie et proposait des solutions efficaces et non pénalisantes pour les usagers.

    Depuis, la maire de Paris a toujours refusé de discuter de ces alternatives et n’a cessé de réaffirmer dans tous les média son intention d’aller au bout de son projet : « À partir du 1er juillet 2016, (…) il y aura des pastilles identifiant les véhicules les plus polluants et [ils] ne seront pas autorisés à circuler dans Paris de 8h le matin à 20h le soir ».

    C’est pourquoi « 40 millions d’automobilistes », en collaboration avec Me Jean-Baptiste IOSCA, avocat permis de conduire au barreau de Paris, lancent aujourd’hui, mercredi 11 mai 2016, en exclusivité dans Le Parisien / Aujourd’hui en France, la deuxième phase de l’opération « Rembourse ma bagnole » : une action collective conduite par Me IOSCA dans le but d’obtenir une indemnisation du préjudice financier subi par les automobilistes franciliens.

    En quoi consistent les interdictions de circulation ?


    
Les mesures proposées par Anne HIDALGO ont été débattues et votées par le Conseil de Paris le 9 février 2015. Elles ont pour but, selon les propres dires de l’élue, de « restreindre la circulation des véhicules les plus polluants », mais surtout de prononcer « la fin du diesel à Paris en 2020 (…) et au-delà du périphérique ».

    Par ces mesures, la maire de Paris prétend donc réduire la pollution en Ile-de-France. Mais le système mis en place ne tient aucunement compte des émissions réelles de polluants des véhicules. Soyons réalistes : il n’existe pas de voiture « propre », mais de nombreux véhicules disposent d’outils de dépollution efficaces. De plus, on sait aujourd’hui – notamment parce que d’autres pays européens l’on fait – que l’on peut pratiquer le rétrofit sur ceux qui n’en sont pas équipés en première monte. Ces interdictions ne servent à rien d’un point de vue environnemental. Cela a été démontré par un rapport de l’ADEME en 2014, qui conclut que, dans les « zones basses émissions » desquelles sont exclus les véhicules les plus polluants, les réductions sont « faibles » ou « non-significatives » ! La seule raison pour laquelle Anne HIDALGO prononce ces restrictions, c’est pour chasser la

    
Tous les véhicules diesel et tous les véhicules essence d’avant 2011 concernés par les interdictions de circulation

    Si l’on pourrait – à la rigueur – comprendre la volonté d’une municipalité d’épurer le parc automobile par des mesures incitatives et des aides financières à l’achat d’un véhicule plus vertueux, impossible de cautionner l’ampleur que prendront les interdictions à l’horizon 2020 : à cette date, ce sont en effet tous les véhicules classés de la catégorie 1 étoile à la catégorie 4 étoiles5 – soit tous les véhicules thermiques immatriculés avant le 1er janvier 2011 – qui seront interdits à la circulation dans Paris, sous peine de sanction. Or, ces véhicules représentent à ce jour 84,9% des 6 millions de voitures particulières qui composent le parc automobile francilien.

    Conséquences financières des interdictions de circulation sur le marché automobile français

    Les propriétaires de ces 5 086 378 voitures frappées d’interdiction devront donc s’en défaire et en acquérir une plus récente, conforme au minimum à la norme EURO 5 et d’une motorisation autre que diesel, s’ils veulent pouvoir continuer à se déplacer à Paris. Principale ombre au tableau : comment arriver à vendre à un prix décent un véhicule qui subit de lourdes restrictions de circulation ?

    Ces mesures, socialement injustes parce qu’elles pénalisent en premier lieu les ménages les plus modestes, sont, de plus, financièrement aberrantes. Le député de Seine-et-Marne Olivier FAURE, porte-parole du parti socialiste, émettait de fortes réserves à ce projet dès le 1er février 2015 dans une lettre ouverte à Anne HIDALGO : « J'entends déjà les conseils avisés que l'on adressera à ces pollueurs : vendez votre véhicule pour en acheter un autre. Mais qui acceptera désormais d'acheter une voiture qui n'a plus la liberté d'aller et venir ? La simple annonce des restrictions à venir correspond déjà à une dévaluation de tous les véhicules qui ne correspondront pas aux normes que Paris entend imposer pour 2020. »

    Les experts confirment cette évolution du marché automobile d’Ile-de-France : « En raison de leur âge, les véhicules d’avant 1997 ne sont plus cotés. À ce jour, leur valeur tient essentiellement à la qualité de leur entretien, mais les interdictions de circulation auront un impact important sur ces voitures un peu âgées : cela va créer un effet de seuil. On estime que ces véhicules perdront 50% de leur valeur à la revente. C’est-à-dire que pour ces petites voitures, qui servent essentiellement à réaliser des trajets domicile/travail et valent en moyenne 2 000 à 2 500 €, les vendeurs ne pourront pas espérer en obtenir plus de 1 000 € » déclare Pierre STEWARD, expert automobile chez BCA Expertise-Experveo.

    Non seulement Anne HIDALGO explique aux Franciliens les moins fortunés qu’ils n’auront plus le droit d’utiliser leur véhicule pour venir travailler dans la capitale, mais aussi qu’ils vont perdre une somme non négligeable au moment de la revente de leur véhicule, parce que celui-ci sera impacté à la fois par les restrictions qui pèseront sur lui et par l’augmentation considérable du nombre de véhicules similaires sur le marché de l’occasion. Rien que pour l’interdiction des voitures classées 1 étoile qui doit entrer en vigueur au 1er juillet 2016, ce sont plus de 870 000 véhicules qui sont concernés. Avec une dévaluation de 1 250 € en moyenne par véhicule, cela représente un préjudice total de près de 1,1 milliards d’euros !

    www.remboursemabagnole.com : une action en justice pour indemniser les automobilistes lésés


    Entre contradictions politiques et incohérences environnementales, les Français ont suffisamment donné ! Alors que le gouvernement français les incitait très largement à acquérir un véhicule diesel à grand coup de « bonus écologique » (jusqu’à 5 000€ entre 2008 et 2013) en raison de l’intérêt de cette motorisation pour atteindre les objectifs fixés par l’Union européenne en termes de réduction des émissions de CO2, l’État déclare aujourd’hui ouvertement la « chasse au diesel » et entend faire payer la facture aux automobilistes.

    Parce qu’ils refusent que les usagers de la route soient une fois de plus pris en otages par les décisions arbitraires et discriminatoires d’une poignée d’idéologistes écologistes, l’association « 40 millions d’automobilistes » et Maître Jean-Baptiste IOSCA appellent aujourd’hui tous les propriétaires franciliens d’un véhicule concerné par les futures interdictions de circulation (voitures particulières à motorisation essence ou diesel mises en circulation avant le 1er janvier 2011) à se faire connaître en s’inscrivant sur le site Internet www.remboursemabagnole.com, pour intervenir dans le cadre d’une action collective conduite par Me IOSCA afin d’obtenir l’indemnisation du préjudice financier subi par les automobilistes franciliens.


    «Toujours plus de radars (maintenant confiés à des sociétés privées !), toujours plus de répression, toujours plus d’amendes, une réforme de l’examen du Code de la route inefficace… Et à présent, la Maire de Paris sanctionne les revenus les plus modestes à travers l’interdiction des véhicules diesel antérieurs à 1997. Il est temps que cette politique routière change et que les automobilistes se défendent en masse ! » déclare Me IOSCA.

    Lire la suite...
  • Mardi 07 mars 2016, TF1 diffusait dans son journal de 20h le bilan de la mairie de Paris après deux ans de baisse de la limitation de vitesse sur le boulevard périphérique parisien. Un bilan plus que mitigé, que "40 millions d’automobilistes" avait prévu dès l’annonce de la mesure en 2013 et qui renforce les doutes de l’association quant à la pertinence de la politique de mobilité menée dans la capitale. Et pour cause : force est de constater que la mairie de Paris a lamentablement échoué dans ses objectifs de réduction des nuisances sonores pour les riverains et d'amélioration de la qualité de l'air. L’association "40 millions d’automobilistes" invite tous les habitants et usagers d’Île-de-France à s’exprimer grâce au Grand Référendum pour la mobilité : http://referendum.40ma.org/mobilite-paris.


    Le bilan des deux ans du boulevard périphérique à 70 km/h

    C’était le 10 janvier 2014. Le boulevard périphérique parisien passait de 80 à 70 km/h, dans le but de "fluidifier le trafic" et de "réduire la pollution". Deux ans après la mise en place de la mesure, les bénéfices de cet abaissement de la vitesse maximale autorisée sont plus que mitigés : l’observatoire du bruit en Île-de-France, Bruitparif, a mesuré une diminution du volume sonore moyen de seulement -0,6 dB (soit une baisse de 83,6 à 83 dB du bruit de la circulation), un changement "imperceptible pour l’oreille humaine" selon les spécialistes interrogés. Le seuil de recommandation de l’Organisation mondiale pour la Santé, fixé à 70 dB, reste quant à lui franchi en permanence.


    Côté accidentalité, difficile de se faire une idée précise : les statistiques pour 2015 ne sont pour l’instant pas arrêtées et les chiffres disponibles sont tellement faibles que les variations semblent démesurées : une baisse de -15% de l’accidentalité générale avait été enregistrée en 2014 par rapport à 2013 et une hausse de +75% de la mortalité (en réalité, une augmentation du nombre de personnes tuées de 4 à 7 usagers). Impossible donc d’interpréter des données aussi minces.


    Dernier aspect, et non des moindres dans la mesure où il constituait le principal argument d’Anne Hidalgo pour imposer aux usagers la baisse de la limitation de vitesse sur le périphérique (mesure à laquelle 59% des Parisiens étaient opposés) : la pollution atmosphérique. Mais sur ce sujet, en deux ans, la mairie de Paris n’a pas jugé bon de demander une étude d’impact à Airparif, l’association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France : on se demande quelles peuvent être les réelles motivations d’une municipalité qui ne s’intéresse même pas aux conséquences des mesures qu’elle met en œuvre !


    Face à l’absence de résultat, « 40 millions d’automobilistes » demande le retour de la limitation à 80 km/h

    La mairie de Paris ne fait pas de la mobilité, mais seulement de la politique. Avec ce bilan à deux ans, nou ssavons déjà que la baisse de la limitation de vitesse sur le boulevard périphérique est une mauvaise mesure. Les objectifs visés n’ont pas été atteints. Pire, si la nouvelle limitation de vitesse ne change strictement rien aux conditions de circulation le jour en raison de la congestion permanente, elle est totalement inadaptée la nuit, lorsque le trafic est fluide. C’est ainsi que le nombre de flashs des radars implantés sur le boulevard a été multiplié par 3,5 entre 2013 et 2014. "40 millions d'automobilistes" demande donc à ce que la limitation de vitesse à 80 km/h sur le périphérique soit rétablie.


    Le Grand Référendum de la mobilité en Île-de-France pour redonner la parole aux usagers

    Pour redonner la parole aux usagers de la route en Île-de-France, l’association met en ligne aujourd’hui le Grand Référendum pour la mobilité (http://referendum.40ma.org/mobilite-paris) et appelle tous les Franciliens qui se sentent concernés par les enjeux de mobilité à exprimer leur avis en répondant aux 20 questions qui leur seront soumises.


    Tous les aspects de la politique de mobilité d’Anne Hidalgo sont évoqués : abaissement de la limitation de vitesse sur le périphérique, bien entendu, mais aussi voies réservées aux bus et taxis sur les itinéraires des aéroports, projet d’abaissement de la vitesse à 30 km/h dans Paris intra-muros, réaménagement des voies sur berges et des places emblématiques de la capitale, piétonisation, restrictions de circulation, circulation alternée… La mairie de Paris a imposé à plus d’1,3 millions d’usagers quotidiens une nouvelle réglementation sans prendre la peine de solliciter leur opinion. Grâce aux réponses apportées à ces questions, nous aurons au moins un indicateur de l’assentiment de la population à la politique menée par la Mairie et nous
    espérons qu’elle aura le bon sens d’en tenir compte à l’avenir.

    Lire la suite...
  • Hier matin, mardi 06 octobre 2015, la région Ile-de-France a battu un record : celui du nombre de kilomètres d’embouteillages tous axes confondus, s’élevant désormais à 484 km. L’association « 40 millions d’automobilistes » n’est malheureusement pas surprise par ce chiffre, mais indignée par les mesures prises par la mairie de Paris pour « éradiquer » la voiture.


    Ce triste record montre bien l’inefficacité des mesures prises par la mairie de Paris. Si l’on croyait les communications de la mairie, l’abaissement de la limitation de vitesse sur le périphérique de 90 à 70 km/h devait fluidifier le trafic. Or, aujourd’hui, ce n’est pas le cas ! On voit bien que les embouteillages ne cessent d’augmenter. Il y a un an jour pour jour, l’Ile-de-France battait déjà ce record avec 450 km de bouchons.


    C’est un triste record pour les automobilistes Franciliens, pris au piège dans les embouteillages. Aujourd’hui, on peut douter des études communiquées par la mairie de Paris annonçant qu’en abaissant la limitation de vitesse autorisée et en fermant la voie sur berges, il n’y aurait aucun impact sur la fluidité du trafic.

    Retrouvez les articles sur le même sujet :

    Lire la suite...
  • Aujourd’hui, lundi 28 septembre 2015, l’Agence France Presse révèle dans une dépêche un rapport de la Direction de la Voirie et des Déplacements (DVD) de la mairie de Paris, selon lequel la fermeture à la circulation automobile des voies sur berges rive droite voulue par Anne Hidalgo, maire de Paris, provoquerait un allongement des temps de trajet de 25 minutes. " 40 millions d’automobilistes ", qui s’oppose fermement au projet, dénonce une mesure catastrophique pour les riverains et les usagers des axes concernés et appelle à la mobilisation sur le site internet www.nonalafermeturedesvoiessurberge.com.


    En mai dernier, déjà, alors qu’Anne Hidalgo lançait une pseudo-consultation visant à recueillir l’opinion des administrés parisiens sur le futur aménagement des voies de la rive droite, l’association " 40 millions d’automobilistes " faisait le bilan de la fermeture de la rive gauche à la circulation en janvier 2013, s’appuyant sur des études du Medef et de la société d’info-trafic Inrix : " La fermeture des voies sur berges a provoqué une aggravation des conditions de circulation, non seulement sur les axes à proximité des quais, mais aussi sur le périphérique. Ces embouteillages supplémentaires se traduisent par des émissions polluantes et des nuisances sonores accrues pour les riverains. Les effets sont à l’exact opposé de ce que l’on souhaiterait voir " analysait " 40 millions d'automobilistes ".


    Les résultats de l’étude menée par la DVD prévoient des conséquences similaires sur la circulation automobile si la rive droite était transformée en zone piétonne : les temps de parcours pour les automobilistes, contraints d’emprunter les quais hauts, pourraient être allongés de 9 minutes en moyenne lors des heures de pointe du soir et de 16 minutes pendant les heures de pointe du matin. Soit 25 minutes supplémentaires perdues dans les embouteillages chaque jour. De plus, la DVD craint un encombrement du tunnel des Tuilerie, situé sur l’itinéraire de substitution, qui provoquerait " un problème pour la sécurité des usagers ".


    " Nous regrettons qu’un projet alternatif n’ait pas été mis en œuvre, qui aurait permis de concilier espace piétonnier et accès ouvert aux automobilistes " conclut l'association " 40 millions d’automobilistes ".


    L’association invite tous les opposants au projet à signer la pétition en ligne sur le site internet www.nonalafermeturedesvoiessurberge.com. Après la fermeture des voies sur berge rive gauche et les annonces successives d’Anne Hidalgo sur fermeture de la rive droite, la pétition avait recueilli plus de 50 000 signatures.

    Lire la suite...
  • Ce mardi 05 mai 2015, la mairie de Paris annonce la mise en place en juin prochain d’une grande " consultation " auprès de ses administrés dans le but de recueillir leur opinion sur l’aménagement des voies sur berges de la rive droite. Alors que les travaux destinés à fermer à la circulation automobile les quais bas de la rive gauche ne sont terminés que depuis quelques mois, la Mairie envisage d’ores et déjà de piétonniser un large tronçon de la rive droite, entre le 1er et le 4ème arrondissement.


    Des temps de trajets quotidiens doublés


    Dans une question orale du 09 octobre dernier, le sénateur-maire de Saint Maurice (Val-de-Marne), Christian Cambon, s’inquiétait de l’accélération du projet de la mairie de Paris visant à transformer en zone piétonnière les quais de Seine rive droite. Il mettait notamment en avant le fait que, contrairement aux affirmation d’Anne Hidalgo, maire de Paris, aucun bilan sérieusement réalisé n’avait permis de démontrer un quelconque effet positif de la fermeture des voies de la rive gauche. Et pour cause : selon une étude réalisée par le Médef en 2014, les reports de circulation des anciennes voies de la rive gauche ont provoqué un allongement des temps de parcours quotidiens d’en moyenne +41% entre le Pont Neuf et la Concorde et de +53% sur la rive droite. La fermeture envisagée de cette même rive droite engendrerait, selon cette même étude, une multiplication par deux des temps de trajets actuels.


    De son côté, la société d’études d’info-trafic Inrix avait estimé en 2013 (année de la fermeture des voies sur berges rive gauche) que les coûts liés aux embouteillages à Paris entre 2013 et 2030 augmenteront de +51% et les émissions annuelles de CO2 de +13%.


    Seule Anne Hidalgo continue à prétendre que les trajets des Parisiens et des Franciliens sur cet itinéraire n’ont augmenté que « d’une ou deux minutes » et que l’opération a eu un effet bénéfique sur la pollution. Des chiffres censés justifier aujourd’hui les nouvelles fermetures de voies de circulation sur la rive droite.


    La fermeture des voies sur berges de la rive gauche a provoqué une aggravation des conditions de circulation non seulement sur les axes à proximité des quais, mais aussi sur le périphérique. Ces embouteillages supplémentaires se traduisent par des émissions polluantes et des nuisances sonores accrues pour les riverains. De plus, les conséquences sur l’économie locale et régionale sont dramatiques. Les effets constatés sont à l’exact opposé de ce que l’on souhaiterait voir ; comment Anne Hidalgo peut-elle imaginer une seule seconde qu’étendre la mesure à la rive droite améliorerait la situation ?


    Une consultation publique démagogique


    En 2010, déjà, le projet de fermeture des voies sur berges de la rive gauche avait fait l’objet d’une " consultation publique " ; les Parisiens avaient été nombreux à y prendre part. Problème : alors que 78 % d’entre eux rejetaient le projet, la Mairie n’a pas hésité à mener jusqu’au bout et de manière radicale l’aménagement piétonnier des quais bas. Cette méthode a été vigoureusement dénoncée, à la fois par les maires des arrondissements concernés et par les maires des communes riveraines, dont les habitants empruntaient quotidiennement ces axes pour aller travailler.


    Pour " 40 millions d'automobilistes ", la concertation qui s’ouvrira en juin n’est qu’une parodie : la mairie de Paris projette de mettre en place une exposition pour montrer aux Parisiens « le potentiel de la piétonisation » et à l’issue de cette propagande, on demandera aux gens non pas s’ils sont favorables ou non au projet, mais de proposer des idées d’aménagements pour les tronçons qui seront fermés à la circulation. Si la Mairie tenait vraiment à mener sa politique de transports avec l’assentiment des Parisiens, jamais cette mesure – qui a quand même coûté près de 40 millions d’euros aux contribuables – n’aurait vu le jour. Anne Hidalgo n’a que faire de l’opinion des Parisiens, et encore moins de celui des banlieusards. Seules les revendications insensées des lobbies écologistes font écho dans sa politique.


    Ainsi,  « 40 millions d’automobilistes » réactive son site internet www.nonalafermeturedesvoiessurberges.com et invite tous les opposants au projet à venir signer la pétition en ligne.

    Lire la suite...
  • (Image de l'article du magazine Auto Journal du 1er août 1974)

    Le 29 avril prochain, dès 7h30, une voie réservée aux bus et aux taxis sera mise en service sur l’autoroute A1 dans le sens Roissy Paris. Pour la ville de Paris, qui avait annoncé cette mesure le 27 février dernier, cela permettrait de « fluidifier la circulation ». L’association « 40 millions d’automobilistes » annonce d’ores et déjà que cette mesure ne permettra en aucun cas de fluidifier le trafic aux heures de pointe.

    En quoi consiste la mesure ?

    Sur une distance de 5 km, les automobilistes ne pourront plus emprunter la voie de gauche de l’A1 par l’A86 au niveau du Stade de France (Seine-Saint-Denis), durant les heures de pointe entre 6h30 et 10h le matin, hors week-ends, jours fériés et vacances scolaires. Cette voie sera exclusivement réservée aux bus et taxis. Dans les mois à venir, les véhicules de covoiturage pourront également l’utiliser.

    Les politiques ne devraient-ils pas apprendre de leurs erreurs ?

    Une voie réservée aux bus et aux taxis, cela n'est pas nouveau ! En effet, la mesure a déjà été expérimentée à deux reprises par le passé :

    • Une première fois au printemps de l’année 1974 : les dirigeants de l’époque avaient décidé de mettre en place, sur le même tronçon d’autoroute, une voie réservée aux taxis et aux bus. Mais à peine quelques mois après sa mise en application, cette voie était réouverte à la circulation de tous les usagers de la route (voir ci-dessus l’article du magazine Auto Journal du 1er août 1974), preuve de l’échec de l’expérimentation.
    • En 2009, l’expérience fut renouvelée. L’aménagement de la voie avait permis aux taxis de gagner quelques minutes sur leur trajet, mais cela s’était traduit par d’énormes embouteillages pour les automobilistes.

    Vous l'aurez donc compris, les automobilistes vont encore subir une mesure déjà testée dans les années antérieures et qui ne fonctionne absolument pas. La ville de Paris n'en est pas à son premier essai avec cette fameuse voie réservée. Pourtant, après deux échecs cuisants, elle persiste et s'apprête à reproduire la même erreur. Jamais deux sans trois ?..

    Une mesure coûteuse pour un résultat négatif

    Pour mettre en place cette mesure qui densifiera les bouchons, l’État a tout de même investi 8 millions d’euros, pour financer la signalisation dynamique (panneaux de signalisation lumineux informant les usagers des autorisations d’accès aux voies de circulation), mais aussi les portiques et systèmes de vidéo-surveillance qui seront utilisés pour verbaliser les contrevenants, qui encourront une amende de 4ème classe (135 €).

    Quel est l’intérêt pour l’État de s’entêter dans une mesure qui n’a jamais fonctionné depuis 40 ans, si ce n’est de jeter par les fenêtres l’argent des contribuables ?

    À voir aussi sur le sujet : 8 millions d'euros pour engorger le trafic

    Lire la suite...
  • Depuis une semaine, le débat fait rage entre partisans minoritaires de la mise en place de la circulation alternée et opposants sur fonds de campagne électorale. Finalement, celle-ci a été mise en place ce lundi 23 mars à Paris. L’association « 40 millions d’automobilistes » met à disposition de tous des informations nécessaires pour combattre les contre-vérités assénées haut et fort par les partisans du langage de la peur d'un air soit disant devenu irrespirable.

    Un site qui analyse la qualité de l'air et fait des prévisions

    Ces informations, elles se trouvent tout simplement sur le site http://www2.prevair.org/. Ce site de l'Institut Prev'Air analyse la qualité de l'air en France, mais aussi plus largement en Europe. Il nous permet également d'avoir des prévisions sur la qualité de l'air dans les jours à venir.

    Et les informations livrées sont stupéfiantes : en effet, si nous pouvons constater qu'au 19 mars 2015 (jour de demande de la circulation alternée), un pic de pollution avait bien lieu sur une partie de la France, il apparait clairement que la plupart des zones touchées (voir image ci-dessous) ne correspondent pas du tout au message "officiel" selon lequel la voiture serait la cause du pic. Au contraire, on peut y voir clairement que ces concentrations aux particules fines nous viennent directement des pays nordiques, et plus particulièrement de leurs industries et de leurs systèmes de chauffages ! Pourtant, on cherche encore ne fois à accuser les automobilistes et à les rendre responsable de tous les maux de la planète en faisant peser sur lui toutes les mesures de restriction et les interdictions destinées à " purifier l’air ".

    Mais ce n'est pas tout… Car le 22 mars 2015, cet Institut prévoyait déjà la fin du pic de pollution pour le lundi 23 mars ! De même, sur les prévisions pour le mardi 24 mars, il apparait clairement que la qualité de l'air sera revenue à la normale (voir images ci-dessous). En appliquant la circulation alternée pour ce jour là, les pouvoirs publics savaient pertinemment qu'ils arriveraient trop tard, et que, quoiqu'il arrive, le pic de pollution allait se résorber de lui-même, grâce à la météo…

    L’efficacité epsilon de la mesure

    Mais alors, pourquoi appliquer cette mesure ? Tout simplement pour pouvoir se targuer d'avoir fait baisser la pollution à Paris en diminuant la circulation automobile, alors que la fin du pic de pollution était déjà prévue avant même l'application des mesures de restriction ! En clair, la circulation alternée aujourd'hui revient à envoyer une ambulance pour éteindre le feu une semaine après l'incendie : cela n'a aucun sens, si ce n'est que d'imposer, encore une fois, une décision purement politique à des automobilistes qui ont pourtant besoin de leur voiture pour travailler.

    Lire la suite...
  • Crédits photo : Photofranck, sur fotolia.com

    Anne Hidalgo, maire de Paris, demande à l’État la mise en place de la circulation alternée dans la capitale pour ce vendredi 20 mars, en raison du pic de pollution aux particules fines qui sévit depuis mardi sur l’Ile-de-France et la moitié nord du pays. " 40 millions d’automobilistes " dénonce une mesure inutile et électoraliste, qui intervient à quelques jours seulement du premier tour des élections départementales et alors que les météorologues et les ingénieurs d’Airparif annoncent un retour à la normale pour la fin de semaine.

    Depuis mardi, le niveau d’alerte 2 pour la pollution aux particules fines a été déclenché en région parisienne et dans certaines grandes villes de la moitié nord de la France : sous l’effet des vents venus du nord, les concentrations d’éléments polluants sont en effet augmentées de la pollution émise par les centrales à charbon et le chauffage au bois des pays nordiques. Combinées à des conditions météorologiques clémentes (vent faible, temps sec et ensoleillé, températures douces), ces concentrations ont tendance à stagner dans l’atmosphère française.

    Une pollution qui vient des pays nordiques... Et pourtant, ce sont les automobilistes qui doivent en subir les conséquences !

    On sait bien qu’à cette période de l’année, les concentrations de particules fines sont plus importantes. C’est un phénomène météorologique courant en cette saison. Pourtant, une fois de plus, on cherche à culpabiliser l’automobiliste et à le rendre responsable de tous les maux de la planète en faisant peser sur lui toutes les mesures de restriction et les interdictions destinées à " purifier l’air ". Mais il ne faut pas oublier qu’en l’occurrence, les particules fines qui traversent actuellement l’atmosphère française viennent de l’industrie et des systèmes de chauffage des pays nordiques. Les automobilistes français n’y sont pour rien. Après l’annonce en janvier dernier de son " plan anti-pollution ", la mairie de Paris n’a pas manqué l’occasion qu’offrait ce pic de pollution de rejeter la voiture hors de la capitale une fois de plus.

    À quelques jours des élections municipales, c’est pour Anne Hidalgo l’occasion rêvée de rentrer dans les bonnes grâces des sympathisants EELV, dont elle a besoin pour conserver une majorité de gauche. C’est un véritable chantage politique. La mise en place de la circulation alternée, comme elle le souhaite, est parfaitement inutile. Des mesures ont déjà été prises, et si l’association ne peut qu’approuver la gratuité des transports en commun décidée ces derniers jours, " 40 millions d'automobilistes " s'oppose fermement à de nouvelles restrictions de circulation, étant donné que la situation devrait s’améliorer d’elle-même dès ce week-end.

    Contrairement à ce que l'on entend souvent, la qualité de l'air est en constante amélioration

    Pour l’association, il est temps d’arrêter de faire enfler cette polémique à chaque nouvel épisode de pollution. La classe politique se plaît à faire planer un vent de terreur à chaque fois que l’on annonce une " dégradation " de la qualité de l’air. N’oublions pas cependant qu’en réalité, grâce aux progrès techniques de l’industrie (et de l’industrie automobile !), la qualité de l’air ne cesse de s’améliorer, et que si les " pics de pollution " sont plus nombreux, c’est uniquement parce que les seuils ont été abaissés.

    Lire la suite...
  • Dans le cadre de l’Atelier international du Grand Paris, les architectes urbanistes Philippe Gazeau et Louis Paillard ont tout simplement proposé de supprimer le périphérique parisien. Partant du principe que le périphérique est loin d'être indispensable, les 2 architectes avancent que sa suppression pourrait permettre de libérer 150 hectares pour y construire entre 30 000 et 40 000 logements. Selon eux, il n'y aurait que des avantages à cette transformation : cela permettrait de contribuer à résoudre le problème de crise du logement, avec des investissements limités grâce aux nombreux équipements déjà présents dans cette zone.

    Une idée utopique

    Pour " 40 millions d'automobilistes ", cette idée relève de l'utopie. Même si, dans un contexte de crise du logement, l'intention d'origine est tout à fait louable, vouloir chasser les automobilistes de cet axe de circulation ne peut pas être envisageable. En effet, l'artère de 35 kilomètres qui entoure la capitale accueille 1,3 millions d'usagers par jour. Or, on ne peut pas faire disparaître d'un coup de baguette magique les nombreux automobilistes qui empruntent quotidiennement cet axe. Mettre en œuvre une telle idée serait une grave erreur qui ne ferait que reporter le trafic ailleurs et aggraverait les problèmes de circulation déjà présents à Paris. La capitale a, au contraire, besoin de son périphérique pour désengorger le centre de la capitale.

    Retenir les leçons du passé

    Chasser les automobilistes d'un axe de circulation parisien majeur, cela ne vous rappelle rien ? Il y a 2 ans, la voie sur berge rive gauche était fermée à la circulation automobile, afin de créer des berges touristiques et animées. Le bilan de cette transformation est aujourd'hui sans appel : comme le craignait " 40 millions d'automobilistes " lors de l'annonce de la mesure, la circulation a été reportée sur d'autres voies de la capitale, empirant l’état de congestion du trafic. De plus, " Paris Plage " ne dure qu'un temps : à l'heure actuelle, il s'agit plus de " Paris Désert "... Nous ne pouvons donc que redouter les conséquences de la fermeture d'un axe aussi important que le périphérique parisien.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Dans une interview parue aujourd’hui, mercredi 28 janvier 2015, dans le journal Le Monde, Anne Hidalgo, maire de Paris, affirme être « déterminée à agir vite » pour mettre en place son plan « antipollution ». Ainsi, elle annonce que les cars et poids-lourds roulant au diesel seront interdits dès le 1er juillet 2015 et que « cette interdiction s’appliquera à tous les véhicules polluants, diesel comme essence, […] le 1er juillet 2016 ». L’association « 40 millions d’automobilistes » s’inquiète de cette annonce, qui signifie l’interdiction pure et simple de tous les véhicules motorisés dans la capitale, à l’exception des véhicules électriques et hybrides.

    Anne Hidalgo justifie sa volonté d’éradiquer le diesel de Paris par la nocivité des particules fines, « dangereuses pour la santé », qui sont émises par les véhicules à motorisation diesel. Or, s’il est vrai que les anciens véhicules diesel rejetaient de grandes quantités de polluants, « 40 millions d’automobilistes » rappelle que les dernières générations de véhicules répondant aux normes EURO 5 et 6 (voitures individuelles neuves mises en circulation depuis 2009) sont beaucoup plus sobres, en cela qu’elles réduisent considérablement les émissions maximales autorisées de toutes sortes de polluants, autant pour les motorisations diesel qu’essence.

    De plus, relativement à la problématique des particules très fines, ces normes tiennent compte désormais, non plus seulement de la quantité, mais aussi de la masse des particules, pour contraindre les fabricants à améliorer les technologies antipollution. Les nouveaux filtres à particules permettent ainsi de capturer jusqu’à 99% des émissions de particules. Au Japon – où la motorisation diesel était interdite depuis les années 1970 – l’État propose même aujourd’hui des subventions pour l’acquisition de ces véhicules clean diesel.

    Il est donc parfaitement injustifié et inutile en termes d’amélioration de la qualité de l’air de chercher à supprimer ces nouveaux véhicules de la circulation. Le problème de la pollution repose essentiellement sur les vieux véhicules non-équipés de filtre à particules, qu’il est possible de rendre plus vertueux en favorisant le recours au rétrofit (c’est-à-dire l’ajout de dispositifs de dépollution en complément des équipements d’origine) pour les véhicules non-équipés de filtre à particules. Certes, cela représente un coût pour l’automobiliste – il faut compter 400 à 500 € pour cette intervention – mais cela permettrait de mettre un terme à la problématique et au débat sur les anciens véhicules. Pour aider les ménages à financer l’opération, « 40 millions d’automobilistes » demande la création d’un crédit d’impôts, comme il en existe déjà en Allemagne.

    Pour autant, à l’instar de la maire de Paris, « 40 millions d’automobilistes » estime qu’il est nécessaire d’accélérer le renouvellement du parc automobile, pour faire disparaître plus rapidement ces anciens véhicules. Mais l’association considère que la seule incitation à l’achat d’un « véhicule électrique ou rechargeable » ne constitue en aucun cas une solution satisfaisante : le véhicule électrique, tel qu’il est conçu aujourd’hui, correspond à un usage très particulier, qui ne répond pas aux besoins de mobilité de la plupart des automobilistes. C’est pourquoi l’association souhaite la mise en place d’une aide de l’État pour tout achat d’un véhicule neuf ou d’occasion de génération plus récente (donc moins polluant), en remplacement d’un vieux véhicule.

    Rappelons enfin que tout véhicule a un impact sur l’environnement. Et s’il est vrai qu’une voiture électrique n’émet pas de pollution à l’usage, elle pollue avant et après : lors de sa conception, parce qu’elle fait appel à l’énergie nucléaire (qui n’est pas une énergie propre) et lors de sa destruction, qui impose le stockage de déchets radioactifs tels l’uranium et le lithium contenus dans les batteries. Contrairement à ce que souhaiterait donc nous faire croire Anne Hidalgo, la voiture électrique n’est pas la solution pour résoudre les problèmes de pollution qui – au passage – ne s’arrêtent pas aux portes de Paris…

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Nous vous en avions parlé en ce début de semaine : le périphérique à 70 km/h vient de fêter sa première année. L'heure était donc naturellement au bilan pour la Mairie de Paris, mais également pour " 40 millions d'automobilistes ", qui avait pointé du doigt les "petits" mensonges par omission de la Mairie.

    Dans un même temps, Christophe Nadjovski évoquait l'idée tout à fait personnelle de réduire, une nouvelle fois, la limite de vitesse sur le périphérique à 50 km/h la nuit. Suite à la communication offensive de " 40 millions d'automobilistes ", Anne Hidalgo a tranché : il n'y aura pas de réduction de la vitesse à 50 km/h sur le périphérique. Selon des propos rapportés par Le Monde, Mathias Vicherat, directeur de cabinet d'Anne Hidalgo, aurait indiqué qu' "Il n’est pas du tout question de prendre une telle mesure ", puis ajouté « M. Najdovski est en dehors des clous ».

    Espérons que cette décision forte de la maire de Paris sera le point de départ d'une meilleure communication entre la ville et les automobilistes.

    Lire la suite...
  • Mise à jour du 20/01/15 :

    Alors que 59% des Parisiens se disaient défavorables à la mesure (selon un sondage réalisé par le Journal du Dimanche début janvier 2014), la mairie de Paris justifiait sa décision en expliquant que l’abaissement de 10 km/h de la vitesse maximale autorisée sur le périphérique permettrait à la fois une réduction des nuisances sonores, une diminution de la pollution et une baisse de l’accidentalité. Mais il semble aujourd’hui que, malgré l’enthousiasme et l’autosatisfaction émanant de leur communiqué de presse, le bilan réel de cette première année s’avère en réalité bien plus mitigé.

    Hier, la mairie de Paris tirait un premier bilan de la grande mesure qui devait améliorer la vie des Franciliens. Après un an de mise en oeuvre, Christophe Nadjovski, adjoint EELV chargé des transports, prétendait que la réduction de la vitesse maximale autorisée avait permis de diminuer fortement l’accidentalité sur le périphérique et d’établir le nombre d’accidents à « son plus bas niveau depuis 10 ans ». Ainsi, le JDD titrait « Périphérique à 70
    km/h : 115 accidents évités en 2014 ».

    Or, on se rend compte aujourd’hui que la mairie de Paris s’est rendue coupable de mensonge par omission, car si le nombre d’accidents matériels et corporels légers a effectivement diminué de 15,5% par rapport à 2013, le nombre d’accidents mortels a en revanche fait un bond de 75% ! En 2014, 7 personnes ont été tuées dans un accident de la route sur le périphérique parisien, contre « seulement » 4 en 2013, et encore moins les années
    précédentes.

    Contrairement à ce que veulent donc nous faire croire les pouvoirs publics et alors que l’élu chargé des transports envisage maintenant de réduire la vitesse à 50 km/h sur le Boulevard, la mairie de Paris vient simplement de prouver qu’un abaissement de la vitesse n’apporte pas automatiquement une baisse de la mortalité routière. Ajouté à cela le fait que le volume des nuisances sonores émises par la circulation sur le périphérique n’a diminué
    que de 1,2 dBA la nuit et 0,5 dBA le jour (soit une évolution imperceptible pour l’oreille humaine selon les spécialistes ORL) et que les ingénieurs de l’organisme de contrôle de la qualité de l’air Airparif’ ne s’attendent qu’à « un impact limité [de la réduction de 10 km/h de la vitesse] à quelques pour cent sur le dioxyde d'azote et les particules », on se demande ce qui justifie l’engouement des élus parisiens

    Publication du 19/01/15 :

    Le Journal du dimanche publiait hier, dimanche 18 janvier 2015, un article sur le périphérique parisien où, depuis un an, la limitation de vitesse est passée de 80 à 70 km/h. Selon le JDD, la mairie de Paris ainsi que la Préfecture de police dressent un bilan positif. « 40 millions d’automobilistes » décrypte les arguments.

    Premièrement, d’après le JDD, les Parisiens bénéficieraient d’une diminution du bruit de 1,2 décibel la nuit et de 0,5 le jour. Or, Il faut savoir que diminuer le volume des nuisances sonores de 1 dB est imperceptible pour l’oreille humaine.

    D’autre part, selon la mairie de Paris, la baisse de la limitation de vitesse sur le périphérique aurait permis de réduire les bouchons (« l’effet accordéon »). Or, les Franciliens qui empruntent régulièrement le périphérique estiment au contraire que le temps passé dans les embouteillages a plutôt augmenté depuis un an.

    Dans cet article, on nous explique également que le nombre de décès sur le périphérique parisien a diminué grâce à une réduction de la vitesse. Or, paradoxalement, la vitesse moyenne sur le périphérique a augmenté, de même que le nombre d’usagers flashés (qui a été multiplié par 3,5 !) .Cela signifie que les automobilistes ont roulé plus vite que la limite autorisée, mais qu’ils ont eu aussi moins d’accident. Il n’existe donc aucune corrélation entre réduction de la vitesse et réduction de l’accidentalité routière.

    La ville de Paris a également réduit, dans bon nombre de quartiers, la vitesse maximale autorisée, passant ainsi de 50 à 30 km/h. Malheureusement, le nombre d’accidents de la route a augmenté. Donc faut-il réduire le périphérique parisien à 50 km/h, comme l’évoque aujourd’hui Christophe Nadjovski, adjoint à la mairie de Paris ?

    Lire la suite...
  • La municipalité de Paris vient de prendre la décision d’augmenter de manière inconsidérée ses tarifs de stationnement : il est maintenant effectif de rendre le stationnement payant jusqu’à 20h au lieu de 19h précédemment. La ville vient aussi de mettre fin à la gratuité partielle du stationnement le samedi et au mois d’août. Les tarifs sont fixés à 4€ l’heure contre 3,60€ dans le centre de la capitale, et à 2,40€ contre 1,60€ dans les autres quartiers de Paris.

    De plus, les résidents vont désormais payer leur carte de stationnement annuelle 45€ pour un an et 90€ pour trois ans, alors que cette carte était gratuite jusqu’à maintenant. Les résidents voient aussi leur tarif de stationnement augmenter : 1,50€ de l’heure (contre 0,60€ auparavant) et 9€ la semaine (contre 3,25€ précédemment).

    La mairie de Paris a besoin de trouver de nouveaux financements pour boucler son budget 2015. Anne Hidalgo, maire de Paris, trouve tout naturel de s’en prendre à l’automobiliste qui serait la source de tous les maux parisiens mais aussi sans l’avouer : une source financière sous couvert d’écologie.

    Pour "40 millions d’automobilistes", il ne s’agit pas de défendre le "tout automobile" mais de faire en sorte que l’on puisse organiser une complémentarité intelligente entre les transports en commun et l’automobile.

    Hélas l'on en prend pas le chemin puisque l’on fait tout le contraire.

    En effet si l’on veut que l’automobiliste qui arrive aux portes de Paris prenne les transports en commun il doit trouver à se garer facilement et a un cout modéré. On a supprimé 30% des places de parking à Paris en 10 ans. Résultat, il y a en permanence 20% des automobilistes qui cherchent une place pour se garer. Pendant ce temps ils polluent, il y a moins de voitures à Paris, mais toujours plus de bouchons.

    Cette politique de vouloir décourager l’automobiliste de rouler dans Paris sans lui offrir de véritable alternative ne fonctionne pas.

    Autre incohérence : en ce moment, du fait de pics de pollution, la Mairie de Paris rend le stationnement gratuit, mais pour les résidents… Alors que les Francilliens eux vont payer (et cher). Si ils trouvent une place pour stationner, auront-ils envie d’abandonner leur voiture pour le transport en commun ? Mais le Francilien est-il le souci de la mairie de Paris

    Difficile de se garer a Paris, cher de se garer a Paris et de ce fait si vous devez vous arrêter, gare à la fourrière dont les tarifs de garde ont augmenté de 300% !

    Sans parler du projet stupide de Mme Hidalgo de vouloir interdire le diesel dans la capitale alors qu'il est maintenant propre depuis la norme Euro 6 !

    Incohérence ? Ou alors cohérence pour trouver toujours tant et plus de ressources au nom d’une certaine écologie autophobe ?

    Car finalement on voit bien qu’il  n’y a aucune amélioration possible sans un plan d’ensemble qui organise la complémentarité entre automobile et transports en commun, amélioration des infrastructures pour fluidifier le trafic et renouvellement du parc automobile pour éliminer les véhicules les plus polluants. Ceux-ci sont la propriété de gens modestes et il serait cruel de les empêcher de rouler. Il faut, là aussi, avant d’interdire, trouver des solutions.

    Incohérence de cette politique car nous n’osons pas imaginer que cette incohérence soit en fait un plan d’ensemble cohérent de traque pour produire de la taxe. Se déplacer est un enjeux économique important et ce n’est pas avec de telles mesures que l’on relancera l’économie.

    Il serait bon aussi de rappeler à Mme Hidalgo que 40 millions d’automobilistes, ce sont aussi 40 millions d’électeurs !

    Par Daniel Quéro, président de " 40 millions d'automobilistes. Publié sur planet.fr

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Nous vous en parlions déjà en juillet dernier : la mairie de Paris prévoyait de doubler ses tarifs de stationnement, tout d'abord par une augmentation d'au moins 50 % le prix du stationnement horaire de rue, mais aussi en doublant le montant des PV de stationnement.

    Nous en savons aujourd'hui un peu plus sur les projets de la mairie de Paris pour rendre le quotidien des automobilistes de plus en plus compliqué. En effet, selon l’Agence France Presse, la mairie pense à refondre la grille de tarification des places de stationnement payantes sur voirie dès le 1er janvier 2015.

    Dans ce projet, il est prévu de rendre le stationnement payant jusqu’à 20h au lieu de 19h actuellement. La ville veut aussi mettre fin à la gratuité partielle du stationnement le samedi et au mois d’août. Les tarifs pourraient être fixés à 4 €  l’heure contre 3,60 € dans le centre de la capitale, et à 2,60 € contre 1,60 € dans les autres quartiers de Paris.

    De plus, les résidents pourraient désormais payer leur carte de stationnement annuelle 45 € pour un an et 90 € pour trois ans, alors que cette carte est gratuite actuellement. Les résidents verraient aussi leur tarif de stationnement augmenter : 1,50 € de l’heure (contre 0,60 € actuellement) et 9 € la semaine (contre 3,25 € aujourd’hui).

    La municipalité prendra sa décision lors du prochain conseil municipal, qui aura lieu à la mi-décembre. Pour Christophe Najdovski, adjoint à la mairie de Paris, « le but est de désencombrer l’espace public ».

    Mais pour l’association « 40 millions d’automobilistes », augmenter les prix du stationnement n’arrangera pas le problème du stationnement dans Paris. La mairie a besoin de trouver de nouveaux financements pour boucler son budget 2015 : pour l'association, il s’agit ni plus ni moins de taxer une fois de plus les automobilistes, qui ont déjà du mal à se garer dans la capitale.

    Publications sur le même thème :

    Lire la suite...
  • Le 12 décembre 2013, le Sénat et l’Assemblée nationale adoptaient l’amendement prononçant la dépénalisation du stationnement et autorisant les maires à fixer eux-mêmes le montant des amendes de stationnement.

    C'est dans le cadre de cet amendement que la ville de Paris a aujourd'hui annoncé qu'elle allait doubler les tarifs de stationnement, à commencer par augmenter d'au moins 50 % le prix du stationnement horaire de rue, puis à faire passer le montant des PV de stationnement de 17 € à 36 € en 2016.

    La mesure prononcée est un moyen assumé de renflouer les caisses de la Mairie, profitant alors de l'amendement pour pratiquer une politique de sanction encore plus hostile aux automobilistes. Anne Hidalgo avouait d'ailleurs le mois dernier qu'il lui manquait 400 M€ pour boucler le budget de la Ville.

    " La réalité, c'est que l'Hôtel de Ville cherche à se faire de l'argent sur le dos des automobilistes ! " s'est insurgé Pierre Chasseray, délégué général de " 40 millions d'automobilistes ". L'association pointe aussi du doigt le nombre d'amendes qui ne cesse de progresser en raison d'un nombre toujours plus restreint de places de parking qui incite les automobilistes à la fraude.

    Suite à l'adoption de cet amendement, " 40 millions d'automobilistes " avait lancé l'opération " Mon maire s'engage ", à travers laquelle l'association mobilise les maires de France et leur demande de s'engager à ne pas augmenter - si ce n’est réduire – le montant de l’amende, aujourd’hui fixée à 17 € sur l’ensemble du territoire français. À ce jour 86 maires se sont engagés : la liste est disponible à ce lien : http://bit.ly/1iU8qpv

    Publications sur le même thème : 

    Lire la suite...

Activité

"nous les 40M d'automobilistes, sommes d'abord des piétons, mais QUID des 2 roues (motorisés ou non), "patineur", skate-board, gyropode, qui nous pourrissent la vie, et sans objectivité de ma part mais avec réalisme. OK le piéton étant le + vulnérabl…"
"Et vous quand vous sortez de vos voitures, êtes vous irréprochables ? Ne vous arrive t'il pas de traverser en dehors des passages piétons pour éviter un détour ? Ne vous arrive t'il pas au feu piéton rouge, sans voiture, avec une bonne visibilité de…"
"Bonjour,
Qui a déjà essayé ce type de décalaminage ? Quel est votre avis ?
D'autre part j'ai lu et entendu pas mal d'avis mitigés sur cette méthode, notamment sur les effets désastreux à moyen et long terme sur la vanne EGR, les injecteurs et le FAP…"
"Euh... Mais j'ai rien dit moi..."

🚗☀ ⛱ Cet été, vous partez peut-être en vacances en voiture dans un pays de l'Union européenne. Certains États membres pratiquent l'échange transfrontalier d'informations concernant les…

"quel que soit le motif pour lequel on vous a arrêté, sachez que vous ne devez JAMAIS protester .... surtout en France, et en Europe plus généralement, idem pour les U.S.A. ... en revanche dans TOUS les autres pays pensez à vous munir d'espèces, çà p…"
"En Allemagne en effet, la police est bien que très intransigeante, on ne contexte pas leurs ordres, montre une tolérance qu'en France ses ramiers ne pratique pas, (soumission pour la prime annuelle, donc rendement). Lors de la fête de la bière à Mun…"
"Je ne pense pas que le code n'à pas beaucoup changé, mais aujourd'hui il y en a tellement au volant qui font n'importe quoi que les flics font du zèle. Et tout le monde est sanctionné, plus les objectifs de diminuer le nombre de mort par les préfets…"
"C'est bien ce que je disais, certain ose tous....."
"C'est comme les patrons, même quand ils ont torts ils ont raison...."
"Effectivement mais faut mobiliser du personnel, les radars automatique c'est plus simple ça ne coûte rien (très vite rentabilisé) alors que les forces de l'ordre avec les situations d'urgence ont d'autres chats à fouetter/repos à récupérer..."
"bien vu AutoBiclou, c'est ce qui nous attend à Paris avec A.Hidalgo, et une bonne dose d'élus d'incompétents sois-disant écologistes
çà confirme que l'on est en pleine régression mais le réveil sera plus dur !!
rendez-vous aux prochaines élections"
Plus...
« 40 millions d'automobilistes » est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. L’association est aujourd’hui le premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route. www.40millionsdautomobilistes.com | Mentions légales | FAIRE UN DON